Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Dutton Memory, détective fantôme

de livre-de-poche-jeunesse

5

de a-verba-futurorum

Le contour de toutes les peurs

de editions-du-rouergue

Extrait

1. Des psychotropes dans le champagne

Moi qui croyais naïvement que tout était fini. Que le pire était derrière nous. Je n'étais pas enceinte, pas malade, j'avais classé le dossier mère, pardonné à mon père, Charles était innocent, nous allions finalement vivre ensemble dans ce merveilleux appartement qu'il avait aménagé pour moi…

Il fallait ce truc, là.

Charles n'arrive pas à décoller ses yeux de cette chose. Pour lui, c'est bien plus qu'une voiture d'enfant cassée. C'est comme si on lui donnait à revivre en direct la mort de ses parents 10 ans après…
Faire quelque chose, vite. Je sens que si ça ne vient pas de moi, on restera là toute la soirée à se poser de vaines questions. La nuit est presque tombée déjà et aucun de nous n'a songé à allumer la lumière. J'appuie sur l’interrupteur. C'est un bon début. Charles sursaute et me regarde comme s'il venait de se réveiller.
«  On va commencer par appeler la police, si tu es d'accord, ai-je proposé avec ce que je peux rassembler de confiance en moi.
— Oui, tu as raison  », dit-il en décrochant le combiné du téléphone. Il ne faut que quelques minutes pour qu'une équipe de policiers arrive et que le petit bureau ne nous paraisse trop petit.

Le capitaine Pécha dirige les opérations. J'avais un peu peur qu'elle ne nous prenne pas au sérieux, mais je me trompais.
«  C'est le genre d'intimidation qu'il ne faut pas prendre à la légère, croyez-moi  », a-t-elle décrété en inspectant les lieux.
Charles, Élisabeth et elle se sont retirés dans un autre bureau pour faire la déposition. Quant à moi, j'observe le travail des experts. Je n'ai jamais vu des gens aussi sérieux autour d'un jouet. Les trois hommes n'ont d'abord rien touché et examiné la scène sous tous les angles avant d'en prendre des centaines de clichés. Puis ils ont mis des gants et se sont mis à déconstruire l'installation pièce par pièce et à faire des prélèvements divers.
J'aimerais bien savoir si c'est vraiment du sang autour de la voiture… Charles revient au moment où ils sont en train d'extraire les playmobils de la voiture avec une pince à épiler. Le premier y laisse une jambe. La tête du deuxième vole aux pieds de Charles, blême.
«  Viens, laissons-les finir leur travail.  »
Je le suis dans le petit escalier et nous retrouvons Élisabeth et le capitaine Pécha dans le grand hall.
«  Je vais vous laisser. Je vous appellerai dès que nous aurons plus d'informations. En attendant, je ne peux que vous conseiller d'ouvrir l'œil et de me prévenir si quelque chose d'autre arrivait.  »
Elle nous tend à chacun une main ferme et confiante et quitte l'atelier. «  Qu'est-ce qu'on fait avec eux  ?  » ai-je demandé en désignant l'escalier.
J'ai bien envie de changer d'air mais les experts s'activent toujours en haut. Charles s'étire comme pour évacuer la pression qui s'est accumulée dans ses muscles.
«  Je leur ai laissé une clé, ils fermerons derrière eux. Allons dîner, ça nous changera les idées. Élisabeth, tu te joins à nous  ?  » propose-t-il gentiment.
Elle a l'air exténuée. Elle, d'habitude si rayonnante, affiche un teint grisâtre à faire peur.
«  Je n'ai pas faim. Je vais rester un peu jusqu'à ce qu'ils s'en aillent. On ne sait jamais.
— Comme tu voudras. Bonne soirée.  »
Nous la laissons. Seule et si mince au milieu de ce grand hall vide et blanc, elle fait presque pitié.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin