Anhgel

De
Publié par

Roman écrit à l'âge de 15 ans.
Il raconte l'histoire de Paméla , une jeune fille qui , à l'aube de ses dix sept ans vit une vie des plus ordinaire . Elle a ses envies de jeune fille , ses besoins de jeune fille , et vit une belle histoire d'amour avec son copain Fabio.
Mais un jour , tout va se bouleverser pour elle le jour où elle va faire la rencontre d'une créature des plus...surprenantes.
Publié le : dimanche 17 novembre 2013
Lecture(s) : 19
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 113
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ANHGEL
Chapitre 1
Partie 1
Mon histoire , comme la plupart des histoires , n’est pas banale , et mérite sans aucuns doute d’être racontée . Vous pourriez sans doute croire en ne songeant qu’au principal de mon histoire qu’elle ressemble à tous les comtes de fées que l’on trouve dans les livres pour les enfants . Mais mon histoire est tout sauf un comte de fées . Qui je suis ? Je m’appelle Paméla Lebois , et j’avais dix-sept ans . Je vivais chez ma grand mère , dans un petit appartement au centre de ma capitale ,Paris . J’étais lycéenne , pas très brillante , parfois insolente , avec les professeurs . Enfin , c’est ce qu’ils disaient . J’avais perdue ma mère alors que j’avais dix ans , sa avait été un véritable choc . Et je penses que c’est depuis ce jour là que les jours difficiles sont arrivés . Ma mère et moi vivions avec Grand – mère . Je n’avais jamais connu mon père , qui n’avait pas voulu assumer le fait d’être père . Enfin bref , c’était par un jour d’été , le vent chaud venait caresser mes joues déjà empourprées , et la chaleur tambourinait dans mes veines . Je crois que c’était un jour de canicule aujourd’hui . J’étais allongée sur mon lit et je lisais un livre . Je n’arrivais pas du tout à me plonger dans l’œuvre . C’était ‘’Roméo et Juliette‘’ . Je ne comprenais rien , vraiment . C’était d’un ennui mortel . Et ce qui avait le don de m’énerver , c’était de devoir toujours me rapporter aux bas de pages pour devoir lire et avoir la définition de tous ces mots incompréhensibles . J’avais vraiment horreur de ça. On aurait dit qu’ils étaient sortis tout droit d’une autre langue . En plus de ça , je détestais les pièces de théâtre. Non , ce livre n’était pas fait pour moi . Je décidai de le fermer , et tant pis pour la note que j’aurais . J’avais trop mal à la tête pour continuer. Ça , plus la chaleur , et plus le bruit des klaxons constants , ce n’était pas possible. Je décidais de descendre , pour aller boire quelque chose . J’avais grand besoin de me rafraîchir un petit coup . J’atterris dans la cuisine et ouvris le frigo . Bingo : il y avait un dernier orangina . C’était parfait . Mes membres ne m’écoutèrent même pas et s’empressèrent de prendre la canette , et de l’ouvrir presque aussitôt . Et la ce fut l’extase , sentir l’arôme de l’orange pétiller et couler le long de votre gorge était tellement bon . Mais je ne pus boire une deuxième gorgée , car une main vint me prendre la canette furtivement . Je sursautais , et découvris le sourire triomphant de Fabio . Fabio était mon petit ami . Il avait trois ans de plus que moi , et je l’aimais comme personne . On se connaissait depuis que j’habitais ici , a vrai dire , sa allait bientôt faire sept ans , depuis la mort de ma mère . Bref , sa faisait sept ans de bonheur , sept ans ou j’étais heureuse , avec lui . Fabio , lui , avait perdu sa mère , sa nous faisait un point commun . Il vivait avec son père . Sa vie n’était pas non plus une vie de rêve . ·Fabio ! criai-je , en essayant de récupérer ma canette. Un sourire lumineux envahissait ses traits , et ses grands yeux noisettes arborant presque le jaune étaient illuminés . Je ne pus m’empêcher de pouffer , en voyant son expression de petit écureuil , ayant découvert un fruit trop rare . Son expression changea brusquement. , et il sourcilla , perplexe . · lâcha t-il, en n'ayant plus trop l'air de savoir comment il le ?Y’a quoi de particulièrement drôle prendrait .
