Rêveries d'un étameur ; Petites affiches du "Tintamarre" ; Classiques retapés, etc. / par Commerson [E. Furpille, Vachette, H. Maxance et J. Brantome]

De
Publié par

Passard (Paris). 1865. 1 vol. (XII-499 p.) : fgi. ; in-32.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1865
Lecture(s) : 32
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 489
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A LA MÊME LIBRAIRIE
COMMERSON
Encyclopédie bouffonne, Pensées d'un Emballeur, Éphé-
mérides drolatiques, Dictionnaire comique des Syno-
nymes, Boutades et Bigarrures. 1 vol. in-32 1 50
Un Million de bouffonneries, ou le Blagorama français.
1 vol. in-32. 150
EUGÈNE FURPILLE ET MAX GÉRARD
Taris à vol de Canard, impressions de voyage dans les
treize arrondissements de Paris. 1 vol. in-32. 1 50
HILAIRE ET EUGÈNE LEGAI
Un Million de plaisanteries. 1 vol. in-32. 1 50
Un Million de bétises. 1 vol. in-32. 1 50
Un Million d'Énigmes, Charades et Logogripbes. 1 vol.
in-32. 1 50
Un Million de Calembours. 1 vol. in-32. 1 50
Le Baron de Munchhausen. 1 vol. in-32. 1 50
One Million of comie anecdotes (en anglais), 1 volume
in-32. 150
Encyclopédie des Proverbes français, 1 vol. in-32. 1 50
Petit Théâtre bouffon, ou choix de pièces comiques.
1 vol. in-32. 1 50
Biblothèque des Calembours. 1 vol. in-32. 1 50
BALZAC, ALCIDE TOUSEZ ET FRÉD. SOULIÉ
Histoire drolatique de l'empereur Napoléon. 1 volume
in-32. 1 50
PARIS. —IMPRIMERIE DE I. CLAYE, RUE SAINT-BENOIT, 7.
BIBLIOTHÈQUE DROLATIQUE
RÊVERIES
D'UN
PETITES
CLASSIQUES RETAPÉS, ETC.
PAR
COMMERSON
PARIS
PASSARD, LIBRAIRE-ÉDITEUR
RUE DES GRANDS-ATGUSTINS, 7
Droits réservés.
VI PREFACE.
ques lignes et allez droit an fait — c'est-à-dire aux
turlulaines.
Il n'y a que Paris pour donner le jour a de pa-
reilles élucubrations; — lui seul peut adopter ces
enfants-la,—et pourtant, quelque sérieux qu'on y
mette, quelque fervente résolution qu'on ait prise de
ne pas ouvrir les lèvres, ces portes de la bouche,
même pendant l'espace d'un sourire, en parcourant
ce recueil outrecuidant — on rit — on rit grande-
ment. — Au diable tout pédantisme ! — Tous vouliez
chasser la folle gaité de votre logis, elle s'y installe,
— elle vous bafoue. Vous vouliez la chasser, et la
voilà qui enfourche le balai dont vous alliez la frap-
per. — Au diable aussi toute colère! — Pourquoi
condamner celui auquel nous devons une heure, une
grande heure d'hiarité ; ayons, à défaut de toute au-
tre, la reconnaissance du rire.
Mais s'il n'y a que Paris pour enfanter ce recueil,
il n'y a qu'à Paris aussi qu'on puisse le lire—le cadre
est indispensable au tableau.—Si vous relirez l'un—
crevez l'autre ; — il lui faut ce bruit, ces coudoie-
ments, ces paradoxes, ces fumées de cigare, ces fumées
d'esprit, ces grandeurs et ces décadences qu'on ne voit,
qu'on ne rencontre, qu'on n'entend qu'à Paris. Vous
parlez, — vous qui ne l'achèterez pas, mais qui le lirez,
vous qui. en comprendrez tout l'esprit, — comme il
parle lui-même, — vous répéterez ces boutades,
PREFACE. VII
franchement, à l'inverse de ces beaux esprits qui
l'écraseront publiquement sous le talon de leur mé-
pris, et qui, dans le sein des trois ou quatre gravu-
res de mode qui forment leur Société, les lâcheront
comme leur étant propres — et vos miettes feront
leurs festins ! pauvres affamés d'esprit !
Surtout ne commettez jamais l'imprudence d'em-
porter ce volume si vous franchissez la harrière un
jour d'été, si vous partez alerte, un beau malin, à la
recherche d'une feuille, d'une fleur ou d'un coin de
ciel, — choses fort rares à Paris. — Si vous allez à
Montmartre voir lever l'aurore, cette douce affligée
qui pleure sur les roses, — le livre vous paraîtra
d'abord maussade, et petit à petit vous arriverez aux
plus hauts degrés de la plus haute indignation. Là où
vous avez ri, vous grognerez, — vous le déchirerez
au passage que vous préfériez, lorsque l'hiver, les
pieds dans la cendre et le front dans les nuages de
votre pipe, vous vous abrutissiez à cette douce lec-
ture. — Autre site, autre livre. Elle vous parait bien
petite cette oeuvre de deux esprits, lorsque vous au-
rez devant vous l'oeuvre de Dieu! — Ce livre vous
paraîtra bien mesquin et bien ridicule en face de la
nature qui est son livre à lui, — livre qu'on admire
avec les yeux, mais qu'on épèle avec le coeur. L'été
appartient aux courtes lectures, aux longues prome-
nades, aux contemplations plus longues encore ; l'été,
VIII PREFACE
la joie est partout — tout au fond des chaumières,
tout en liant des arbres, dans les berceaux et dans
les nids ; l'été, c'est la saison du soleil et parlant du
bonheur, — rayons de soleil, sourires de Dieu ; l'été,
c'est les parfums, les chants, les journées fleuries,
les nuits étoilées ; mais, hélas ! l'hiver vient à grands
pas — adieu! adieu, doux été! — Adieu soleil, joie
et parfums ! — Voyez , l'été s'en va lentement, en
tournant vers les champs ses yeux pleins de pluie,
en effeuillant sur sa route sourires et baisers. —
Adieu! adieu, doux été, — l'hiver est de retour et
chacun marque sa place au coin du foyer, — l'hiver
est de retour, et la misère et la tristesse aussi ! —
Vous pouvez reprondre le livre que vous avez quitté
pour Courir les blés, — les soirées sont longues et
la lecture doit lès abréger; — tout ce qui vous a
amusé, vous amusera encore, — les éclats de rire
reviendront sur les pas des grognements. — Tout est
tristesse au dehors, que tout soit joie au dedans.
— L'été est la poésie de l'existence et l'hiver en est
la prose.
Donc voici l'hiver ; — que ce bouquin soit le bien
venu! — Lisez, lisez-le plutôt deux fois qu'une et
faites-moile plaisir de m'apprendre, à l'occasion,
quelle est l'utilité d'une préface ; — vous m'obli-
gerez.
Charles de COURCY.
DES RÊVERIES D'UN ÉTAMEUR
PAR
COMMERSON ET EUGENE FURPILLE
Étamer la casserole du coeur humain, récurer le
chaudron de l'intelligence, et rapiécer la faïence de
l'esprit, telle est la pensée folichonne et humanitaire
qui a dicté ce livre.
Deux mots seulement sur son origine.
Un homme s'est rencontré, d'une profondeur d'es-
prit incroyable, — si incroyable qu'elle pouvait pas-
ser pour absurde; Auvergnat raffiné jusqu'au pata-
quès, timide comme la violette, modeste comme
M. Alexandre Dumas, discret comme une vieille por-
tière, malin comme Gribouille, — et de plus étameur.
Compatriote de Biaise Pascal, il a puisé dans ce com-
patriotage le désir de faire voir à la France de quoi
un gaillard de sa trempe était capable comme pen-
seur solide et abondant, il a voulu résoudre aux yeux
de l'avenir ce problème si difficile pour l'économie
bien connue des Auvergnats : des pensées sans
compter.
X AVANT-PROPOS.
Homme de coup d'oeil, il a promené la sagacité de
sou nerf optique sur les grandeurs et les décadences
sociales, sur le vice pour rire et la vertu mauvais
teint; bref, il a tout vu, tout médité, tout ressoudé,
comme un étameur qu'il est, et il a traduit le résul-
tat de ses observations philosophiques dans le cha-
rabia énergique mais élégant que l'on va lire. C'est
ce charabia que le Tintamarre, ce journal plus phi-
lanthrope encore que rageur, offre à l'éducation des
innombrables cucurbitacés, au débarbouillage moral
desquels il s'est courageusement voué. Ce petit
livre est écrit spécialement pour les crétins; puisse-
t-il du moins leur être profitable ! Puisse l'iode de
nos pensées fondre le goitre épais de leur intel-
ligence, et les instruire tout en batifolant avec eux!
Eeyle-Stendhal n'écrivait que pour cinquante hom-
mes d'esprit en Europe, le Tintamarre, lui, écrit
pour trente-cinq millions d'idiots ; cette fois encore
l'avantage lui reste.
En présentant dans le monde les rêveries fraîches
écloses du Blaise Pascal au maillot, les auteurs n'ont
voulu rien changer, absolument rien, à l'allure por-
teur d'eau de la phrase et à la souplesse auvergnate
des périodes. Par égard pour quelques oreilles déli-
cates, ils ont seulement supprimé tous les fouchlra !
Et maintenant que la critique morde ou du moins
essaie de mordre à beaux crocs, si elle l'ose, sur ce
AVANT-PROPOS XI
chef-d'oeuvre en miniature! Quoi qu'elle fasse, notre
étameur n'en aura pas moins conquis uue stalle
d'honneur, — premier rang, parmi les moralistes les
plus cravates-blanches ; et désormais il peut dire à
son libraire avec une noble fierté : « J'ai vu les fari-
boles de mon temps, et j'ai publié ce rossignol. »
COMMERSON, EUGÈNE PURPILLE.
RÊVERIES
Chose stupéfiante! personne n'a encore
songé à écrire l'histoire de rétamage.
Aristote lui-même n'en a pas dit.un mot
dans son chapitre des... chaudrons. J'en suis
fâché pour Aristote. Après tout, si cette la-
cune est incomblée, elle n'est pas inCom-
blable. A mon sens, puisque l'Orient a bien
été le berceau de la civilisation, pourquoi
n'aurait -il pas été en même temps celui,
des étameurs? N'est-ce pas en Perse que s'est
établi l'État mage?
1
2 BIBLIOTHEQUE
* Quand un mot est échappé, on ne peut
pas courir après.
* Certaines dames aux camélias me font
l'effet de vieilles casseroles, brillantes au
dehors, usées au dedans. On a beau les dé-
crasser et leur donner du poli, rien n'y fait.
Cela exhale toujours une odeur de graillon.
* La société est une immense marmite qui
a les tribunaux pour écumoir.
* Que pensez-vous de M. Leroux, le jeune
premier des Français ? me demandait un jour
un de mes amis, qui dirige le théâtre de
Carpentras. — Je pense que M. Leroux est
un comédien agréable.—Fichtre! je le crois
bien; il a fait fureur l'année dernière à Car-
pentras , dans le rôle du marquis de Mon-
cade. — Le public Carpentrassois a fait
preuve de goût. — Pour obtenir de lui qu'il
revienne donner des représentations dans
notre ville, je lui offrirais de grand coeur le
double du prix d'un engagement ordinaire.
—Vous en avez le droit. — Qui m'en blâme-
rait? Tout le monde à Carpentras sait qu'il
font du beurre pour faire revenir le roux.
DRÔLATIQUE. 3
* L'homme est une punaise que les mal-
heurs écrasent.
* La vie humaine est un vaste jardin frui-
tier-potager où les étudiants cultivent la
carotte, les lorettes le cornichon, les femmes
du monde le muguet, les mères de famille
la quenouille, les gérants de commandite le
melon, les sociétés de sauvetage le 1 noyer,
les sous-lieutenants l'absinthe, les Lesbies
le pêcher mignon, les oculistes la prunelle,
les portiers le cassis, les ivrognes le verjus,
les régisseurs de théâtre l'amande, les poètes
agénois le jasmin, et les sculpteurs la feuille
de vigne.
Les idées creuses sont des chicots qu' on
devrait se faire extirper de la mâchoire de
l'esprit.
* Je connais dans le faubourg Saint-Jac-
ques un vieux savant qui, après des recher-
ches longues et opiniâtres, prétend avoir ac-
quis la preuve irrécusable que Jeanne d'Arc
n'était autre chose qu'un garçon déguisé en
fille. Un pareil fait est au moins extraordi-
naire, mais pourtant s'il venait à s'accrédi-
ter, l'histoire se verrait réduite à débaptiser
4 BIBLIOTHEQUE
l'héroïne, et à l'appeler désormais le... jeune
homme d'Orléans.
* La parole s'en va et les cris restent.
* Le malheur est un dentifrice qui dissout
le tartre des illusions sur les gencives de la
réalité. — J'emprunte cette phrase à M. W.
Rbgers.
* Dans Mademoiselle de Belle-Isle, Riche-
lieu reproche à d'Aumont, sa malpropreté,
inconcevable chez un gentilhomme. Cela
équivaut à l'appeler sale Aumont.
* L'orgueil est un ballon qui a la sottise,
pour hydrogène.
