//img.uscri.be/pth/a703d90671fe0c3a8819f615cffe36ad6c83c895
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

2034

De
232 pages
Ce roman retrace la vie d’un paysan bourguignon né en 1944 aux Hospices de Beaune. Tout au long de son existence, il observe les mutations de la société, les différents conflits qui ébranlent la planète. Mais il prend également une part active au devenir du monde en accueillant auprès de lui différentes personnes qui joueront un rôle déterminant dans les événements mondiaux.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2034
Jacques Bonjour
2034
ROMAN
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2-7481-2025-6 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-2024-8 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
AUX INQUISITEURS
Toi dont la seule audace fut un jour de mai Dans la foule anonyme de jeter un pavé. Qui es-tu pour juger ce que les autres ont fait En des jours oubliés où les mots pouvaient tuer.
Tu nas jamais créé ne serais-ce quun couplet Que sais-tu de la joie de celui qui sy met. A ses risques et périls simpliquant tout entier, Croyant sincèrement ton inertie remuer.
Toi qui nas jamais volé, sur ton roc fixé, De tes certitudes tu tériges drapé, Certain que tes principes vont me faire tomber, Mais mon ciel limpide saura men protéger.
Toi qui nas jamais osé braver lautorité, Ne serais-ce hors des clous la rue traverser, Qui tes fait pour métier de nos vies contrôler. Jusquà mon dernier souffle, vas-tu mempoison-ner ?
Oui car nombreux je suis et je vais te prouver, Que de mes bras multiples je peux temprisonner. Et du fond de ton trou tu pourras méditer Sur ton orgueil perdu, enfin rendu muet.
Tes assauts répétés me feront trébucher,
7
2034
8
Mais ne crois pas censeur voler ma liberté, Même au fond de mon trou tu ne peux empêcher Que ma vie soit remplie de mes bonheurs passés.
Si tu crois par les lois dont tu es le greffier Mempêcher de rêver ou bien de mévader, Tu te trompes geôlier il faudra me tuer, Les murs les plus épais lesprit peut traverser.
Et quand un beau matin venant me visiter, Le cerveau embrumé davoir mal sommeillé, Quand vaincu par lexemple dun cur obstiné, Tu mouvriras la porte. Nous serons libérés.
Inconnu début XXIe siècle
PROLOGUE
Je contemple la plaine du haut dune colline pro-vençale, de ma demeure, de ma dernière demeure. Jentends le marteau du tailleur de pierre qui grave, sur ma demande, mon épitaphe sur la pierre que jai choisie pour sceller ma tombe.
Ici repose Ernest de Dijon, Chanoine Sous Préfet Honoraire de Cavaillon Prieur de Notre Dame de Beauregard 1944 ~ 20__. Etrange destin en vérité que celui de ce jeune pay-san Bourguignon, né aux Hospices de Beaune pen-dant les bombardements de la gare par les Améri-cains. Etrange destin que celui de cet enfant, obser-vateur du monde rural des années cinquante. Etrange destin que celui de cet adolescent des sixties qui après avoir frôlé la délinquance, un jour dennui pro-fond eu la révélation de linfini. Etrange destin que celui de cet homme spectateur impuissant de la déli-quescence du monde occidental. Etrange destin, que celui de ce retraité qui se trouva mêlé, à lâge où plus rien narrive, à des bouleversements tels que lhuma-nité nen avait pas connu depuis linvasion des Huns. Etrange destin en vérité que le mien.
9
2034
Je revois ma fuite en ULM, mon arrivée à Orgon il y a 30 ans. Je revois le père Florimont qui me passa le flambeau quand son heure fut venue. Je re-vois larrivée de Chang rescapé dun massacre, génie qui pour nous sauver, réussit à contaminer nos enne-mis avec un virus informatique. Je revois larrivée de Romane, la belle étudiante, échappant de peu au bordel vers lequel elle était conduite. Je revois la ba-taille dOrgon, Youssef, le Guide, ce jeune Afghan débarqué à Paris en pleine Gay-Pride, devenu chef terroriste, qui au lieu de me tuer devint mon ami.
Cest tout cela et encore bien dautres choses que je veux vous conter, avant que le compagnon ne grave le dernier chiffre, le point final à lhistoire au-thentique dErnest de Dijon.
Je veux vous décrire la France agricole, celle du paradis perdu, la naissance de la société de consom-mation, lhégémonie de la télévision les premiers pas de lhomme sur la lune, la chute du mur de Berlin. Je veux vous faire partager mon émerveillement de-vant les premiers micro-ordinateurs, les premiers té-léphones portables et la révolution Internet.
Vous saurez comment tout a basculé, nous vivions pourtant une belle époque, prometteuse de paix, de progrès, de bonheur, de santé. Les gens devenaient beaux, lespérance de vie augmentait chaque année davantage, le nombre de pauvres diminuait, les ex-clus étaient pris en charge. Comment avec de telles espérances, en sommes nous arrivés là ?
Pardonnez au vieil homme que je suis davoir pu omettre des choses importantes, mais les souvenirs quil reste dévènements, dépendent du niveau de celui qui les subit. Mais ce que je dis est vrai, létat du monde le prouve.
10