A Paris, au printemps, ça sent la merde et le lilas

De
Publié par

En mai 68, les étudiants et les ouvriers ne furent pas les seuls à avoir affaire à la police du gouvernement du général de Gaulle.
Régine Deforges, qui vient de créer sa maison d'édition, L'Or du temps, voit saisir son premier livre publié, Le Con d'Irène, érotique dû à la plume anonyme d'Aragon. Elle est convoquée au Quai des Orfèvres par le patron de la police mondaine, le commissaire Ottavioli. Ce premier rendez-vous judiciaire sera suivi de beaucoup d'autres jusqu'à sa condamnation pour « outrage aux bonnes moeurs par la voie du livre » par la 17e Chambre correctionnelle, notamment pour avoir publié Lourdes, lentes, d'André
Hardellet.
Sur fond de barricades et de gaz lacrymogène, entre amours ferventes, incursions révolutionnaires à Censier, à la Sorbonne, c'est l'occasion pour Régine Deforges de nous donner, l'air faussement badin, de superbes pages sur ses déambulations entre le Quartier latin, Saint-Germain-des-Prés, les folles soirées chez Castel et les bars de Pigalle.
Elle promène sur ce temps un regard amusé et ironique, souriant au slogan qui s'afÞ chait sur les murs : « Il est interdit d'interdire ! »

Publié le : mercredi 3 septembre 2008
Lecture(s) : 32
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213641379
Nombre de pages : 210
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
En mai 68, les étudiants et les ouvriers ne furent pas les seuls à avoir affaire à la police du gouvernement du général de Gaulle.
Régine Deforges, qui vient de créer sa maison d'édition, L'Or du temps, voit saisir son premier livre publié, Le Con d'Irène, érotique dû à la plume anonyme d'Aragon. Elle est convoquée au Quai des Orfèvres par le patron de la police mondaine, le commissaire Ottavioli. Ce premier rendez-vous judiciaire sera suivi de beaucoup d'autres jusqu'à sa condamnation pour « outrage aux bonnes moeurs par la voie du livre » par la 17e Chambre correctionnelle, notamment pour avoir publié Lourdes, lentes, d'André
Hardellet.
Sur fond de barricades et de gaz lacrymogène, entre amours ferventes, incursions révolutionnaires à Censier, à la Sorbonne, c'est l'occasion pour Régine Deforges de nous donner, l'air faussement badin, de superbes pages sur ses déambulations entre le Quartier latin, Saint-Germain-des-Prés, les folles soirées chez Castel et les bars de Pigalle.
Elle promène sur ce temps un regard amusé et ironique, souriant au slogan qui s'afÞ chait sur les murs : « Il est interdit d'interdire ! »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.