Requête des femmes, pour leur admission aux états généraux, à Messieurs, composants l'Assemblée des notables ([Reprod.])

Publié par

[s.n.]. 1789. France -- 1789-1799 (Révolution) -- Femmes -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1789
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

MICROCOPY RESOLUTION TEST CHART
NBS 1010a
̃ANSI and I0O 1FST CHART No 2-
25X
THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LES ARCHIVES DE LA
REVOLUTION FRANÇAISE
T> BRIIX.i: STREET MIIX BRIIM.i; STREET
WITNEY OXFORDSHIRE OXh 6ttl
Tclephune: (09i):i) 77H3% Fax: 77!Kî4:î
paru être de* quelque poids.
campagnes former
autant de corporations ayant
des Députés aux Etats-Généraux. Mais
plus les demandes font multipliées moins
on y â d'égard tel eft ordinairement le
fort des nombreufes réclamations.
long- temps re-
du Peuple, font effentielle-
ment partie du Tiers-Etat ils ne peuvent
doit
avoir lieu pour les Bourgeois des Villes,
Pro-
priétaires des campagnes au premier
kbord, leur demande femble mieux fon-
Ai
Je Commerce étoit prefque nul nos an-
• une fortune
par voyages de
continuelle;
le numéraire en le mettant en circula-
ion. Les Commerçants*, devenus au jour*
d'hui une claiTè intéreffante dans l'Etat
rivent, fans contredit être appelles aux,
.Semblées de la Nation, mais rien ne
néceffite leur réparation du Tiers-Etat,
avec lequel ils n*ont aucun intérêt con-
tradidoire à débattre. Relent enfin les
repréfentante des campagnes à le Tiers-
Etat veille avec foin à ce qu'aucun de fea
Propriétaires ne foit pris dans l'Ordre de
la.. Nobleffe il eft prefque inutile que
cette dernière Gaffe ait des Mandataires
particuliers puîfque le troifieme Ordre,
univer/ellement
facrifié aux deux premiers s'occupem d4
fpulagemeiit de la portion la plus fou{»
oppofés ce bienfait.
Vous devez en outre
tir te ridicule les pîaifants de Ja Ca-
pitale ne pas d'attachée ail
auriez Fadmiffion
a craindre que
Ton ne répandît dans les cercles que vous
Verfailles que du tiers
& du quart, tandis que c*eil-<îe la com-
munauté dé-
D'après cet aveu vous ne nous foup-
çonnerez pas > Meffieurs 3 de vous pro-
pofer encoreun nouveau quatrième Ordre
fçavors.
Tiers-Etat voilà la
dîvifion naturelle de la Na^ïca & il r,$
|>eut y en avoir
5 à Tours j en i^Ct.7
en
A*
modela
bien onf toutes été éga*
je n'en excepte pas
même celle de 1614, vainement réclamée
par puifque nous n'y
avons pas été appellées. Nous- formons
cependant là plus faine & la majeure par-
tïe Nation..
-Que les peuples barbares qui nous tien-
nent indignement renfermées dans des fer-
rails aient jugé à propos de nous exclure
de toute àdmiififtratiorî 5 rien n'eft moins
étonnant ils nous ont accoutumées à des
affronts plus fanglants dont malheureufe-
mentnos gardiens n'ont que de trop foibles-
moyens de nous offrir* Mais
qu*en France, où nous fommes le canal
par où
nous fai(bns tout, on n'ait pas encore
fongé à nous admettre aux Etats-Géné-
raux on a de la peine à le le perfuader»
(<n
nous
cori-
femmes
Ad mi niftration & combien
Minières des Autels lorfqu'une con-
Science timorée
tre à prix les nombreux Bénéfices que
TEglife tient en réferve pour fes enfants
ne les acçordez-v©us pas aux demandes
irréTïftibles d'un fexe féduifant qui con-
Roule pouvoir de deux beaux yeux fur
des hommes habitués a apprécier les chef-
d ouvres du Créateur?
Et vous defcendants de ces preux CI
valiers plus courageux dans les TourH
nôis quand ils combattoient fous les yeux
de leurs Dames dont ils étoient fiers de
porter les couleurs 5 n'eft-ce pas encore
aujourd'hui pour vous rendre plus chers

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.