Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

2
Titre
Liberia
3
Titre Aboubacrine Banaye
Liberia La voix des morts
Témoignage
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01208-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304012088 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01209-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304012095 (livre numérique)
6
.
8
AVANT PROPOS
Notre ambition n’est pas d’écrire l’histoire du Liberia. Nous avons malheureusement été asso-ciés à un drame humanitaire majeur dont ce pays a été et continue d’être le théâtre… Notre conscience d’homme ne pouvait faire autrement que de nous imposer de produire un témoi-gnage. S’il y a un seul pays au monde qui se devait d’incarner la vitrine d’un monde de liberté sans injustice, nul doute que ce rôle devait échoir au Liberia. Imaginez un peuple d’esclaves affran-chis qui décide de fonder une nation… Ces hommes avaient été déportés d’Afrique dans des conditions des plus abjectes pour une vie de servitude tout autant inhumaine. Ils ont eu à traverser toutes les phases physiques et psycho-logiques consécutives à la privation de liberté chez l’homme : le sevrage culturel, la maladie, la torture, l’assassinat, l’incompréhension, la ré-volte, la résignation, l’espoir, le désespoir… Ils ont lutté jusqu’au bout pour avoir, au lieu du droit de retourner vivre en Afrique, au moins
9
Liberia
celui de jouir du minimum de droits dignes d’un être humain. L’Amérique a fini par entendre raison. La loi abolissant l’esclavage fut promulguée. Les an-ciens esclaves furent autorisés à retourner vivre en Afrique pour ceux qui le désiraient. Le Libe-ria naquit dans la foulée. Hélas, l’homme retombe toujours dans ses travers. Les ex esclaves afro-américains devaient à leur tour, chavirer dans les profondeurs du règne de l’intolérance et de l’exclusion mani-feste. Se prévalant d’une motivation aussi ignominieuse que le fait de se croire plus « civi-lisés » que les indigènes autochtones qui n’avaient jamais quitté l’Afrique, il ne tardèrent pas à ériger un système de discrimination raciale presque similaire à celui dont ils avaient tant souffert lors de leur captivité américaine. Pen-dant près d’un siècle et demi les Afro-américains avaient régné en despotes sur le Li-beria. La révolution de Samuel Doe, comme un cy-clone qui avait déjoué toutes les prévisions mé-téorologiques, était venue balayer 136 ans de tyrannie. Elle non plus, n’allait pas tarder à dé-cevoir les espoirs immenses que le peuple avait nourris à son égard. Pauvre Libéria ! Une nation partagée entre, d’une part, les Afro-américains, peuple culturel-lement essouché par une épisode éminemment
10