Mon petit rire furtif s'était calmé , puis remplacé par un joli sourire tendre . ·Nan , rien … C’est juste que j’ai trop aimé la tête que t’as tiré. Me contentai-je de répondre , en lui caressant l'arrière de sa nuque . La réponse sembla le rassurer quelque peu , et il déposa un baiser qui me semblait être bien trop fugace sur mes lèvres , encore étendues en un sourire . J'avais fermé les yeux , sans me rendre compte qu'il était déjà partit , à toute jambes , armé de ma canette à la main . Il l'agitait au loin , désirant probablement me provoquer , pour que je lui court après . Un vrai gamin ! ·Oh nan Fabio , rend la moi , c’est la dernière ! S’il te plaît Fabio !  Mais ce gros nigaud était déjà bien loin . Je n'avais qu'une solution si je voulais revoir à nouveau la couleur de cette canette , courir pour la récupérer ! Quel gamin !  Donc ,évidemment , je rentrai dans son petit jeu et lui courrait après , pour récupérer ma pauvre canette . Mais il courrait si vite , qu’il était déjà atterri dans ma chambre. Moi , encore sur la première marche de l'escalier , je ne pouvais que déjà plaider ma défaite . J'étais si mollassonne qu'à l'heure qu'il était , il avait déjà du se l'enfiler comme un gros morfale . Je réservais mes derniers efforts à dévaler le plus rapidement les escaliers . Essoufflée , vidée de toute mon énergie corporelle , avec une espèce de goût de sang dans la gorge , sensations semblable à celles que j'avais quand je terminais un cross , je poussais la porte . D'abord , je vis Fabio, allongé sur mon lit , les pieds croisés , pieds déchaussés , ( probablement pour me montrer qu'il avait même eu le temps de retirer ses pompes , comme si j'étais vraiment pire qu'une grosse limace) , toujours accompagné de cette pénétrante expression de gamin . Et puis son geste d'agiter la canette de haut en bas , de la retourner , me fit tout de suite comprendre .Ce goinfre avait entièrement vidée ma boisson . ·T’abuses , vraiment . soupirai-je . Son expression ne changea pas , il était toujours aussi content de son petit coup. Toutefois , il se leva d'un bond du lit , et approcha sa main de mon visage boudeur . ·Oh… Pam chérie … Si tu veux on peut aller en chercher . Dit – il , d’un ton moqueur . Je lui tirais la langue . ·C’est pas la peine . dis-je , en repoussant sa main, qui m'étais toutefois très agréable . Je fis semblant de le bouder et lui tournait le dos. Je le connaissais par cœur . Je savais , même en étant opposée à lui , qu’il allait rire et qu’il me prendrait par la taille . En fait , je le connaissais depuis à peu près 7 ans , c’est déjà pas mal 7 ans . Mais c’était suffisant pour que je le connaisse par cœur . Je l’aimais , si vous saviez comme je l'aimais . C'était un amour débordant , qui touchait presque à l'exagération . Le genre de sentiments qui vous poussent à ne pas le chasser ne serait-ce qu'une minute de votre esprit . Vous êtes tous simplement obsédés par son image , et vous avez de cesse de vous demander quand est-ce que vous allez le revoir . Tellement amoureuse que vous refuser qu'il voit quelqu'un d'autre que vous , même un garçon . Je sais , c'était débile , et exagéré . Mais je ne vous ai pas menti , quand je vous es dit que je l'aimais avec démesure . Un amour tel que le changement chez lui peut vous ronger de l'intérieur tant vous en souffrez . Eh bien c'est ce qui se passait , avec Fabio . Depuis peu de temps , il avait changé , il se mettait à boire , et pas qu’un peu. En plus , il m’obligeait à venir avec lui en boîte de nuit , alors que je détestais ça . Je ne voulais