*Le toman est une ancienne monnaie
turque (voir les Orientales). C'était alors
surtout qu'on pouvait regarder Constanti-
nople comme le siège de l'empire aux to-
mans.
* Le malheur est une rnasure dont les
pauvres habitent le comble.
* Le Borak, l'âne mystérieux, à l'aide du-
quel Mahomet traversa les nuages, venait
en droite ligne de Mauritanie. C'est le type
véritable de l'âne maure.
DRÔLATIQUE. 5
* Les amants sont aveugles, — l'amour est
leur caniche.
* Je disais à un pharmacien : Les grands
chagrins sont parfois suivis de spasmes ner-
veux; quel est donc le moyen de les éviter?
— Les taire, me répondit-il.
* J'aime mieux l'écrit d'un homme illustre
que les cris de la chouette.
* Quinte-Curce a écrit un beau livre ; la
Vie d'Alexandre, fils de Paul Ier. Dans cet
ouvrage, Alexandre est représenté comme le
seul vainqueur de peau russe. . .
* L'emphase est une pompe d'où jaillit de
l'eau trouble.
* Dans l'adolescence, le coeur de l'homme
ressemble parfois au fourneau d'une loco-
motive. — Heureusement, -l'amour est sa
soupape de sûreté.
* Les plaisirs des sens ne le sont pas tou-
jours.
* Je lis dans l'histoire romaine que l'em-
pereur Antonin était d'une raideur incroya-
ble vis-à-vis de ses officiers. Cela m'explique
pourquoi ils l'ont surnommé Antonin le Pieu.
6 BIBLIOTHÈQUE
* Désormais quand on me demandera com-
bien j'ai de printemps, je ne compterai pas
celui-ci.
* Le concierge du Salon me disait un jour,
à propos du tableau de Mlle Bosa Bonheur :
Cette toile-là n'a été placée que l'une des
dernières, et pourtant je l'ai reçue de Bon-
heur.
Je n'aime pas sentir les sels de mon apo-
thicaire.
* A Pau (Basses-Pyrénées), la majorité
des citoyens affectionne le jeu de piquet. Le
soir, au cercle, on voit tous les joueurs qu'a
Pau.
* Je n'aime pas plus un faux col qu'un
style empesé.
* Ce brave homme de Voltaire, en croyant
inventer le nom et le personnage de Zaïre,
s'est fourré, comme on dit, l'index sous la
rétine; Corneille avait trouvé tout cela bien
avant lui. Ne lisons-nous pas dans le Pom-
pée de ce dernier auteur :
O ciel! que de vertus vous me faites-z-hair!
DRÔLATIQUE. 7
* La minauderie est une façon à laquelle
je n'aime pas que les femmes travaillent.
* Une fiancée sans dot me fait l'effet d'une
soupe à l'oignon sans beurre.
* La tristesse est un canal qui a les yeux
pour écluses.
* Dante et Pétrarque soupirèrent pour un
duo de femmes honnêtes qui les fit poser on
ne peut mieux. Nos deux poètes eurent beau
rimer et se désoler, que. vouliez-vous que
Béatrix et Laure y fissent?
* La fatalité est une assurance contre le
bonheur.
* J'ai beaucoup réfléchi sur les mélodrames
du boulevard. Il m'a toujours semblé que
le dénoûment ferait bien plus d'effet, si
l'auteur le plaçait à la fin du premier
acte.
* L'amour est un feu que l'étincelle de
deux beaux yeux noirs allume dans la sainte-
barbe de notre coeur.
* Mon portier me disait l'autre jour, en
me recommandant un commissionnaire pour
porter mes bagages au chemin de fer : C'est
8 BIBLIOTHÈQUE
un garçon très-honnête, et qui n'a jamais
fait de malle à personne.
* Ils disent à l'Académie que le son fait
considérablement de lieues à l'heure;—c'est
un bruit qui court.
* Un homme assez faible pour épouser sa
cuisinière, est sûr d'avoir la soupe trempée
pour le restant de sa vie.
* L'orgueil est une paire d'échasses qui
hausse l'homme, mais ne le grandit pas.
* Ce qui frappe tout d'abord le visiteur en
entrant dans la halle aux farines, c'est de
voir des sacs de froment à cent blés de
toutes les parties de la France.
* Qu'est-ce que le plaisir ?
— Le plaisir, c'est Mabille...
— Quelle amère plaisanterie!
— Le plaisir, mesdames, est une pâtis-
serie tellement sèche qu'on ne mange
jamais sans en laisser tomber quelques
bribes.
* On prétend que l'épouse de sir Walter
Scott était très-contrariée quand on l'appe-
lait la femme de sir.
DRÔLATIQUE. 9
* Un coupable fléchira plus aisément ses
genoux que ses juges.
* Si les Romains avaient connu notre sys-
tème d'instruction universitaire, ils auraient
mis Scipion à la tête d'un collège.
* J'aime le style Cuvillier parce qu'il est
Fleury.
* Pour aller au bal de l'Opéra, par six
degrés de froid, j'aime mieux porter un cos-
tume de pékin que de nankin.
* Le lézard est l'ami de l'homme; M. Scribe
s'en est souvenu dans son opéra-comique de
la Vieille.
Point de chagrin qui ne soit oublié
Avec Lézard et l'amitié!
* L'occasion est un fer chaud sur lequel il
faut se hâter de frapper.
* Une Marguerite de la bottine et un Ar-
mand du démêloir sortaient hier devant moi
d'un restaurant à 32 sous, et la brise du soir
m'apporta le dialogue suivant : — Mène-moi
voir le Bourreau des crânes; Coelina m'a dit
qu'on y riait à se tordre... — Alors, c'est im-
possible. — Impossible! Pourquoi ça ? — Y
10 BIBLIOTHÈQUE
penses-tu? Nous venons de manger des as-
perges.
* Un fumeur aime mieux brûler ses ci-
gares que l'échiquier.
* Je ne vois dans la médecine et l'histoire
naturelle qu'un indigeste ramassis de ques-
tions et de phénomènes également inexpli-
cables.
EXEMPLES :
1° La fille de mon portier vient d'accoucher
subitement après huit jours de mariage. —
Comment cela se fait-il?
2° Le poupon de cette mère précoce res-
semble pif pour pif au commissionnaire d'en
face (qui, pourtant, ne lui est de rien). —
A quoi faut-il attribuer cette ressemblance ?
3° Le commissionnaire précité, Auverpin
fort peu sensible de sa nature, s'est pourtant
trouvé si ému lundi dernier, en revenant de
la barrière, qu'on a été obligé de le conduire
au poste. — D'où pouvait lui venir une pa-
reille émotion?
* Dieu bénit les familles nombreuses, mais
il ne les loge pas.
* La femme conquise ressemble à une
DRÔLATIQUE. 11
huître — de là mer des Indes. — Le premier
jour c'est une perle, le lendemain ce n'est
plus qu'un mollusque.
* Derrière la jalousie on est à l'ombre du
bonheur.
* Je m'imagine que le premier homme dut
être bien étonné, lorsqu'il apprit du premier
coup ce qu'il ne savait pas auparavant.
* Le jardin Mabille me rappelle le para-
dis terrestre — parce que j'y vois les daims.
* Le repentir est un torchon avec lequel
on essuie bien des fautes.
* Pour les femmes du monde, l'étiquette
est une espèce de gilet de flanelle qui em-
pêche leurs inclinations secrètes de transpirer.
* Les enfants de choeur aiment mieux boire
ce qu'il y a dans les burettes que les curer.
* Les ouvriers zingueurs ont généralement
la réputation d'être des ivrognes. Je le crois
sans peine; toutes leurs journées se passent
dans les brins de zinc.
* Il est plus facile de coller du vin qu'un
vieux professeur.
12 BIBLIOTUÉQUE
* D'un mari qui. coupe ses moustaches
pour plaire à sa femme, on peut dire que
c'est un homme rasé.
* Les maçons sont le contraire des autres
hommes, ils vivent sur l'échafaud et meu-
rent lorsqu'ils en tombent.
* Si vous vous trouvez par hasard avec
une personne du beau sexe, de laquelle les
mouches semblent s'éloigner, quelque sédui-
sante qu'elle vous paraisse, gardez-vous de
cueillir aucune espèce de baiser sur ses lèvres.
* J'aimerais mieux écumer le pot que de
colère.
* Les chanteurs de sixième ordre qui
miaulent en petit comité, ne ressemblent pas
mal à ces gâteaux brimborions qu'on distri-
bue dans les soirées ; on appelle cela des
petits fours.
* La vertu est un écran qui se met devant
le feu des passions.
* On a beaucoup reproché au roi David
d'avoir ravi Bethsabée à son époux; effecti-
vement, il fallait avoir perdu l'esprit pour
enlever une femme à Urie.
DRÔLATIQUE. 13
* Il est évident pour moi qu'en voyant l'a-
mour d'Héloïse pour Abeilard, Fulbert ne
voulut que couper le mal dans sa racine.
* L'arbre pousse, le ciseleur repousse, la
pointe s'émousse, la voiture éclabousse, la
danseuse se trémousse, l'asthmatique tousse,
la Vénus Callipyge se retrousse, l'écrevisse
rebrousse, l'homme vexé mousse, et l'épicu-
rien la coule douce.
* J'aime autant la pêche aux grenouilles
que celle au vin.
* L'hypocrisie est une sous-jupe crinoline
avec laquelle le vice rend hommage aux
protubérances de la vertu.
* Tous les jours, au Jardin des Plantes,
on aperçoit une multitude de femmes aux
alentours du Palais des Singes. Quel singu-
lier plaisir leur offre donc un pareil spec-
tacle?
* Les hommes avares ne sont pas des
hommes donneurs.
* Quand Mme de Maintenon se mit en tète
de diriger le couvent de Saint-Cyr, si elle
eût consulté à cet égard le financier Law,
14 BIBLIOTHÈQUE
il lui aurait conseillé sans doute d'acheter
en hausse des actions de Mississipi, plutôt
que de jouer à l'abbesse.
* La femme est une propriété qu'on aime
voir en saillie sur la route de la vie.
* Je compare un théâtre à la poêle d'un
marchand de beignets ; quand le public ne
prend pas la queue, le directeur et les ac-
tionnaires sont frits.
* J'ai ouï dire à une lorette affamée que la
vertu n'était bien souvent qu'une question
de homard.
* Les fausses monnaies sont des pièces
desquelles la police recherche les auteurs.
* Il parait que Babylone renfermait jadis
dans son sein de fameux scieurs de long,
puisque les historiens nous affirment que
c'était la capitale de la scierie.
* Les marmottes surtout sont des bêtes de
somme.
* Il y a des professions privilégiées. M. D...
aura beau faire, il ne pourra jamais manger
son fonds.
DRÔLITIQUE. 18
* Au Jardin des Plantes, chaque classe de
visiteurs a sa promenade de prédilection,
les patrons d'atelier vont aux singes, les
vaudevilliste aux ours, les élèves du Con-
servatoire aux perroquets, les joueurs de
bourse aux loups cerviers, les filles de marbre
aux veaux marins, les Armands aux lion-
ceaux, les femmes incomprises aux cha-
meaux, les danseuses de l'Opéra aux girafes,
les grooms de bonne maison aux tigres, les
commanditaires aux buzards, les maris aux
cerfs, les savants aux fossiles, les serpents
de paroisse aux boas, les journalistes aux
canards, les hommes politiques aux camé-
léons, les clowns du Cirque aux cabris, les
clercs d'huissiers aux ouistitis, les petites
ouvrières aux colibris, et les propriétaires
aux canaris. — Quelle ménagerie!
* Le malheur croit comme le carré des
distances.
* Ne laissez jamais sortir votre femme en
papillotes; cela sent la côtelette de veau.
* Si mon fils était mauvais sujet, je lui
donnerais des billets de banque; je le verrais
changer.
16 BIBLIOTHÈQUE
* L'ex-prima donna du Vaudeville est
douée d'un si joli profil mauresque, que j'ai
cru longtemps Mlle Cico maure.
* Beaucoup de gens ne peuvent être heu-
reux que par un malheur de famille.
* Je contais l'autre jour à une écuyère de
l'Hippodrome comment Holopherne avait
avait eu la tête coupée par Judith. — Il mé-
ritait mieux que ça, me répondit brusque-
ment la jeune artiste.
* Une actrice qui me parle de sa vertu est
à mes yeux une Madeleine qui ne cherche
que l'occasion de se repentir.
* Je me demande tous les lundis matins
d'où vient cette multitude de jolies femmes
que l'on rencontre traversant les rues , et
tenant chacune son corset sous le bras. Sont-
ce réellement des corsetières?
* On ne trouve au jardin Mabille que des
fleurs mises en peaux.
* Une femme qui a le coup d'oeil voulu
pour choisir les melons, se trompe rarement
quand il s'agit de prendre un mari.
DRÔLATIQUE. 17
* Tout le monde connaît le lait de la
femme ; le laid de l'homme c'est qu'il chique.
* Une observation que j'ai faite maintefois
sur les divertissements publics, c'est que
pour monter au mât de cocagne il faut des-
cendre.
* Il est difficile d'entrer dans le paradis,
parce qu'il faut arriver juste.
