Qui nommerons-nous ? (Signé : Claudien.)

Publié par

Brissot-Thivars (Paris). 1820. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1820
Lecture(s) : 1
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DE L'IMPMMERIE DE P.- F. DUPONT,
HOTEL DES FERMES.
QUI NOMMERONS-NOUS?
Vir bonus et sapiens, qualem vix reperit unum,
Millibus è multis hominum, consultas Apollo.
VIRG..
PARIS,
À LA LIBRAIRIE CONSTITUTIONNELLE.
DE BRISSOT-THIVARS,
Rue Neuve-des-Petits-Champs, n° 22.
1820.
— Le Guide, électoral, ou Biographie politique et légis-
lative de tous les Députés, pour la session de 1819
à 1820, par Brissot-Thivars ( seconde année ) ; un
gros volume de 500 pages, petit-romain. Prix : 7 fr.
A la Librairie constitutionnelle, rue Neuve-des-
Petits-Champs, n°. 23.
Cet ouvrage est suivi d'une liste des Candidats géné-
raux aux élections de 1820, la censure en a prohibé
l'annonce»
QUI NOMMERONS-NOUS?
QUI NOMMERONS-NOUS est une question que l'on
entend partout, au faubourg Saint - Germain
comme au Marais, à la Chaussée-d'Antin comme
au Quartier-Latin; on ne peut entrer à la Bourse,
dans les cafés , dans les foyers de nos théâtres,
à l'Athénée, dans les magasins de la rue Saint-
Denis , dans les ateliers de nos faubourgs , sans
être invité à répondre à gui nommerons-nous.
Les Athéniens n'étaient pas plus empressés à se
demander. : Que fait Philippe ?
Mme. de Médonval, veuve riche et spirituelle,
reçoit chez elle la société la plus variée et la plus
distinguée de Paris; on dirait que tous les rangs,
toutes les classes, toutes les opinions se font re-
présenter dans son salon : jurisconsultes, mili-
(2)
taires, gens de lettres, artistes et prélats s'y trou-
vent , non confondus, mais associés : son affabi-
lité, son esprit conciliant, ses manières préve-
nantes mettent un tel accord dans ces réunions
que les nuances les plus tranchées s'effacent et
disparaissent. Il est vrai qu'elle s'étudie à éloi-
gner les discussions politiques, et qu'elle dirige
autant qu'elle peut la conversation vers la litté-
rature , les théâtres , les applications nouvelles
des sciences, les arts utiles, les moeurs étrangères
ou les institutions de bienfaisance. Elle ne put
éviter cependant d'entendre la question générale,.
Qui nommerons-nous. Ah , Messieurs ! dit-elle
choisissez de grâce un autre entretien ; celui-ci
peut amener des personnalités, et j'en serais dé-
solée : attendez pour traiter ce grave sujet que
vous soyez dans vos assemblées électorales. —-
Si je ne savais pas que Mme de Médonval est une
excellente Française dit M. de Préfond, je re-
garderais son désir comme un ordre ; mais puis-
je lui déplaire en lui faisant observer que nos
assemblées électorales ne sont que des bureaux,
de poste où l'on passe pour jeter son scrutin à
la boîte, et attendre la levée? Il n'y a point d'as-
semblée là où il n'existe ni discussion, ni délibé-
ration : le président, candidat de parade et recru-
teur obligé, n'ose par respect humain dire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.