être qu’avec lui , moi . je n’aimais pas ses amis , non plus , je n’aimais pas danser . Ses amis l’avait changé . C’était à cause d’eux qu’il était comme ça . Sa me dégoûtait . Je détestais la façon dont il changeait . Et je savais que dans peu de temps , cette histoire allait me jouer des tours , et que j'allais payer le prix de mon amour beaucoup trop débordant . ·Arrête de bouder . souffla – t –il , de sa voix suave . Et comme si je m'étais trouvé le talent de prédire l'avenir , il me prit doucement par la taille , tout en prenant garde de ne pas me brusquer et me fis un petit bisou dans le cou. Mais bientôt se mains s'affolèrent et commencèrent à me chatouiller et je ne pus retenir mon rire . Pour cesser cela , je ne pouvais que me retourner vers lui et faire diversion . Je posais mes lèvres chaudes sur les siennes qui étaient humides , et qui étaient parfumées à L'ORANGINA ! Je profitais de ses lèvres pour me rappeler l'étonnant goût rafraichissant de cette boisson qui m'était un véritable délice . Et comme si cela le gênait , il posa sa main froide sur mon ventre , me plaçant ainsi à une distance où il put me dévisager . Ses yeux semblables aux bijoux d'or me scrutèrent un moment , d'une façon insistante , et ses lèvres pleines , pour une fois ne trompèrent pas son sérieux . Un silence
dont je n'avais pas l'habitude tomba . Et puis , avant ce qui me parut être un très long moment , il caressa doucement le bas de mon cou , en frôlant mon épaule , et replaça quelques mèches derrière mon oreille . ·Est-ce que tu viens avec moi ce soir ? Demanda – t – il , soudain . Ses yeux ne me regardaient pas , il étaient concentrés sur les gestes qu'il exerçait sur mes mains , qu'il gardait comme un trésor précieux . Je pus distinguer une part de gêne , comme s'il disait à son père qu'il avait raté son bac , et qu'il connaissait d'avance la réaction de celui-ci . Sa question m’étonna , on était lundi , et demain il y avait lycée . Par conséquent , il n'était pas question qu'on sorte ce soir . -Où as tu l’intention d’aller ce soir Fabio ? Demain j’ai cours , et toi aussi je te rappelle . ·Oui , je sais bien . Mais c’est rien ça qu’on est cours , on rentrera pas trop tard , ne t’inquiètes pas . M'expliqua t-il , comme si ma réponse n'avait eu aucune importance. C’était tout lui , ça , de ne répondre qu’à moitié au problème . Sa façon d'éluder le sujet principal était assez sidérante . A croire qu'il ne changerait jamais . ·Oui mais t’a pas répondu à ma question , là . Tu veux aller où encore ce soir ? ·dit-il , en fuyant la conversation .Bah… Je sais pas encore , on verras bien avec les potes . Ses yeux ne s'étaient toujours pas tournés vers moi , ce qui m'agaça d'une façon bien particulière . Je stoppai ses gestes , en retirant mes mains des siennes , et soupirai . ·Tu veux aller en boîte , c’est ça ? demandai-je , dérangée. N'ayant plus d'occupations pour pouvoir fuir mon regard , il n'eut d'autre solution que de poser ses prunelles d'or sur moi . Il hocha la tête , d'un air sérieux. -Ouais. Répondit-il. Pour moi , c'était mort , et je penses qu'il s'en doutait . Un minuscule sourire se dessina sur sa bouche , comme pour m'inciter à dire oui . ·D’accord , mais sans moi . Répondis-je Il se mordit les lèvres , et ses sourcils se froncèrent , avec légèreté . ·Paméla , s’il te plaît… · ! Tu vas encoreNan Fabio être bourré comme je sais pas quoi , je sais comment sa va faire , encore ! Reste avec moi , ce soir . Et là , sa façon de supplier vola en éclat , pour se changer en une expression nouvelle . ·Si tu veux qu’on se voit , ce soir , alors tu viendras avec moi ce soir , point. J’attendrais ce soir devant chez toi , à dix-huit heures , et on partira . Sur ce , il se retourna immédiatement et sortit , en claquant la porte derrière lui. Voilà , ça recommençait , exactement comme avant . Sa crise des boîte de nuits reprenait , et j’en avait déjà marre . On y était allés deux ou trois fois , mais c’était pendant les week – ends ! Qu’est-ce qui lui prenait de vouloir y aller un jour de semaine ? J’en venais , souvent à me demander où était passé ce Fabio qui me faisait tant rire , ce Fabio qui me faisait oublier quel âge j’avais . Ce Fabio qui passait toutes ses soirées avec moi , sans personne d’autres que lui et moi . Ce Fabio , que j’admirais . Bien sûr , tout le monde changeait , mais je détestais voir Fabio grandir de cette manière . J’en souffrais . C’était comme si je perdais quelqu’un que j’aime à petit feu . Lorsque le soir fut venu , J’entendis qu’on sonna . Ce ne pouvait être que Fabio . Et effectivement , en ouvrant la fenêtre , j’aperçus Fabio , attendant au seuil de la porte . Je refermai la fenêtre et descendis . Un dernier coup d’œil sur mon reflet , et j’ouvris enfin la porte. Fabio était là , posté devant la porte . Il était accompagné par Adrien et Bryan , ses deux potes , que je n’aimais vraiment pas . Ils passaient leur temps à me regarder , et à se chuchoter des paroles me concernant . Et puis je ne sais pas , on aurait dit qu’ils cherchaient à me dévorer . Vraiment , je ne me sentais pas en sécurité , avec ces deux-là. Fabio demeurait souriant. ·Voilà ma princesse. Les petites tensions de tout à l'heure semblaient avoir été effacées de son esprit . Et lorsque je découvris la beauté de mon amoureux , je crois que j'oubliai aussi , peu à peu . Il me prit par l’épaule , et m’accompagna dans la voiture . C’était une petite Peugeot 206 bleue . Elle était à Adrien. C’était Fabio , le chauffeur . ça ne m’ enchanta pas du tout puisque il ne serait pas assis à côté de moi . Je m’assis donc derrière . Adrien était assis à côté de moi . Évidemment celui que je détestais le plus , et
·
·
·
·
·
Bryan devant . Ces deux affreux , donc , étant a proximité de moi . Bryan , passait son temps à se retourner , pour balancer des blagues totalement nulles à Adrien , derrière . Pendant ce temps là , il en profitait pour me regarder , et faire le malin. C’était assez comique , de voir à quel point un guignol pareil pouvait croire qu’il était intéressant . J’avais envie de lui dire :« Hey , mon gars , tu te tape un peu la honte là ». J’en riais intérieurement , rien qu’en imaginant la réaction qu'il aurait si j'osais . Alors , sa va , Miss Anderson ? Je détestais ce surnom , mais à un point ! C’était Adrien , qui me surnommait comme ça . Allez savoir pourquoi . Sois disant parce sue je ressemblais a Paméla Anderson , et puis , sa sonnait plutôt bien , avec mon prénom . Moi je trouvais sa complètement stupide . Maintenant que tu me parles , non . répondis-je froidement , et en ne plaisantant pas . Quel abruti. Son petit sourire niais s’agrandit davantage . C’est qu’elle est drôle ,en plus , Miss Anderson. S’exclama – t – il Je ne répondis même plus . Je préférais regarder le visage de celui que j’aimais . Ce si beau regard , dans le rétroviseur . Fabio souriait , à chaque fois qu'il posait ses yeux sur moi . Toutefois , ils furent rare , car il demeurait attentif .J’avais envie de le prendre ,rien qu’avec moi . Qu’on s’évade ensemble, et qu'on envoie balader ses imbéciles de copains . Mais lui ne le voyait pas de cet œil . Tout