364 jours avant la fin du monde

De
Publié par

Nous sommes le 21 décembre 2011, exactement une année avant l'évènement cataclysmique prédit par les Mayas: la fin du monde. Alors que la masse grouillante et pressée qu'est l'humanité ne se soucie pas de cette fatale échéance, un poète crédule va tenir une chronique journalière dont l'objectif sera de rendre compte, à travers le filtre qu'impose sa santé mentale défaillante, des derniers instants de la civilisation.
Publié le : mercredi 27 janvier 2016
Lecture(s) : 2
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342047516
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342047516
Nombre de pages : 150
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Saison manquante, 2005 Faune et flore urbaines,2014
Stéphane Paccaud 364 JOURS AVANT LA FIN DU MONDE Journal obsolète d’un chroniqueur crédule
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 175, boulevard Anatole France 93200 Saint-Denis – France IDDN.FR.010.0120638.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2016
Démarche littéraire : L’auteur de ce livre tient à préciser, au risque de briser l’intérêt de certains, que364 joursest, à l’origine, un projet litté-raire et poétique ancré dans la dynamique du microblogging auto-fictif. En effet, pendant une année, chaque jour, une petite chronique poétique paraissait sur internet comme écrite par un personnage fictif, mais ancré dans une certaine actualité. Le concept reste purement artistique et s’envisage sous la forme d’une performance littéraire suivant les balises temporelles des jours qui passent. Cet ouvrage est dédié à tous ceux qui ont suivi, redouté, ap-précié et commenté – chaque jour de l’année 2012 – les aventures de cet administrateur neurasthénique, de Sigismond, de Claire, d’Élise et de tous les autres…
7
Le 21décembre 2011 On y est ! Dans une année, jour pour jour – si je peux dire – le monde s’effacera. Sinueuses prédictions, morbide et inéluc-table précision. Le calendrier apocalyptique d’une civilisation, exotique et trop précolombienne pour que le quidam rationna-lise, asserte que tout se termine le 21 décembre 2012. Déjà Hollywood et son sympathétique Roland Emmerich s’emparent du providentiel et tellement narratif sujet. Les pro-phètes à la petite semaine, frustrés d’évoluer sans considération dans une société libérale, appuient la théorie des Mayas dont ils n’ont finalement aucune connaissance. Nostradamus l’avait dit ! La crise économique est le début de la fin ! Tout va changer ! Le châtiment ! Quant à moi, petit fonctionnaire sagement placé dans sa case, je m’échappe par la fenêtre de la poésie. Quant à moi, rouage huilé auquel il ne viendrait pas l’idée d’imaginer d’envisager la possibilité de s’arrêter quelques minutes pour contempler le monde, je crois. Partagé entre une forme de ré-jouissance quasi religieuse et l’appréhension du néant, je compte livrer, à qui le voudra bien, mes contemplations poétiques des 364 jours – cette dernière année – qui nous séparent de la chute tant attendue.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le venin

de Manuscrit

suivant