San Michele

De
Publié par

Accompagné et guidé par la mystérieuse Flore, le narrateur flâne dans l’île-cimetière de Venise, quatre saisons durant. Fasciné par les ombres errantes de San Michele, les variations de lumière, la gamme des ocres, il évoque ici aussi bien les personnages illustres qui y reposent depuis deux siècles que les anonymes (princesses russes, jeunes ballerines, bambins, soldats, ambassadeurs, aviateurs…). L’occasion de retrouver Stravinsky et Diaghilev, Ezra Pound, Joseph Brodsky, le compositeur engagé Luigi Nono, D’Annunzio et sa muse, le peintre Zoran Mušič, Aragon, qui faillit mourir à Venise, Wagner qui y rendit son dernier soupir. En arpentant ce parc fleuri dominé par les cyprès, en évoquant ses souvenirs personnels, le narrateur nous fait aussi découvrir des poètes oubliés ou suicidés, des musiciens, des épisodes peu connus de la vie de Casanova, de Chateaubriand ou de Henry James.Mais les morts demandent aussi leur part de vie... Le dialogue à travers les siècles va ainsi être dangereusement troublé par les délires et les hallucinations de Flore, jusqu’au drame annoncé.
Publié le : mercredi 25 février 2015
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021212228
Nombre de pages : 221
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
S A N M I C H E L E
Du même auteur
Brooklyn : sketces poésie Maelström / City LigHts, 2005
Jubilate ! Poèmes pour soprano poésie Éditions de La Différence, 2010
Prises d’élan poésie Obsidiane, 2011
Le Rire des belettes poésie Naïve, 2012
Fi c t i o n & C i e
T  i e r r y C l e r m o n t
S A N M I C H E L E
récit
Seuil e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
c o l l e c t i o n « Fiction & Cie » fondée par Denis Roce dirigée par Bernard Comment
Citations :
© Éditions Pierre-Guillaume de Roux, 98,Le Gravier des vies perdues de Dominique de Roux. – © Perrin, Ma vieRicard Wagner, traduit de de l’allemand par Noémi Valentin et Albert Scenk (9), révisé par Dorian Astor. – © Éditions Grasset & Fasquelle, 3,Métronome vénitien de Samuel Brussell. – © Éditions de La Table Ronde, 3,SérapHin, c’est la fin !de Gabriel Matzneff. – © Éditions de l’Arcipel, ,La Cité des anges déchus de Jon Berendt, traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Brévignon. – © Éditions de La Différence, 98,Heures italiennesde Henry James, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Pavans. – © Flammarion, 98,Les Cantosde Ezra Pound, traduits de l’anglais (États-Unis) par Jacques Darras, Yves di Manno, Pilippe Mikriamos et Denis Roce. – © Éditions des Syrtes, ,Le Feude Gabriele D’Annunzio, traduit de l’italien par Georges Hérelle. – © ACTES SUD, ,Vertiges de W.G. Sebald, traduit de l’allemand par Patrick Carbonneau. – © Éditions du Cerf, 9,Écrits d’amourde Cécile Sauvage. – © Éditions Gallimard, 99,La Grande Gaîtéde Louis Aragon. – © Éditions Gallimard, 9,Le Roman inachevéde Louis Aragon. – © Éditions Gallimard, ,La Défense de l’infiniLouis de Aragon. – © Éditions Gallimard, 99,Acqua altaJosep Brodsky, traduit de de l’anglais (États-Unis) par Benoît Cœuré et Véronique Sciltz. – © Éditions Gallimard, 993,VertumneJosep Brodsky, traduit du russe par Hélène de Henry, André Markowicz et Véronique Sciltz. – © Éditions Gallimard, , La Barbarie ordinaire de Jean Clair. – © Éditions Gallimard, ,Lait noir de l’aube de Jean Clair. – © Éditions Gallimard, 9,Le Passé défini de Jean Cocteau. – © Éditions Gallimard, 99,La Reine Albemarle ou le dernier touristede Jean-Paul Sartre. – © Éditions Gallimard, 3,Correspondancede Franz Liszt et Ricard Wagner, dans la traduction de Jacques Lacant et Léopold Scmidt, revue par Danielle Buscinger. – © Éditions Gallimard, 9,Carnet vénitiende Liliana Magrini. – © Éditions Gallimard, 98,Poèmes, suivi deHommage à Sextus PropertiusPound, traduit de l’anglais (États-Unis) par Micèle Pinson, d’Ezra Gislain Sartoris et Alain Suied. – © Éditions Contrecamps, ,Écritsde Luigi Nono, traduit de l’italien et de l’allemand par Laurent Feneyrou.
 98----
Potograpie page  : Manzoni Giacomo, Tombe d’Igor Stravinsky © Adagp, Paris,  © hierry Clermont, -, pour les potograpies © Éditions du Seuil, octobre 
www.seuil.com www.fictionetcie.com
Aux mânes de Venise
J’ai pris Venise autrement que mes devanciers ; j’ai cercé des coses que les voyageurs qui se copient tous les uns les autres ne cercent point. Personne, par exemple, ne parle du cimetière de Venise ; personne n’a remarqué les tombes des juifs au Lido, personne n’est rentré dans les abitudes des gondoliers, etc. Vous verrez tout cela.
F-R  C
Les morts aiment qu’on parle d’eux Or les vivants n’y pensaient guère.
L A
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Apocryphes du cœur

de editions-david

L'avenir

de Etudelitteraire

Autour du monde

de bnf-collection-ebooks