Résumé historique de la campagne de Napoléon Ier en France contre l'invasion de 1814, dans les arrondissements de Château-Thierry et d'Epernay . (Signé : G. P.)

Publié par

chez tous les libraires (Château-Thierry). 1864. In-16. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1864
Lecture(s) : 5
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Vésumé IIISTORIQUE
de la
ElIlPlGNE DE NAPOLEON 1er
K X F R A N CE
COMKE L'INYASION DE 1814
1
dans les arrondissements
-de C hâteau - Tliierr y
¿J d'Epernav
CHATEAU-THIERRY
EN VENTE CHEZ TOCS LES LIBRAIRES
rti]STJMÉ HISTORIQUE
de la
CAMPAGNE DE FRANCE
en 181..
RÉSUMÉ HISTORIQUE
delà
CAMPAGNE DE FRANCE
en 1814
On sait par suite de quels événements les Souve-
rains coalisés de l'Europe, chez lesquels Napoléon
Ier avait si souvent porté la guerre, envahirent en
janvier 4814, la France épuisée par la désastreuse
campagne de Russie et par la perte de la bataille
de Leipsick. L'Empereur, malgré les héroïques
combats de Brienne (29 janvier) et de Rothière
(1*r février), avait été impuissant à refouler l'armée
alliée, forte de plus de 200,000 hommes, qui oc-
cupait la vallée de la Seine, et il avait dû se replier
sur Troyes.
Après l'insuccès du Congrès de Châtillon, résolu
à tenter un effort suprême, il sut profiter avec ha-
bileté d'une faute des envahisseurs.
Ceux-ci, au lieu de se porter en masse compacte
vers Paris, s'étaient divisés en trois groupes.
6 10 FÉVRIER. VICTOIRE DE CHAMPAUBERT,
Tandis que le prince autrichien Schwarzenberg
avec les 430,000 hommes de l'armée de Bohême,
continuait à opérer sur les bords de la Seine, en
face de Napoléon, l'armée de Silésie cheminait
sur deux routes; Yorck, à là tête de 4&,00(7
Prussiens, longeait la Marne par Epernay et
Château-Thierry, et le général en chef Blucher,
avec 50,000 Russes et Prussiens, s'avançait sur
une longue ligne par la route' intermédiaire qui
conduit de Châlons ou de Vitry-le-François à La
Ferté-sous-Jouarre par les plateaux.
Napoléon comprit qu'il pouvait écraser séparé-
ment chacun de ces corps qui s'étaient mis dans
l'impossibilité de se soutenir mutuellement. Le 8
février, il quitte en secret Nogent-sur-Seine et
prenant à Sézanne le commandement de 30,000
hommes qu'il y avait réunis, il traverse les marais
de Saint-Gond au pont Saint-Prix, attaque en
flanc à Chanipaubert, l'armée de Silésie, et dans
une charge brillante, dirigée par Marmont, duc
de Raguse, tue 1,500 Russes, prend vingt bouches
à feu, fait 3,000 prisonniers et coupe ainsi le corps -
ennemi en deux tronçons (10 février).
Le 14, l'Empereur laisse Marmont à Champau-
bert avec la division Lagrange pour contenir Blu-
cher resté en arrière. à Vertus, et il s'avance dans
la direction de Paris, vers le général russe Sacken
qui était déjà parvenu à La Ferté-sous-Jouarre,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.