* Convenons-en : un journaliste qui doit
de l'argent à son rédacteur en chef, est forcé
d'écrire quand même; c'est un attaché à la
rédaction.
* Le côté droit est mon occident, parce que
c'est le côté où je me couche.
* Certain boursichippeur vient, dit-on,
de fonder une société en commandite au ca-
pital de dix millions, pour l'exploitation d'un
nouveau système de navigation aérienne.
— Comme s'il n'y avait pas tant d'autres
moyens de voler !
* Ma femme n'aime pas que je porte des
gilets de flanelle; quand j'en porte, elle a
toujours mon gilet de flanelle sur le coeur.
* J'ai vu au Salon un tableau qui repré-
18 BIBLIOTHÈQUE,
sente l'Islande et sa chaîne de volcans. C'est
une composition qui ne manque pas d'Hécla.
* On assure que Franz Listz, le pianiste,
mène une vie très-retirée. Alors c'est le cas
de dire que c'est un austère Listz.
* Je n'aime pas à me trouver le soir rue
Dauphine, tant j'ai peur que les passants
croient que je vais à l'Odéon.
* Mme Brohan, du Vaudeville, était sans
doute une excellente actrice, mais la répu-
tation de ses deux filles éclipse la sienne.
Les filles sont à 3,000 pieds au-dessus du
niveau de la mère.
* Mme Ugalde est très-belle, — à l'oreille
nue.
* L'esprit est un linge de corps qui se sa-
lit très-vite, et dont toute personne qui se-
respecte doit changer souvent.
* C'est sur la mine qu'on aurait dû juger
les sociétés californiennes.
* Le Punch est un petit journal de Lon-
dres qui publie des vers fort spirituels.
Ainsi, ne vous étonnez pas si les Anglais
aiment tant les vers de Punch.
DRÔLATIQUE. 19
* L'homme est une galette pétrie de va-
nité. La femme est un gâteau feuilleté qu'on
aime à émietter quand il est tendre. Le
monde est le grand pâtissier de la nature.
* On a beau étendre sur des gens grossiers
le vernis de l'instruction, avec eux le cuir
reparaît toujours.
* Cet adage : Le coeur ne vieillit pas, sem-
ble avoir été fabriqué à l'usage des hommes
qui ont des cheveux gris.
* Un vieillard qui raconte sans cesse les
fredaines de sa jeunesse, est un portier qui
vide périodiquement son panier aux ordures
sur la voie publique.
* Qui aime les femmes aime les chats.—
J'adore les chats noirs.
* Le crédit seul peut faire marcher les
affaires et doubler le bien-être de chacun;
— c'est ce que mon tailleur ne veut pas
comprendre.
* On a beau dire; une femme n'aime pas
deux fois en sa vie — le même homme.
* Dimanche dernier j'ai vu dans le bois
de Boulogne une grosse pierre que couron-
20 BIBLIOTHÈQUE
nent deux rangées d' ifs, de trois arbres cha-
cune. J'ai trouvé cocasse d'appeler ce moel-
lon la roche de six ifs.
* J'ai beaucoup de moralité, et cependant
j'avoue que je préférerais perdre une jeune
fille que mes dents.
* Laurent de Médicis fut vraiment le pre-
mier et le seul inventeur du macaroni au
gratin. Aussi les habitants de Florence,quand
on les interroge sur cette invention, répon-
dent-ils avec orgueil : C'est un mets d'ici.
* Henri IV est à cheval sur le Pont-Neuf,
et moi sur les principes
* On prétend que les anciens colons espa-
gnols condamnaient au bûcher leurs nègres
marrons. Cela ne prouve qu'une chose, c'est
qu'ils aimaient les marrons rôtis.
* L'inspiration est la rosée qui fait épa-
nouir la pensée.
* Une femme intéressée se comporte à
l'égard des hommes comme une omelette
sans beurre vis-à-vis de la poêle : elle s'at-
tache aux fonds.
* Les Musulmans passent pour avoir in-
DRÔLATIQUE. 21
venté, vers l'an 700, le supplice qui consiste
à empaler un monsieur quelconque. C'était
introduire l'usage du pal tôt.
* Je ne déteste pas l'éclair de chaleur ;
en revanche j'exècre les clercs d'huissier.
* La Presse a publié récemment un très-
bon article de M. Paradis, sur les construc-
tions futures de Paris, et particulièrement
sur la nécessité d'une nouvelle halle aux
poissons. J'ai trouvé cette tartine de Paradis
poissonnière.
* Dans le voyage de cette vie, les prin-
cipes sont des béquilles sur lesquelles on
doit s'appuyer.
* Un oncle dur à la détente est comme
un vieil asthmatique; s'il commence à cra-
cher, c'est bon signe pour ses héritiers.
* Un projet est un foetus dont la réalisation
est la sage-femme.
* Autrefois, le seul lieu de refuge qu'il y
eût à Paris était le for-l'Évèque; aujour-
d'hui c'est le for intérieur.
* De nos jours, s'il n'y a plus de lettres
de cachet, il y a des cachets de lettre.
22 BIBLIOTHÈQUE
* Un serrurier courbé, sur son étau res-
semble à Louis XIV écrivant dans son ca-
binet; il travaille avec maint tenon.
* La géologie est, dit-on, la science des
botes.— Peut-on traiter ainsi M. de Jussieu !
* Il n'y a pas un Provençal qui ne puisse
en remontrer aux graveurs de la Monnaie
sur la fabrication des mets d'ail.
* J'ai connu un oculiste qui déployait tant
de gentillesse et d'agilité en nettoyant les
compères-loriots de ses pratiques, qu'on l'a-
vait généralement surnommé l'écure-oeil.
* Il y a une grande différence entre ma
vie et ma portière : — l'une a souvent des
cahots et l'autre n'est jamais sans cabas.
* La doctrine épicurienne vient de fournir
à M. Alex. Dumas et à l'ami anonyme de
Béranger l'occasion de se dire très-poliment
une foule de petites choses désagréables.
Soyons justes : il est bien difficile d'avoir
une dispute à propos d'Épicure sans que tout
cela finisse par des coups d'épingle.
L'hypocrisie est une nappe qu'on étend
sur la table de ses vices.
DRÔLATIQUE. 23
* Pourquoi, diable ! menez-vous votre ne-
veu à Mabille? demandai-je hier au soir à
un étudiant de 25e année.
— Pour lui enseigner de bonne heure la
mabilité, me répondit-il.
* Le doute est une colique qui tortille le
coeur.
* L'hymen est une société prolifique en nom
collectif, mais dans les opérations de laquelle
le mari, gérant responsable, n'a souvent au-
cune participation.
— L'adultère la convertit en société ano-
nyme.
* La mauvaise humeur est un abcès de
l'âme qui ne devrait jamais percer.
