Réflexions à l'occasion du 13 février 1820

Publié par

Impr. d'A. Boucher (Paris). 1820. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1820
Lecture(s) : 3
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

RÉFLEXIONS
A L'OCCASION
DU 13 FÉVRIER 1820.
PRIX : 50 CENT.
A PARIS,
DE L'IMPRIMERIE D'ANTHe. BOUCHER,
SUCCESSEUR DE L.-G, MICHAUD,
RITE DES BONS-ENFANTS, N°. 34
M. DCCC. XX.
REFLEXIONS
A L'OCCASION DU 13 FÉVRIER 1820.
Sculpe querelam.
HORACE.
JE venais de lire le bel ouvrage dans lequel
un de nos plus éloquents écrivains, M. de Châ-
teaubriand, a consacré les plaintes des Fran-
çais avec le récit du déplorable attentat dont
notre patrie est, en quelque sorte, la seconde
victime. Une douleur étrangère , qui vient se
joindre à la nôtre, lui donne encore de nou-
velles forces. J'avais l'esprit livré aux pensées
les plus mélancoliques, et comme enveloppé
par un deuil religieux, lorsqu'une circons-
tance me conduisit dans la rue Rameau. Un
mouvement secret ralentit mes pas. « C'est
donc ici, me dis-je, que l'infortuné duc de
Berri a donné, en mourant, un témoignage
d'une vertu si pure et si touchante ! » Je m'ar-
rêtai , je tournai les yeux vers la place fatale !..
Quand nous sommes pénétrés d'un senti-
ment profond, surtout si un malheur public
(4)
en est la cause, nous nous attendons presque
à en retrouver l'expression jusque dans les
lieux muets et insensibles où ce malheur est
arrivé : il nous semble qu'ils doiven t parler à
notre ame le langage de son affliction. Je ne
saurais dire combien je fus blessé de n'aper-
cevoir en cet endroit aucun souvenir de l'évé-
nement qui m'attristait. Trois barres de fer
étaient la seule marque distinctive à laquelle
on pouvait reconnaître le lieu de l'assassinat.,
Trois barres de fer ! est-ce donc là un monu-
ment pour un fils de France !
Quoi! me vint-il en pensée, les Français ,
le peuple, de tout temps, le plus attaché à ses
souverains et à leur illustre famille, les!Fran-
çais n'ont rien fait encore pour la mémoire
d'un Prince si universellement regretté ! la
dette que nous impose son trépas n'est point
acquittée encore!
Plongé dans ces réflexions, en portant mes
pas un peu plus loin, je remarquai, à la porte
du concierge de l'Opéra, une estampe litho-
graphiée. J'y lus ce mot : Douleur ! et je vis
qu'elle, devait avoir quelque rapport avec les
derniers moments du Prince.
Je m'approchai : quel fut mon élonnement
devoir le projet d'un monument simple, et
(5)
grand par sa simplicité même, où une femme
auguste, penchée sur une urne cinéraire , pa-
raissait l'arroser de ses pleurs. Cette femme ,
est-ce la France, est-ce la duchesse de Berri?
Toutes deux sont également veuves. Le pié-
destal de la statue laisse échapper une eau-
dont l'ablution perpétuelle doit laver et puri-
fier la place où le sang le plus auguste a coulé-
Non, les Français ne sont pas demeurés
dans une coupable indifférence , m'écriai-je :
le voilà, le monument indispensable qui doit,,
en quelque sorte , réhabiliter cette place fatale,
complice involontaire du crime. Je lus que ce
projet venait d'une dame : il était digne, en
effet, d'être conçu par une personne du sexe
le plus tendre à la compassion, le plus délicat
sur les convenances.
Mais , ce que je suis encore à comprendre ,
c'est le motif qui a rétardé l'exécution d'un
semblable projet. J'en ai parlé depuis ce jour
à quelques amis répandus dans la société, et
leurs réponses ne m'ont pas semblé satisfai-
santes. Un seul m'a dit que la plupart des
journaux avaient fait l'éloge du projet et de
l'estampe dont j'avais été frappé , comme
d'une heureuse idée. Il me fit lire, entr'autres
articles, quelques lignes insérées dans la Ga-
zette de France, qui démontrent évidemment

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.