Quelques idées sur un mode de système électoral. [Signé : Ch. Lewal.]

De
Publié par

impr. de Lottin de Saint-Germain (Paris). 1830. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1830
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

QUELQUES IDÉES
SUR UN MODE
A premiète condition d'un gouvernement cons-
titutionnel est sans contredit de marcher avec l'o-
pinion générale. C'est pour être constamment
éclairé sur cette opinion qu'un des élémens né-
cessaires de ce gouvernement se compose de dé-
putés élus par la nation, et chargés du mandat spé-
cial de débattre et régler en son nom les disposi-
tions utiles aux intérêts généraux.
Le choix de ces mandataires est donc de la plus
haute importance, puisque chacun aliéne en' leurs
mains le droit de stipuler sa part d'intérêts dans
la communauté. Il faut que, choisis librement et
en toute connaissance de cause ils ne soient-les
hommes d'aucun parti, l'expression d'aucun sys-
tème exclusif; mais que, véritables représentans
des intérêts locaux, ils n'aient d'autre but que de
concilier ces divers intérêts et de les fondre en un
seul qui devient alors l'intérêt général.
Est-ce là ce qui a eu lieu depuis l'établissement
du gouvernement constitutionnel en France? Peut-
on affirmer que les députés nommés jusqu'ici, quel-
que recommandables qu'ils puissent être, aient été
bien véritablement l'expression des intérêts lo-
caux ? Peut-on affirmer que les électeurs aient eu
la possibilité d'exercer librement leur droit de
choisir ? Je n'ai besoin d'aucun développement
pour prouver que ces questions ne peuvent être
résolues que négativement, et tout le monde à cet
égard sera, je crois, de mon avis.
Soutenir ou renverser tel ou tel ministère, voilà
le seul motif de la lutte que jusqu'ici les élections
ont offerte. La lutte! si cette expression est exacte,
elle en dit plus que tout ce que je pourrais ajouter.
Qu'en est-il advenu? Que toutes les lois faites sous
l'empire de telles circonstances n'ont plus eu pour
but l'intérêt du pays, mais le maintien de tel ou
tel système ;: et c'est ainsi qu'air bout de 15 ans
nous n'avons aucune institution, que nous n'a-
vons pas même de système électoral.
Si le véritable but de la chambre des députés est
devenir toujours le gouvernement au courant des
voeux, des opinions et des besoins de la grande
famille qu'il est appelé à administrer, comment
peut-on espérer d'atteindre ce but en n'admettant
au choix de ceux qui doivent manifester ces voeux
et cette opinion qu'une portion privilégiée de la
nation, portion qui sera toujours déterminée avec
plus ou moins d'arbitraire, puisqu'il est évident
que c'est l'obligation; seule de déterminer une ligne
de démarcation qui rend inhabile celui auquel il

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.