Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Confession de ma vie

De
415 pages
Les principaux renseignements sur la vie de Sacher-Masoch viennent de sa première femme, qui prit le nom de l'héroïne de la Vénus, Wanda. Le livre de Wanda est fort beau. Gilles Deleuze
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Confession de ma vie
Collection dirigée par Lidia Breda
De SacherMasoch chez le même éditeur
La Vénus à la fourrure
Wanda von SacherMasoch
Confession de ma vie
Préface de Maxime Rovere
Rivages poche Petite Bibliothèque
Préface
« Peuton attendre de la vie la réalisation complète de ses rêves ? » Wanda von SacherMasoch, Confession de ma vie.
Leopold von SacherMasoch, romancier populaire de la paysannerie, dramaturge à succès, chantre de la Galicie, est sans conteste le plus grand analyste des fantasmes de domination et de soumission auxquels son nom est resté attaché. Le médecin Richard von Krafft Ebing (18401902), dans un supplément à son traité de pathologie nerveusePsychopathia sexualis, ne sy est pas trompé : SacherMasoch est bel et bien lepèredu « masochisme », ses romans et nouvelles ayant jeté une lumière éblouissante sur le paradoxal plaisir dêtre dominé, physiquement et moralement. « Dans les romans de Masoch, définit KrafftEbing, on trouve des individus qui, comme objet de leur désir sexuel, créent des situations dans lesquelles ils sont soumis sans 1 limites à la volonté et à la puissance dune femme . »
1. Lentrée « masochisme » apparaît en 1890 dans lesNouvelles Recherches dans le domaine de la Psychopathie sexuelle, qui font suite à louvrage fondateur,Psychopathia sexualis, publié à Stuttgart
7
On ignore trop souvent que le masochisme a aussi une mère. En effet, larticle de KrafftEbing ne renvoie pas seulement ses lecteurs aux ouvrages les plus célè bres de SacherMasoch. Il fait également référence à sa femme. Aux yeux du psychiatre, un roman signé par Wanda sous le titreLa Véritable Hermine(1879) fait delle une auteure « masochiste » de plein droit. Stu peur devant les remaniements de lhistoire : le maso chisme ne serait pas linvention dun homme seul, mais duncouple. Et de ce couple, Wanda von Sacher Masoch sest chargée ellemême de raconter lamour et les déboires. Pourtant, depuis limportante édition de laConfes sion de ma viedans la collection « Linfini » de la Nou velle Revue Française, réalisée en 1989 sous la direction de Philippe Sollers, ce texte est passé à la trappe de la postérité. Wanda, il est vrai, a beaucoup romancé ses rapports avec son mari. Son autobiographie, écrite en français, la France ayant accordé une immense gloire littéraire à son mari, pourrait aussi bien sappelerLe Roman dune femme vertueuse, selon le titre dun de ses livres publié en 1873. Un an après sa première publi cation en 1907, au Mercure de France, plusieurs affa bulations ont été démasquées grâce aux extraits du journal de SacherMasoch, publiés par CarlFelix von Schlichtegroll dans un ouvrage joliment intitulé 1 Wanda sans masque et sans fourrure. Dans ce texte,
en 1886, établissant la première nomenclature des perversions sexuelles à vocation scientifique. 1. Le texte a été publié en français : CarlFelix von Schlichte groll,Wanda sans masque et sans fourrure, suivi deNouvelles Confessionsde Wanda von SacherMasoch, Paris, Tchou, 1968.
8
Schlichtegroll défendait le romancier contre les rema niements opérés par sa femme, tout comme son premier livre,SacherMasoch et le masochisme. Une étude lit téraire, sopposait à la réduction de luvre à la per version repérée par KrafftEbing. Seulement voilà, la vérité du masochisme ne se pré sente jamais autrement que masquée, et en fourrure. Les déguisements et les fétiches lui sont consubstan tiels. Schlichtegroll luimême na jamais été, comme il le prétend, le secrétaire de SacherMasoch, et son nom nest quun pseudonyme transparent, signifiant mot à mot « celui qui apaise les rancurs ». Par conséquent, si lon veut se faire une idée exacte des rapports de SacherMasoch et de sa femme, on ne peut pas se contenter de rechercherseulementla vérité. Il faut écouter toutes les voix, faire place à tous les fantasmes, et prendre la réalité pour ce quelle est : un carambolage halluciné de sensations, un télescopage désordonné de craintes et despérances, une illisible langue des signes.
Au demeurant, lassociation qui devait faire du masochisme une affaire de couple ne va nullement de soi. Par leurs origines, « Wanda » et SacherMasoch viennent lun et lautre dunivers opposés. Née le 14 mars 1845 à Graz dune famille modeste, Aurora Ange lika Rümelin est avant tout une fille du petit peuple. Avec sa mère, séparée de son père pour des raisons obscures, elle a passé ses jeunes années dans la misère et na survécu à la famine et au choléra que par une succession de petits métiers. Les deux femmes ont occasionnellement lavé le linge des soldats, cousu des gants, vendu du tabac Bien quelle nen dise pas un mot, il nest pas impossible que la jeune fille, auPetit
9
Tabac du Cirquetenu par sa mère, ait également mon nayé ses faveurs à la manière des « grisettes » et des « cousettes » : dans les manufactures, les ouvrières complétaient souvent leurs salaires misérables en atti rant des hommes dans des intrigues complexes, faites de calculs et de caprices, où la satisfaction sexuelle devait être repoussée le plus longtemps possible afin den tirer le maximum davantages. Pour Aurora, le nombre de ces amants ne fut guère élevé : il naurait pas dépassé quatre. À vingtsix ans, logée avec six autres personnes dans un deuxpièces en souslocation, Aurora, grande lectrice de romans, se résolut à adopter une stratégie plus offen sive. À ladresse de plusieurs écrivains de la ville, elle rédigea des lettres invitant les belles plumes tantôt à la guider, tantôt à partager ses plaisirs. Cest ainsi quen décembre 1871, Aurora, sous le nom dAngélique, commença une correspondance pathétique avec lécri vain Petri K. Rosegger, qui ne donna pas suite, et sous le nom dÉmilie, envoya une lettre aguicheuse à Leo pold von SacherMasoch. Il ne sagissait pas seulement de manuvres de courtisane : Aurora avait naturelle ment lespoir de sortir de la misère, mais aussi de ren contrer un homme assez sensible pour la comprendre et assez puissant pour la protéger. En somme, elle mettait courageusement en uvre  sans doute, comme elle lindique, avec le secours littéraire dune Madame Fris chauer  les moyens daccomplir son rêve. Un rêve de cousette, reflet des espoirs et des déceptions dune jeune femme pauvre. De lautre côté de ce rêve, SacherMasoch était déjà un intellectuel réputé. Né le 27 janvier 1836 à Lemberg (aujourdhui en Ukraine), fils dun préfet de police
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin