//img.uscri.be/pth/c57753c0527510366428950f48bb8fb0bcce68d3
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

À tire d'Elle

De
108 pages
Humblement poser son regard sur l'envers du décor afin de cerner l'autre vérité... celle qui se cache au coeur de "l'arbre habité" au détour du sentier où gambadent les lapins fous, au fond du regard des femmes "debout", ou celle portée par le souffle parfumé du vent qui entrouvre le monde du rêve, de l'enchantement... Après "Charivari", Marcelle Ramon continue à nous faire voyager au pays des lettres: évasion bienfaisante qui permet de construire un univers où poésie, raison... humour parfois, essaient de cohabiter grâce aux mots, aux images, aux souvenirs surgis spontanément et qui se veulent – seulement – partage éphémère et ludique.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

À tire dElle
Du même auteur
Au fil du temps, Éditions La Bruyère, 2010
Charivari quand les mots font la fête, Éditions Publibook, 2011
Marcelle Ramon Pastor À tire dElle
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook. com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IIDDN.FR.010.0117943.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2012
« Jai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guir-landes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes dor détoile à étoile, et je danse. »
Arthur Rimbaud.
Les oiseaux blancs déchirent lair embrumé de ce matin dhiver Ils se grisent de fumées grises aux effluves de sarments brûlés Je voudrais, comme eux, labourer le ciel de mes ailes, y tracer mon sillon « tirer droit » enfin, direction « le rayon » Des images, des rêves, de la tendresse à partager avec tous ceux que jaime