Réponse à un écrit de M. d'Aubignosc, intitulé : "Quelques mots sur la brochure Hambourg et le Mal Davoust", par Th. de Haupt,...

De
Publié par

1814. In-12, 21 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1814
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

REPONSE
A UN ECRIT DE M. D'AUBIGNOSC,
Ex-Directeur de la Haute-Police générale
à Hambourg.
REPONSE
A UN ECRIT DE M. D'AUBIGNOSC,
Si-Direeteur de la Haute-Policé générale à Hambourg ,
INTITULÉ:
QUELQUES MOTS SUR LA BROCHURE
HAMBOURG ET LE Mal. DAVOUST,
Par TH. DE HAUPT , ancien officier anglais.
PARIS.
1814.
RÉPONSE
À UN ÉCRIT DE M.D'AUBIGNQSG
Ex-directeur de la Haute-Police générale à Hambourg.
M. D'AUBIGNOSC , ex-Directeur général de la haute
police à Hambourg, a cru devoir répondre par
quelques mots a ma Brochure intitulée : Ham-
bourg et le maréchal Davoust , en ce qu'elle
concerne sa gestion et son caractère public.
Au lieu de réfuter les faits établis dans cet ou-
trage, M. d'Aubignosc , en les laissant subsister en
particulier , s'est contenté de les contredire en
général, et de remplir près des dieux tiers de son
pamphlet d'extraiis qu'il y a choisis , soit , comme
il le prétend , pour se disculper , soit pour atta-
quer M. dé Bourienne , de l'administration duquel
ma Brochure fait une mention honorable.
Le principal moyen dont M. d'Aubignosc a
cru pouvoir se servir avec effet, c'est de se per-
mettre une sortie contre la personne dé l'auteur
même , en le représentant , tantôt comme un
être fictif , ou comme étant l'organe d'un person-
nage marquant , d'un Français , qui auroit énor-
mément puisé à Hambourg, tantôt comme un in-
connu, et enfin en le peignant avec les couleurs
les plus odieuses. Il espère engager le public ,
par ce subterfuge, à ne pas ajouter foi aux paroles
d'un homme qui a ose divujger une foible partie
se sa conduite.
M. d'Aubignosc n'a pas , été à même de détruire
les détails qui sont mis à sa charge , dans ma Bro-
chure ; il s'est content d'en appeler, avec une har-
diesse étonnante , aux témoignages dès premières
têtes de Hambourg ; il ne lui en eût pas coûté da-
vantage de provoquer avec la même témérité le
témoignage de toute la réunion: des négocians de
cette ville, et surtout celui des sieurs Schroeder,
( 7 )
Schulte et Schemann, à l'égard desquels il annon-
ce , avec, son hypocrisie ordinaire, qu'il se seroit
joint à moi pour déplorer ces maisons, dont la
première a été victime d'une escroquerie considé-
rable..... M. d'Aubignosc-a-t-il donc oublié tous les
détails de cette affaire? — A-t-il oublié aussi, qu'il
étoit tellement tenace à maintenir les scellés qui
avoient été apposés, pour sûreté de la triple
amende, sur les coffres forts des sieurs Schulte et
Schemann , qu'il a fallu des ordres sévères et
réitérés du Ministre de la Police générale,-pour le
contraindre à les faire lever ?
Persuadé que les personnes qui ont été lésées
par la gestion de M. d'Aubignosc , et surtout celles
qui ont des réclamations d'un intérêt particulier à
former contre lui , ne tarderont pas dé faire valoir
leurs droits devant les Tribunaux ; et d'ailleurs
les faits contenus dans ma Brochure étant intacts
jusqu'à ce jour , je ne crois pas qu'il me soit encore
nécessaire d'opposer au prétendu témoignage des
deux mille fonctionnaires publics, duquel M. d'Au-
bignosc attend sa justification , à leur retour de
( 8 )
Hambdusg , les signatures d'un triple nombre de'
négocians hambourgeois qui sont prêts à attester
la vérité de ce que j'ai dit contre l'ex-Directeur
général de Police, et qui me reprocheront sans
doute de, n'en pas avoir dit assez.
Je ne me bornerai donc qu'à démontrer la
mauvaise foi avec laquelle M. d'Aubignosc cher-
che à faire naître des doutes sur le véritable au-
teur d'une Brochure à laquelle il a cru devoir
répondre par une contradiction des plus évi-
dentes, qui tend à me dénigrer aux yeux du
public, en même temps qu'elle répand des
doutes sur l'identité de ma personne. C'est une
tâche que je: dois à la cause pour laquelle j'ai'
parlé, et à mon propre caractère.
L'écrit de Monsieur d'Aubignosc fait mention
de deux individus , appartenans à un parti
exclusif , désigné lui- même, comme n'étant
point celui de la France et du trône , dont l'un
auroit long-temps et énormément puisé à Ham-
bourg , et dont l'autre , son compagnon d'intri-
gues , n'auroit eu que quelques parcelles de cette
( 9 )
riche et abondante récoke. Il dit que. ces deux
individus se sont emparés de la cause de cette
ville pour l'exploiter comme un domaine utile,
et qu'on doit à cette spéculation tant d'articles
controuvés sur Hambourg, et enfin la misérable
Brochure, intitulée Hambourg et le maréchal
Davoust. M. d'Aubignosc n'a point voulu nom-
mer les masques, il n'a pas voulu devenir accu-
sateur, et il laisse ce soin au temps et à la voix
publique.
Il ne peut y avoir aucun intérêt pour moi de
deviner les masques que M. d'Aubignosc a re-
connus avec tant de sagacité, ni d'apprécier le
mérite des accusations qu'il a lancées contre l'un
des deux individus, que l'ex-Directeur croit l'au-
teur de ma Brochure , et auquel, selon sa vive
pénétration, mon nom a servi de masque. En
éclaircissant le public sur le véritable auteur,
ainsi que sur ma personne, je détruirai le seul
moyen de défense que M. d'Aubignosc ait fait
valoir, celui d'attribuer mon écrit à un person-
nage qu'il s'efforce de rendre odieux et mépri-
sable, et de me calomnier moi-même de la nia-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.