* Je connais un violon de l'Opéra qui a
une grande reconnaissance pour le mont-de-
piété; c'est un fameux démenti au proverbe
qui dit que le violon est un instrument in-
grat.
* Il est plus facile de battre des mains
que des oeufs.
* Il y a pourtant des,gens assez simples
pour croire que Cérès était la déesse des va-
24 BIBLIOTHEQUE
ches laitières, parce qu'on la représente ha-
bituellement portant la couronne d'épis.
* Une chimère est un monstre qui se nour-
rit dans la gargotte de notre imagination.
* La race féminine est, dit-on, fort belle
dans les environs de Nancy. Si j'avais à
choisir une fiancée dans la Lorraine, j'en
voudrais une de Moselle.
* Nos défauts sont des chandelles qui s'al-
lument quand s'éteint la bougie de notre
prospérité.
* Le corset de Mlle Nau, la cantatrice, a
bien du rapport avec une noix en bas âge,
puisqu'en définitive c'est un serre-Nau.
* Il est moins dangereux de voir l'épaule
d'une jolie femme que d'aller visiter ceux de
la terre.
* Électricité vient d'Electre, soeur d'Oreste,
qui arma son frère contre le tyran Égisthe,
ce qui donna lieu à la première batterie
électrique.
* J'aimerais mieux voir un de mes fils bou-
cher qu'un de mes yeux.
* Si l'amiral sir Sidney Smith s'était fait
DRÔLATIQUE. 25
sauter dans Saint-Jean-d'Acre, les Français,
pour se rendre maîtres de lui, auraient été
forcés de prendre un circuit.
* Il vaut mieux piquer une tète qu'un
oncle de Californie dont on doit hériter.
* On dit que Mlle Rabi est engagée à l'O-
péra, avec promesse de brillants appointe-
ments; quelle chance! au moins je verrai la
Babi heureuse.
* Si tout continue de renchérir, Mlle Léon-
tine sera obligée de parler sa langue, car les
cuirs seront hors de prix.
* Entre la coupe en trois actes d'une pièce
de théâtre qui ne devrait en avoir que deux,
et les lèvres d'une jolie actrice qui demande
un rôle, il y a de la place pour qu'un vaude-
villiste spirituel fasse une bêtise.
* Le remords est un pois que la conscience
ne peut digérer.
* Les chaussons aux pruneaux que l'on
vend sur la lisière du boulevard du Temple,
sont, dit-on, plus indigestes que les autres.
Cela ne m'étonne pas : ce sont des chaussons
de lisière.
26 BIBLIOTHÈQUE
* Le premier garçon épicier venu pèse dix
fois plus que Lablaehe.
* La poésie est une espèce d'oignon brûlé
à l'aide duquel l'esprit s'amuse à dorer le
bouillon incolore de l'existence.
* Un bon professeur de chant et un verre
d'absinthe ont chacun leur utilité. Tous deux
préparent les voix.
* Il y a si longtemps que j'entends parler
de la cataracte de ce pauvre Niagara, que je
m'étonne qu'il ne se soit pas encore trouvé
un oculiste charitable pour lui faire gratis
l'opération.
* Il est plus hygiénique de fumer un cigare
debout que deux douzaines de bouts de ci-
gares.
* On prétend qu'une poule couve volon-
tiers les oeufs d'une faisane. Cela prouve du
moins que ce volatile est bienfaisant.
* On devrait monter au Théâtre-Français
la pièce de M. Decourcelle intitulée : Diviser,
pour Régnier.
* Il n'y a pas selon moi la moindre diffé-
rence entre une maison bien chauffée et un
DRÔLATIQUE. 27
vaisseau qui revient de l'Australie, puisque
ce dernier est un navire à cale aurifère.
* Pour savoir ce que pensent les gens qui
portent des lunettes, il faut leur tirer les"
verres du nez.
* Un pays où le beau sexe a le coeur sen-
sible, est comme le fourneau d'une usine,
il a besoin de bon coke.
* Je ne sais pas pourquoi George Sand
s'obstine, dans sa comédie du Pressoir, à
faire passer Valentin fils pour Berrichon,
puisque l'acteur chargé de ce rôle m'a dé-
claré qu'il était Bressan.
* Souvent ma portière écume de rage et
plus souvent encore son pot-au-feu.
* Peut-être que si Catherine de Médicis
était restée demoiselle, on n'aurait pas à lui
reprocher aujourd'hui d'avoir été la mère
de Charles IX.
* Je préfère les colonnes de la Mitidja à
celles du palais de la Bourse.
* Les coquettes sont comme les locomo-
tives; un chauffeur qui en connaît bien le
mécanisme, les fait aller bon train, et ne
28 BIBLIOTHÈQUE
■craint pas d'être repoussé quand elles ont
leurs vapeurs.
* Je serais moins inquiet d'avoir l'oeil
cerné que ma maison.
* Je vois des jeunes gens qui épousent
des beautés sur lé retour, et qui soutiennent
ensuite que le mariage est un lien plein
d'appas. Moi, je dis qu'il ne faut pas se
laisser séduire par les apparences.
* J'aime mieux voir revenir le printemps
que les radis noirs.
* Après tout, qu'est-ce qu'un fantôme?
Un couteau à papier, ni plus ni moins.
* Par l'agio qui court on met tout en ac-
tions, excepté la morale.
* Il en est des hommes comme de certains
fruits; très-souvent ceux qui. Ont la plus
belle pelure ne possèdent pas à l'intérieur
le moindre noyau.
* J'ai assisté à la première représentation
du Voile de dentelle à l'Ambigu; c'est un
ouvrage qui m'a paru fait avec beaucoup
d'application.
DRÔLATIQUE. 29
* Il vaut mieux tomber de sommeil qu'à
l'Odéon, ou d'un cinquième étage.
* L'histoire nous enseigne qu'Abraham
était d'Ur en Chaldée..., en Chaldée seule-
ment. — Quelle leçon pour les beefsteaks
des restaurants à 32 sous !
* Les fils de Lara étaient encore moins
nombreux que ceux du télégraphe élec-
trique.
* M. Charles Rabou, le romancier, n'a
pas un seul cheveu blanc sur la tête : cela
doit être : Louison d'Arquien et le Pauvre de
Montlhéry ne peuvent pas avoir pour auteur
un Rabou gris.
* Matelot qui roule n'amasse pas de
mousses.
* La raison est une lavette que l'on trempe
dans les eaux grasses de la réflexion pour
nettoyer notre vaisselle intime du gratin
qu'y déposent les mauvaises passions.
* On monte plus facilement sa pendule
qu'un cheval ombrageux, une pierre fine,
ou les tours de Notre-Dame. ...
* L'avare est comme le riz; il ne devient
30 BIBLIOTHÈQUE
bon à quelque chose que lorsqu'on le voit
crever.
* C'est au Prado qu'on peut dire qu'il n'y
a que le premier pas qui coûte. — Prix
d'entrée : 50 cent.
* Quel dommage que Laval, au , lieu
d'être situé dans la Mayenne, ne soit pas le
chef-lieu du département de l'Eure. Au
moins le fameux vers de Corneille aurait un
sens :
Layal (Eure) n'attends pas le nombre des années!
* On voit des maris d'un jour se plaindre
mal à propos que la mariée est trop belle,
mais on n'en entend jamais se lamenter de
ce qu'elle soit trop bonne.
* Je préfère un chapeau gris à un ami
dans le même état.
* Si le mariage est une paire de chaus-
sures trop justes où les protubérances nais-
sent comme à plaisir, le veuvage n'est-il
pas un tire-bottes?
* Les physionomies accentuées prêtent
plus que les usuriers.
DRÔLATIQUE. 31
* Si je connaissais Lacaze, le physicien
du Carré Marigny, je le prierais de s'esca-
moter lui-même dans le livre de Mme Bee-
cher Stowe; j'aimerais beaucoup à voir
sortir Lacaze de l'oncle Tom.
* On raille l'esprit de certains vaudevil-
listes; les absents auront donc toujours
tort ?
* Sapho, dans ses poésies, prétend qu'elle
n'a aimé qu'une fois. Je crois ça faux.
* Auriol marche, dit-on, sur quarante-
deux ans et sur sa tête.
* L'homme d'une bonne pâte, mais qui
confie son existence à la friture du hasard,
doit s'attendre à lutter bien longtemps
contre le saindoux de l'inexpérience, avant
de retourner la crêpe du succès dans la poêle
à frire de l'occasion.
* La femme est la silhouette du bonheur.
* Molière dit quelque part que la femme
est le potage de l'homme. Oui, sans doute,
un potage avec lequel on s'expose à boire
de fameux bouillons.
32 BIBLIOTHÈQUE
* Je serais plus flatté de trouver mon père
au quai, qu'une foule de perruches de ma
connaissance.
* L'Académie française avait le poëte
Arnault; la Gaîté a l'acteur Arnault; dans
la Jérusalem délivrée, Armide a Renaud;
Florence a l'Arno, et l'Opéra a l'art Nau.
* Le doute est le point d'interrogation de
l'amour.
* Il n'y a pas un chef d'orchestre à Paris
qui ne préfère de beaucoup une rentrée de
fonds à une rentrée de trombones.
* Il est plus aisé d'éclairer à giorno que
les ignorants.
* Sans doute que les Romains étaient de
féroces propriétaires, puisqu'ils adoraient
publiquement le Dieu Terme.
* Le mariage est le bagne de l'amour.
* Il est vraisemblable que la caille est un
volatile très-propre, et ayant le plus grand
soin de sa petite tête, puisque j'entends tou-
jours parler du peigne des cailles.
DRÔLATIQUE. 33
* Jeunes fiancées, l'avenir est le,vrai pré-
sent d un futur.
* Un corps qui transmet l'électricité et un
employé d'omnibus ont les mêmes obliga-
tions à remplir : tous deux sont forcés d'être
bons conducteurs.
* J'aime mieux recevoir une visite agréa-
ble qu'un pot de fleurs sur l'occiput.
* Je conseille aux agents de change de se
procurer la clientèle de Laon et autres villes
environnantes, et de leur demander une
forte consignation, afin d'accaparer toutes
les couvertures de l'Aisne.
* Les auteurs dramatiques sont comme
les enfants : ils mettent tout en pièces.
* Quand un Auvergnat, en causant avec
moi, est sur le point de prononcer la con-
jonction si, je m'empresse de lui couper la
parole : un malheur est si vite arrivé!
* La médisance est le tripoli de la vertu.
* Aux Américains leurs bricks, à la Nor-
mandie ses briques, à l'Écossais sa brogue,
au chasseur son bracque, au Hulan sa scha-
3.
34 BIBLIOTHÈQUE
braque, au collectionneur son magasin de
bric-a-brac.
* Il est plus facile de porter des bas longs
que ceux de MM. Godard et Poitevin.
* Un confectionneur de paletots en drap
pilote et le rédacteur-nouvelliste d'un grand
journal poursuivent un but identique : tous
deux s'occupent des faits divers.
* Si je cassais un carreau, j'aimerais
mieux voir un vitrier que Frederick Le-
maître.
* Les infirmiers de l'Hôtel-Dieu n'ont tout
au plus qu'un jour de congé par mois : ce
n'est donc pas là qu'il faut chercher les libres
panseurs.
* Il y a des rapins chevelus qui se plai-
gnent; il y en a d'autres qui peignent. Il y
en a très-peu qui se peignent.
* Si je rencontrais une jolie femme chez
un agent de change, je ne balancerais pas
de lui offrir la moitié de ma couverture.
* Il est moins dangereux de prendre le
frais que 5 francs dans le gousset de son
voisin.
DRÔLATIQUE. 35
* La modestie est une ceinture élastique
destinée à contenir l'embonpoint du talent,
et à le protéger contre les enflures de l'amour-
propre.
* L'hymen est la moralité de l'immoralité.
* Au Vaudeville, M. Siraudin représente
les vins de France sous la forme de quinze
gracieuses comédiennes. Décidément, je
plains les aveugles : ils seront les seuls au
théâtre qui ne pourront pas voir les quinze
vins.
* Il faut s'aider entre amis et jamais en
ménage.
* Les élèves arboriculteurs du Jardin des
Plantes ont adopté pour règle de conduite
l'adage suivant : Dis-moi qui tu entes, et je
te dirai qui tu greffes.
* Les préjugés sont les bâtons que la sot-
tise met dans les roues de la civilisation.
* En apercevant au Cours-là-Reine la dé-
licieuse villa ou plutôt le nid artistique où la
célèbre Alboni a établi sa résidence, je ne
puis m'empècher de m'écrier : Ah ! le beau
nid!
36 BIBLIOTHÈQUE
* Ce que c'est que de nous! Si le vain-
queur de Pavie eût été un monarque sans
C, on l'eût appelé Haries-Quint, et non pas
Charles-Quint.
* Certaines femmes, en Chine, peu esti-
mables du reste, ont le mauvais goût de se
fâcher quand on leur .décerne l'épithète de
veaux. Tout ce que je leur souhaite, c'est
d'être aussi tendres que les quadrupèdes
susnommés, et de posséder un cuir qui soit
bon à quelque chose.
* Hier, dans la boutique d'un libraire,
j'ai marché par mégarde sur un volume des
Mémoires du docteur V... Après tout, on dit
que cela porte bonheur.