ce qui comptait pour lui , c’était de sortir , et de s’amuser . Nous ne roulâmes pas très longtemps , car quelques instants plus tard , nous fûmes arrivés à destination . A l’entrée du club , il y avait foule . Tout un tas de jeunes , plus agités les uns que les autres . Il y en avait qui s’embrassaient , il y en avait qui fumaient . D’autres absorbaient drogues et autres substances illicites . J’avais cette boule au ventre , que j’avais à chaque fois qu’on franchissait ce lieu. La dernière foi qu’on y avait été , Fabio avait embrassé une autre fille . Super souvenir . Bien sûr j’avais fait ma petite crise et j’avais pleuré comme une folle. Rassurez vous , ça n'avait pas été la première fois que fabio m'avait fait pleurée . ( Si sa peut vous rassurez du moins .) Nous sortîmes enfin de la voiture . Et Fabio prit ma main , ce qui m'enchanta bien singulièrement . Et puis nous marchâmes jusqu'au club . Adrien et Bryan nous suivaient de très près , comme si on était Le Papa et la Maman . Ils rigolaient les deux , se parlaient a voix basse et me regardaient de haut en bas . Je les détestais . Avant même d’être entrés , on entendait déjà la musique , puissante qui sortait de la boîte. Elle me fusillait les oreilles. Et à peine nous fûmes rentrés , je voulais déjà ressortir . Je sentais la chaleur du danse floor , la chaleur de tous ses corps en mouvements et déchaînés , toutes ces personnes qui se fixaient , qui se cherchaient du regard… Prêts à tout pour se capter , s’attirer. Toutes ces filles en talons aiguilles , qui se frottaient contre tous ces gars , qui n'attendaient que ça . Et ces gens qui sirotaient des litres et des litres de cocktail , me déprimait . Fabio se mit à sourire à un groupe de jeunes , au loin . Il leur fit un signe , prit ma main et m’entraîna avec lui près de ce groupe qui , je le remarquai quand nous fûmes assez près d'eux , étaient trois garçons. Ces trois garçons étaient bien distincts . Il y en avait un très grand , mais vraiment d’une taille impressionnante , un autre qui était à peine plus grand que moi , et un qui faisait ma taille . Ils avaient un point commun : ils étaient de type maghrébin tous les trois . j’adorais les maghrébins. Physiquement , je veux dire . Je trouvais ça vraiment charmant . Petit côté oriental , peau ambrée , cheveux de réglisse . Le plus grand avait vraiment une de ses tailles ! Je ne mentirais pas en vous disant qu'il faisait un peu plus de deux mètres au moins . Qu’il fasse du basket ne m’aurait pas du tout étonnée ! Il avait de gros yeux noirs , et une barbe d’au moins deux semaines . Ses cheveux étaient coupés très raz . On ne pouvait pas dire qu’il était beau , mais il avait son charme . Et puis quand on le regardait , on ressentait quelque chose , au plus profond de soit . Je ne saurais expliquer quoi ,mais , sa faisait quelque chose. Il me fit une petite bise et parut assez amical . Il me laissa assez intimidée . Je souris . Paméla je te présente Benoît , Benoît je te présente Paméla. Annonça Fabio , plutôt calme . On souriait mutuellement. Et je ne sais si les néons colorés du Danse club jouèrent quelque chose là dedans , mais j'eus l'impression que Benoît me fit un clin d'œil . Et puis le second aussi me fit une bise . Celui là avait un sourire qui semblait être permanent . voilà June . Plutôt enfantin ce June , mais mignon . Il devait certainement bien s'entendre avec Fabio . Et ce fut le tour du dernier . Il avait un nez exagérément crochu , qui dominait son visage . Et ses yeux étaient charmants . Un regard bien oriental , bien profond .
