2h24.

De
Publié par

L'auteur n'a que 17 ans, et c'est l'âge où une rupture correspond à une vie finie, brisée. A 17 ans, on ne peut pas parler de lucidité. Les souvenirs que l'on a peut- être tous encore en tête, ceux du démarrage de la vie, amoureuse et active. Ce que certains appellent passer à l'âge adulte. Un cap qui ne se vit pas toujours très bien. Car ici, il faudra gérer une nouvelle vie, l'école d'art, Julie, Elora, Carl et tout les autres, une famille qui ne tourne pas rond, et... une tête qui pense trop. Fuir la réalité en restant de marbre face au monde. Se détruire pour oublier. Les souvenirs que l'on a peut-être tous en mémoire, mais que l'on aimerait surtout oublier. Oublier qu'on en est arrivé là. Tout oublier avant 2h24.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 107
EAN13 : 9782748165463
Nombre de pages : 191
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9
10
2h24.
11
12
Maxime K. DAOLER
2h24.
Arrivés là, volume un. Le Manuscrit www.manuscrit.com
13
© Éditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 08 90 71 10 18 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com communicaton@manuscrit.com ISBN : 2– 7481– 6547– 0 (fichier numérique) ISBN : 2– 7481– 6546– 2 (livre imprimé) 14
Remerciements aux Blasés Crew. A celles et ceux qui ne voient pas l’intérêt de donner leur avis. A ceux et celles qui hantent « MSN Messenger » la nuit. Celles et ceux qui ne croient plus en rien. Aux tristes et aux âmes sensibles. Ceux et celles qui rient de tout. Aux lunatiques. Un gros merci à Stéphanie…
15
16
15. Vendredi 1er juillet 2005. 01h20. Si je m’adresse à vous, là tout de suite, c’est parce que je m’apprête à y aller à fond. Ne rien cacher, et raconter tout ce qu’il m’est arrivé. Je laisse de côté tout ce qu’on appelle timidité, fierté, honte et humilité pour livrer un récit authentique. Notion certes à la mode, mais rarement vraie. J’ai envie de vous raconter une histoire. Et si vous en êtes arrivés là, c’est que vous voulez qu’on vous en raconte une. Donc passons un moment ensemble. Ne vous inquiétez pas. Je ne saurai rien sur vous, je laisserai votre intimité comme elle est. Vous n’aurez pas à vous dévoiler, ni même à parler de vous. Parce que, premièrement, ça n’est qu’un livre (je ne vous apprends rien de ce côté, du moins je l’espère), mais aussi parce que je vais parler de moi. La belle affaire. Bien sur que je vais parler de moi ! Comme si un écrivain cherchait à raconter la vie des autres, ou des histoires qui ne le touchent pas. Vous me connaîtrez de A à Z au bout du compte. Et vous ne croirez pas que, ça, toutes ces conneries, toutes ces anecdotes, c’est moi. La preuve que c’est moi : c’est banal. La notion de l’authentique est rarement vraie, mais surtout, l’authentique est banal. Peu le savent.
9
Ne vous attendez donc pas à une histoire décapante. Pour cela il y a du papier de verre. C’est moi du début, et surtout à la fin. Oui même la fin est vraie. Le comment du pourquoi, c’est parce que. Alors on ne va pas danser autour du pot pendant des plombes. Vous devez vous dire que je suis quelqu’un de narcissique. Soit. Je suis sympa, je vais commencer en parlant de quelqu’un d’autre. Mais je vous préviens, après ça sera moi, moi, moi. Moi qui me lamente. Moi qui me fais mal. Moi qui dit « la belle affaire ». Et je ferai comme si vous on ne s’était jamais parlé. Comme si là, je ne vous disais rien. On se rencontrera d’ici quelques pages et je ferai comme si de rien était.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.