Appâts vivants

De
Publié par

Muglione, bourgade de la province de Pise, de nos jours. Fiorenzo, dix-neuf ans, prépare son bac, chante dans un groupe métal local, et a un père ex-coureur cycliste qui tient un magasin de pêche. Tiziana, la trentaine, après des études brillantes à l’étranger, revient au pays pour essayer de secouer la torpeur de ses concitoyens. Le jeune Mirko, petit génie du vélo, est entraîné (et hébergé, et cajolé) par le père de Fiorenzo. Celui-ci en conçoit une jalousie féroce, claque la porte de sa maison d’enfance et plante ses pénates de lycéen dans l’arrière-boutique du magasin de pêche, le temps de passer ce fichu bac. Co-locataire des appâts vivants qui font la réputation du négoce paternel, il n’a guère le temps de ruminer sa rancœur car l’amour vient frapper à sa porte. Son inexpérience doublée d’un aplomb de timide va nourrir des scènes aussi cocasses qu’acrobatiques. De son côté, Stefano, le meilleur pote de Fiorenzo, bassiste du groupe, gagne de coquettes sommes sur Internet en truquant des photos de plus en plus spéciales puisqu’elles vont concerner le pape soi-même. Quant au groupe métal, qui peine à décoller, il croit trouver l’occasion d’un formidable coup de pub quand une bande de seniors du village, dans un regain de verdeur dont ils sont les premiers étonnés et ravis, se constituent en milice anti-immigrés. Le ballet peut commencer… Dans la meilleure tradition du néoréalisme à la Fellini, ce roman choral bourré d’humour peint avec tendresse et légèreté l’Italie profonde d’aujourd’hui.
Publié le : mercredi 5 septembre 2012
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213668048
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Muglione, bourgade de la province de Pise, de nos jours. Fiorenzo, dix-neuf ans, prépare son bac, chante dans un groupe métal local, et a un père ex-coureur cycliste qui tient un magasin de pêche. Tiziana, la trentaine, après des études brillantes à l’étranger, revient au pays pour essayer de secouer la torpeur de ses concitoyens. Le jeune Mirko, petit génie du vélo, est entraîné (et hébergé, et cajolé) par le père de Fiorenzo. Celui-ci en conçoit une jalousie féroce, claque la porte de sa maison d’enfance et plante ses pénates de lycéen dans l’arrière-boutique du magasin de pêche, le temps de passer ce fichu bac. Co-locataire des appâts vivants qui font la réputation du négoce paternel, il n’a guère le temps de ruminer sa rancœur car l’amour vient frapper à sa porte. Son inexpérience doublée d’un aplomb de timide va nourrir des scènes aussi cocasses qu’acrobatiques. De son côté, Stefano, le meilleur pote de Fiorenzo, bassiste du groupe, gagne de coquettes sommes sur Internet en truquant des photos de plus en plus spéciales puisqu’elles vont concerner le pape soi-même. Quant au groupe métal, qui peine à décoller, il croit trouver l’occasion d’un formidable coup de pub quand une bande de seniors du village, dans un regain de verdeur dont ils sont les premiers étonnés et ravis, se constituent en milice anti-immigrés. Le ballet peut commencer… Dans la meilleure tradition du néoréalisme à la Fellini, ce roman choral bourré d’humour peint avec tendresse et légèreté l’Italie profonde d’aujourd’hui.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Bouquet final

de le-nouvel-observateur

Culinaire à vif

de le-nouvel-observateur