* Si l'enfer n'est pavé que de bonnes in-
tentions, quel est donc l'endroit du globe
où l'on ne piétine que sur les mauvaises?
* Deux collaborateurs qui empruntent
leur esprit à la même source ressemblent à
deux seaux qui se remplissent tour à tour
dans le même puits.
* Un Parisien de la famille des concom-
bres, me. demandait naguère le nom de ces
gros boulets en fer creux, remplis de poudre,
DRÔLATIQUE. 37
qui font tant de bruit au polygone de Vin-
cennes. — O buse! lui répondis je involon-
tairement.
* A l'époque où l'on marquait les crimi-
nels sur l'épaule, les forçats étaient fondés
à dire qu'on les traitait comme des corsai-
res, puisqu'on leur délivrait des lettres de
marque.
* Il est fort probable que le successeur
d'Alexandre n'aimait pas à accrocher son
chapeau aux clous des restaurants, puisqu'il
avait pris le nom d'Antipater.
* Il y a des tables tournantes qui sont
hantées, dit-on, par des esprits frappeurs.
Ce sont des esprits frappés qui font courir
ce bruit-là.
* Je connais un brave homme qui éprouve
le besoin de battre sa femme, sitôt qu'il a
absorbé plusieurs litres de trois-six. C'est
celui-là qui a l'esprit frappeur !
* Quand on débarque dans le port de
Tunis, pour arriver à pied sec chez le bey,
il faut d'abord mouiller dans la baie.
* Si l'on essayait de réunir en marmelade
38 BIBLIOTHÈQUE
toutes les annonces matrimoniales publiées
depuis vingt ans par la maison de Foy et Ce,
on aurait pour résultat un bien joli pâté de
Foy aux canards.
* La bonne nourriture produit le même
effet sur les bestiaux que la chaleur sur
l'épidémie : elle dilate les porcs.
* Je suis surpris qu'au lieu d'être un bé-
nédictin, ce ne soit pas un négociant de la
rue des Lombards qui ait inventé l'art de
vérifier les dattes.
* Dans Bernant, Ruy Gomez nous apprend
qu'il brûle pour dona Sol. Pauvre vieux! il
lui était si facile d'éviter cet incendie en se
munissant d'un parasol.
* Les modistes parisiennes passent pour
les femmes les plus rusées de l'univers.
Cela n'est pas étonnant; toutes leurs jour-
nées se passent à fabriquer des tours de
tète.
* J'ai ouï parler d'une chevalière de bac-
carat qui s'est trouvée si souvent sous le
coup de mandats judiciaires, que ses amis
l'ont surnommée la belle Amanda.
DRÔLATIQUE. 39
* Affecter un vice qu'on n'a pas pour ca-
cher celui qu'on a, c'est emprunter un gilet
crasseux pour dissimuler une chemise sale.
* Si le Pô coulait au milieu de Rome, dans
les jardins de la basilique Saint-Pierre, on
ne trouverait plus de fleurs au Vatican,
mais en revanche on y verrait un Pô de
basilique.
* La première lettre qu'une nourrice écrit
aux parents de son nourrisson, ressemble à
une actrice affligée d'un rhume du cerveau:
elle parle du né.
* La délicatesse est un caleçon sans lequel
un homme bien élevé ne se baigne jamais,
— dans les ondes du sentiment.
* Combien voit-on de personnes, dont la
position dans le monde n'a pourtant rien de
louche, et qui ne pourraient pas regarder
leur blanchisseuse en face.
* Aujourd'hui les courtisanes sont appe-
lées galamment filles de marbre. Filles, je
ne dis pas non ; mais, entre nous, ces filles-là
sont vraiment trop en plâtre pour qu'on les
suppose en marbre.
40 BIBLIOTHÈQUE
* En France, on se sert généralement des
bouteilles de Sèvres ; en Angleterre, on
préfère de beaucoup les bouteilles de Rome.
* Un joueur qui triche au piquet ne res-
semble pas mal à un sinapisme; comme ce
dernier, il attire le cent.
* Il y a des écrivains qui répandent sur
leur style le vernis de l'élégance; il y en a
d'autres qui ne le mettent que sur leurs
bottés.
* Le mariage est une gelée de groseilles
dans laquelle on a oublié de mettre des con-
fitures.
* L'hymen est le morceau de réjouissance
qui alourdit d'autant le gite à la noix de
l'amour.
* L'espérance est la limonade-Rogé du
coeur. Elle produit rarement son effet.
* On boit d'excellent genièvre chez le res-
taurateur Brebant. Aussi, entre Genièvre de
Brabant et le genièvre de Brebant, un gas-
tronome ne peut hésiter.
* Lorsqu'une lettre est pressée, il faut la
confier à la diligence — de la malle-poste.
DROLATIQUE. 41
* Les vignes changent d'aspect du prin-
temps à l'automne; Après les ceps viennent
les tonneaux. Au mois de mai, un vignoble
est tout pampres; au mois d'octobre, il est
tout fûts.
* Au train dont va la confection de la rue
de Strasbourg, ne conviendrait-il pas mieux
de l'appeler rue de Milan?
* Il y a cette ressemblance entre la terre
et une femme sèche, que toutes deux sont
passablement aplaties vers les pôles.
* Une femme galante est un appartement
qui n'est jamais fermé au verrou.
* Dans la Comédie de la mort, de M. Théo-
phile Gautier, une jeune fille, morte depuis
huit jours, cause tranquillement avec un
ver qui veut la ronger dans son. cercueil,
et elle essaie dé prendre, par la douceur ce
lombric affamé. Au fait, c'est une manière
comme une autre de prendre un ver de
bière.
* Le roi Artaxerxès Longue-Main proté-
geait les philosophes. Cela ne m'étonne pas :
il avait le bras long.
42 BIBLIOTHÈQUE
* La véritable reconnaissance ne se trouve
réellement que dans les bureaux du mont-
de piété.
* Un maniaque qui dissimule ses tics faft
preuve de tact, et l'on peut dire que sa vie
est un véritable tic-tact.
* L'affliction est une peau de chagrin qui
relie la plupart des tomes du roman de la
vie.
* Pour apprendre l'état de bonnetier, il
n'y a que le premier bas qui coûte.
* Les femmes blondes ou brunes de Pau
ressemblent à certains omnibus, en ce
qu'elles sont des Béarnaises.
* Les hommes sans imagination sont les
culs-de-jatte de l'intelligence.
* La vie est une maladie dont la mort est
le remède.— Néanmoins, je désire être
bien longtemps malade.
* Si M. Courbet se marie un jour, et qu'il
lui prenne fantaisie d'être le père de plu-
sieurs filles, sa femme lui fera force cour-
bettes.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.