·Et ça c’est Djamal Ces trois là n’avaient rien à voir avec Adrien et Bryan . Ils paraissaient déjà beaucoup plus murs et plus sympa. J’étais enchantée de les connaître . Vous me direz , le fait qu'ils étaient maghrébins y jouait peut être un petit quelque chose. ·Alors gros… Ton petit job , comme serveur au bar St-Pierre , sa avance comment ? demanda June. Fabio écarquilla les yeux . Il était complètement perturbé par cette question . Je pus même voir , malgré les jeux lumineux , qu’il rougît jusqu’aux oreilles. En fait , il ne m’avait pas parlé de ce petit boulot . Il me disait tout le temps qu’il était à la recherche d’un job dans les bureaux. ·quoi ? bosser dans un bar ? Lançai-je Il s'empressa de répondre ·pas . En fait , j’étais à la recherche d’un travail dans un bar , mais j’ai pas trouvé .Nan , tu comprends Donc en attendant de trouver , j’aimerais bosser dans un bar . Voilà , c’est tout , y’a pas de mal. ·Tu veux faire un sale boulot , comme ça ? je veux dire , t’a la possibilité  d’avoirun bon petit job , et tu préfère faire serveur ? Dis plutôt que t’as pas envie , c’est tout . répondis-je ·Etre enfermé dans un bureau , c’est sûr que sa m’branche pas . répondit-il J’étais vraiment furieuse . Pourquoi me le dire au dernier moment . Je m’étais tellement réjouie de savoir qu’il aurait enfin trouver un petit emploi stable et sérieux . Et puis là , tout à coup on m’informait qu’il voulait faire serveur , dans un bar . J’étais déçue . ·D ‘accord. Je te comprends pas trop , mais d’accord . fis-je Sur ce , il ne m’accorda plus un mot . Il tourna les talons et partit danser , me laissant derrière lui. Il était mal , et c’est pour ça qu’il fuyait la conversation . Il était en tort , et j’avais raison . Mais voilà , c’était tout , je n’étais pas sa mère . Et je n’avais pas envie de foutre en l’air la soirée . sois dit temps passant , elle l’était déjà à moitié pour moi. Le très grand s’approcha de moi . Il était immense .Il faisait dans les trente ans , avec son visage d’homme . Il ressemblait un peu à un gangster. -Tu vas bien? Demanda – t-il. Il sourit , prit un verre et me le tendit . ·Merci , mais je ne bois rien . répondis-je , en lui rendant son sourire . Il sourit à nouveau et posa le verre . ·Tu as tort , il déchire. répondit – il Je souris ·Ce n’est rien . ·Et sinon , tu es au lycée , toi , je suppose? Demanda –t-il ·Ouais . Et toi , tu dois déjà travailler , nan? Il rit , et se gratta le crâne , sur lequel des cheveux rasés de très près s’étalaient. ·dix-huit ans , je prépare mon bac . répondit-il.Non , pas du tout , j’ai que ·C’est que tu fait beaucoup plus que ton âge .Excuses moi . ·Je dois bien le prendre? demanda-t-il , en riant ·Je penses oui . Tu dois faire du basket , dis moi , avec une taille aussi importante! combien tu mesures? lui demandai-je. ·Ahah .. Oui , bien vu . Je suis en équipe pro . dit – il ·La claasse , dis donc! lançai-je , impressionnée. ·Mais l’année prochaine , je penses que je vais aller aux states. ·Super projet en vue , alors . · , souriant . , je te laisse , Ravi d’avoir fait ta connaissance . dit ilOuais . Bon ·. répondis-je , en lui rendant son beau sourire.D’accord , à plus tard Plutôt rapide , la conversation . Je trouvais ça un peu dommage . Il tapota l’épaule de June et s’en alla . Lorsque je me retournais , je vis Fabio comme je le détestais . Il était à moitié saoul . Franchement , je me demandais comment il faisait pour l’être aussi rapidement . Il ne tenait pas l’alcool. Et ce n’était pas tout . Il venait de glisser un papier dans la poche du jeans à une fille. J’ Hallucinais ou quoi ? Il faisait quoi là ? J’arrivais comme une furie vers lui. ·fous là ? tu te fous de moi ? hurlai-je.Fabio ! Qu’est-ce que tu Il était souriant , et ses yeux n’exprimaient rien , il était à moitié inconscient . Je suis sûre qu’il ne savait
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Cabossés

de Manuscrit

Peur

de Societe-Des-Ecrivains