Cultures maraichères dans la zone soudano-sahelienne du Cameroun.

258 lecture(s)
Les cultures maraichères sont produites en quantités assez appréciables, et comptent parmi les spéculations les plus rentables en terme de revenus monétaires générés, en zone soudano sahélienne du Cameroun. Ces cultures donnent lieu à des échanges commerciaux nationaux et internationaux importants pour le Cameroun et la sous région Afrique centrale. Ce document a pour objectif de fournir des informations fiables et des axes de recherche, aux potentiels organismes de recherche, aux projets de développement, aux étudiants, aux paysans, bref à tout les acteurs de la filière maraichère, pour la mise en place des politiques de développement solides, avec pour corolaire une lutte plus ardue contre la pauvreté.

lire la suite replier

Achetez cette publication

Lecture en ligne + Téléchargement
Format(s) PDF
sans DRM
  • Lecture en ligne + Téléchargement
  • Format(s) PDF
  • sans DRM
Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
Manuscrit
publié par

suivre

Vous aimerez aussi

2

Cultures maraîchères
dans la zone soudano
sahélienne du Cameroun

3
Roger Djoulde Darman
Cultures maraîchères
dans la zone soudano
sahélienne du Cameroun

Essai
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7826-2 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748178265 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-7827-0 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748178272 (livre numérique)

6
7
INTRODUCTION
Si aujourd’hui les politiques de sécurité ali-
mentaires s’intéressent toujours à l’organisation
des marchés céréaliers, cotonniers et à l’élevage
dans la partie septentrionale du Cameroun, elles
accordent une part de plus en plus importante
aux productions qualifiées de « secondaires »
qui retrouvent toute leur importance, eut égard
aux revenus alternatifs qu’elles génèrent sou-
vent en contre saison par rapport aux revenus
céréaliers, cotonniers et provenant de l’élevage :
c’est le cas des légumineuses et des cultures ma-
raîchères. En effet, la plupart des savanes et
steppes de la partie septentrionale du Came-
roun, font face à de nombreux aléas de nature
climatique (les déficits pluviométriques et les
inondations sont fréquents dans la zone des sa-
vanes), Biologique (les attaques de ravageurs sur
les cultures, les maladies des plantes ou des
animaux), Socioéconomiques (les variations des
cours des produits, les problèmes d’évacuation
de marchandises ou les multiples actes de bri-
gandages et de grand banditisme qui sévissent
9 Cultures maraichères
sur nos principales routes etc. Ces aléas ont des
impacts non négligeables sur les exploitations et
les revenus du paysan.
La prééminence des risques et l’incertitude
dans le quotidien des exploitations paysannes
cotonnières, céréalières ou d’élevage, sont pour
la plus part précurseurs du développement des
zones maraîchers avec comme atout majeur un
accès aisé à un marché urbain rémunérateur,
l’existence des conditions naturelles, permettant
d’irriguer en saison sèche. La production des
cultures maraîchères se développe en zone sa-
vanicoles du Cameroun surtout pour
l’exploitation vers les autres provinces en contre
saison, mais aussi pour les marchés intérieurs et
régionaux. L’objectif de la recherche devra être
de réduire au maximum les importations
d’espèces qu’il est possible de produire locale-
ment et de tenter quand les conditions le per-
mettent, d’établir et de maintenir un courant
d’exportation. Dans ce contexte nouveau, une
démarche scientifique de long terme associant
populations paysannes, agents de développe-
ment en partenariat étroit avec la recherche
s’impose, eu égard à la complexité de la situa-
tion ainsi générée.
Ce document tente d’apporter quelques élé-
ments de compréhension à la problématique
des cultures maraîchères en zone soudano sahé-
lienne du Cameroun. Une analyse de la filière
10

L'extrait de cette publication vous a plu ?

Ajoutez-la votre panier pour la lire dans son intégralité !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.