Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

1 - Le Cadavre Inconnu

De
39 pages




Épisode 1 sur 6 : Le Cadavre Inconnu :



M. Mirmac est un trentenaire, riche et sportif, que la vie ennuie à mourir. Il a pour domestique un Américain de son âge, Harry Wilson, un homme intelligent et dévoué.



Tous deux sont blasés jusqu'au jour où Mirmac décide de mettre du piment dans son existence en embrassant la carrière de détective. Il en profite pour exhorter Harry à jeter son uniforme de domestique pour qu’il devienne son aide, son acolyte, son partenaire...



Dès lors, le privé investit son argent au service de son métier, et lui et son compère vont retrouver le goût de l’existence et prouver leurs qualités d'enquêteurs. Car, c’est lorsque l’on frôle la mort que l’on mesure la beauté de la vie, c'est là tout le sel d'un destin fait de péripéties et de dangers.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

couve

Les Aventures d'un Détective Amateur

Le Cadavre Inconnu

 

Auteur inconnu

 

 

D’après les textes publiés journellement à partir du 17 octobre 1908 dans LE FEUILLETON du « MATIN ».

COMMENT ME VINT MA VOCATION

 

Tout le monde a remarqué que dans les crimes sensationnels, même lorsque les assassins sont arrêtés, que les débats en cour d'assises ont eu lieu avec toute la publicité possible, il reste toujours un point à éclaircir. À plus forte raison, lorsque les auteurs de l'attentat sont demeurés inconnus.

Il y a quelques années, un crime épouvantable a été commis. Tout se trouvait réuni pour qu'il passionnât le public : l'atrocité du forfait, la personnalité de ceux qui en avaient été les victimes, et qui étaient des Parisiens très connus, très élégants et très riches, dont la chronique avait eu à s'occuper déjà à plusieurs reprises.

Dans le public pourtant, à différentes reprises, des noms avaient été prononcés, des noms de gens connus aussi, mais jamais, malgré des présomptions qui semblaient des plus sérieuses, une arrestation n'avait été opérée.

On prétendait que les assassins étaient connus de la police, mais que de hautes influences empêchaient qu’on ne sévisse contre eux.

La curiosité qui s'était emparée de moi à cette occasion fut si intense que je me dis que jamais crime ne parviendrait désormais à ma connaissance sans que j'en eusse le fin mot.

J'étais jeune. J’avais trente ans à peine. J'étais riche, j’étais vigoureux, agile, m’étant fait remarquer dans tous les genres de sports : tir, natation, courses à pied, etc. J’avais épuisé toutes les jouissances de la vie. Une femme que j'adorais venait de me trahir lâchement. Je m'ennuyais terriblement. Je songeais à la morphine, à l’opium, au suicide et tout à coup je me dis :

— Je vais me faire policier !

J’espérais ainsi donner un intérêt à ma vie et je m'aperçus bientôt que je ne m'étais pas trompé.

J’avais, à ce moment, un valet de chambre américain qui était plutôt pour moi un compagnon et un aide qu’un domestique. Il m'était extrêmement dévoué. C'était un personnage froid, flegmatique, à figure glabre, qui était aussi fort que moi à tous les genres d’exercices auxquels je m'adonnais et qui, souvent, m'avait vaincu.

Il avait mon âge, et sa vie était sans passion.

Il se nommait Harry Wilson, un nom très commun en Amérique.

Je lui dis un matin, une fois ma résolution prise :

— La vie t'embête, Harry ?

— Yes, sir !

Bien qu'il parlât très bien le français, il avait l'habitude, que je n'avais pu encore lui faire perdre, de m'appeler sir et de répondre par « yes » et « no » à ce que je lui disais.

Du reste, il était extrêmement peu bavard, et il était rare que je puisse lui arracher autre chose que des monosyllabes.

Il avait des traits assez fins, des yeux qui ne manquaient pas de malice, et il n'était pas dénué d'intelligence. Il était doué d’un sang-froid imperturbable. Rien ne l'étonnait, rien ne le démontait.

Il ne fut donc pas du tout étonné quand je lui dis :

— Sais-tu ce que nous allons faire, Harry, pour nous distraire ?

— No, sir !

— De la police !

— Yes, sir !

Quelques Jours après, nous nous mîmes en campagne.

Je devais débuter par l’affaire la plus étonnante, la plus mystérieuse qu'il fût possible d'imaginer, et qui était bien faite pour me mettre en goût.

I

 

Par une brumeuse nuit de novembre, une riche bourgeoise, Mme Mélanie Martinet, qui vivait séparée de son mari, rentra chez elle, rue du Havre, vers une heure du matin.

Elle venait de passer la soirée chez des amis. Ces amis l'avaient accompagnée jusqu'à sa porte. Elle avait sonné, était entrée, et ses amis l'avaient quittée après lui avoir souhaité le bonsoir une dernière fois.

C'était une femme de quarante-cinq ans environ, encore jolie, ayant la taille élégante, l'aspect timide.

Dans la maison, le gaz était éteint, et quand elle se vit seule dans le vestibule obscur, elle eut un peu peur.

Heureusement, elle avait une boîte d'allumettes bougies. Elle en enflamma une et se dirigea vers la loge de la concierge, pour dire son nom comme le faisaient tous les locataires. Puis, elle monta l'escalier en s'éclairant de temps en temps avec une allumette.

Elle habitait le troisième étage et, dans l'antichambre, sa femme de chambre, Joséphine Mouret, devait l'attendre. Cette pensée la rassurait, mais, quand elle fut sur son palier, elle ne vit aucune lumière filtrer sous la porte et une frayeur la saisit.

Elle hésitait à entrer, mais elle pensa que la bonne se trouvait peut-être dans l'appartement et elle se décida à franchir la porte.

Tout était obscur. Le silence profond.

Aucune trace de Joséphine. Elle n'osa pas refermer la porte sur elle et appela, d'une voix qui tremblait :

— Joséphine ! Joséphine !

Elle ne reçut aucune réponse.

Elle enflamma une allumette, chercha un bougeoir dans l'antichambre et n'en trouva pas.

Joséphine avait éteint le gaz et ne lui avait même pas préparé son bougeoir comme d'habitude. Mme Martinet se dirigea vers...

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin