Aimés des Dieux

De
Publié par

"Sous le titre Aimés des Dieux, j'avais publié, en 1973, cinq portraits de grands musiciens dont la vie avait été brisée prématurément. Dans ma préface, je m'étais demandé si, vraiment, les Dieux se hâtaient de reprendre à la Terre les hommes trop favorisés par leurs dons. Comme exemples, j'avais choisi cinq musiciens : Mozart, Weber, Chausson, Wolf, Berg, peut-être parce que le génie musical m'apparaît comme plus mystérieux que celui des écrivains ou des peintres, et peut-être aussi parce qu'aucun autre ne prolonge aussi manifestement le miracle de l'enfance.

"L'accueil de la critique et du public m'a prouvé que ce livre avait trouvé le chemin de leur coeur et m'a conduit à élargir ma galerie. J'y ai donc fait entrer un Italien, Donizetti, et un Russe, Moussorgski, espérant donner peut-être ainsi une portée plus grande à la série. Ces deux esquisses, je crois, ne sont pas moins émouvantes que les autres, et, en peignant autour de l'auteur de Lucia le Paris de 1830, auteur de celui qui composa Boris la Russie de 1870, il ne m'a point paru inutile de montrer que les circonstances avaient bien pu changer par rapport à la Vienne de 1791 ou au Londres de 1826, mais que le climat de ces villes était resté aussi meurtrier pour la fragilité des génies."

J. M.

Publié le : vendredi 2 mai 1980
Lecture(s) : 10
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246791287
Nombre de pages : 190
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
"Sous le titre Aimés des Dieux, j'avais publié, en 1973, cinq portraits de grands musiciens dont la vie avait été brisée prématurément. Dans ma préface, je m'étais demandé si, vraiment, les Dieux se hâtaient de reprendre à la Terre les hommes trop favorisés par leurs dons. Comme exemples, j'avais choisi cinq musiciens : Mozart, Weber, Chausson, Wolf, Berg, peut-être parce que le génie musical m'apparaît comme plus mystérieux que celui des écrivains ou des peintres, et peut-être aussi parce qu'aucun autre ne prolonge aussi manifestement le miracle de l'enfance.

"L'accueil de la critique et du public m'a prouvé que ce livre avait trouvé le chemin de leur coeur et m'a conduit à élargir ma galerie. J'y ai donc fait entrer un Italien, Donizetti, et un Russe, Moussorgski, espérant donner peut-être ainsi une portée plus grande à la série. Ces deux esquisses, je crois, ne sont pas moins émouvantes que les autres, et, en peignant autour de l'auteur de Lucia le Paris de 1830, auteur de celui qui composa Boris la Russie de 1870, il ne m'a point paru inutile de montrer que les circonstances avaient bien pu changer par rapport à la Vienne de 1791 ou au Londres de 1826, mais que le climat de ces villes était resté aussi meurtrier pour la fragilité des génies."
J. M.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Jura

de bernard-campiche-editeur83945

Quelque chose d'écrit

de editions-actes-sud