Au mot amour

De
Publié par

André Stil a dix-huit ans quand le surréalisme lui découvre des merveilles. Il les croit peu communicables. Peut-être à tort. Une vie : elle accumule comme en secret "vers donnés", fragments de nuits et de jours, mots trouvés comme des éclats de silex. Avec le temps, cela prend forme de poèmes. Cela attend dans des dossiers marqués "amour", "temps", "vent"... Un grand malheur, voilà dix ans, blesse à vie le poète, qui résiste de justesse à l'envie de sortir ce qu'il y a au mot "amour".
Publié le : mercredi 11 mars 1992
Lecture(s) : 31
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246792161
Nombre de pages : 108
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
I
AU MOT AMOUR
LA PLUIE EST VERTE
La pluie est verte sur le bois
comme je prends ta couleur
L'amour n'a rien
à se reprocher
L'amour a ses truites qui
ne descendent jamais le courant
iraient au ciel si
une goutte d'eau le voulait
aiment le froid les neiges d'un instant
Le nez contre les sources
pour elles le bout du monde
LA FACILITÉ
Nos enfants n'ont pas de mots plus doux pour le soleil
que nous pour l'avenir encore noir
Nous disons la facilité d'être heureux
les fêtes timides les bonheurs malgré
la pureté impatiente
un bien-être sans sourire
l'espoir doux au dormeur
l'amour exceptionnel loisir
L'amour a tout son temps pour finir en malheur
À L'ESCALADE
A l'escalade de l'amour
il ne faut pas demander l'aube
Nous n'avons de jour que pour vivre
Le reste
n'est que promesse infinie
Il y a du marbre bleu autour des tours
un matin d'orage comme un livre laissé ouvert
des feuilles mortes domptées par les sorcières du vent
et toi et moi
LE MATIN ROSE
Le ciel t'écoute
un oiseau part à zéro
tu ne parles à personne
il y a du brouillard sur l'étang
les poissons ont froid
ton sang ne réchauffera rien
un grand tracteur retourne l'hiver
au moins il sert à quelque chose
Le matin rose a toutes les vertus
je me lave à la pluie comme on pleure un ami
j'éteins le feu pour dormir mieux
La chambre nue où te voici nue
n'a pas de charmes plus soudains
que la nuit inhabitée où je serai seul
Demander sa route sera mendier
AUX CENT MILLE FOURMIS
Ne plus oser boire au ruisseau
les soirs de paix où le désordre tue
où beaucoup d'or dit non
au désir de vivre
passionnément le solo d'un amour
Les mains les doigts livrés aux cent mille fourmis
du plaisir
d'écrire
amour
COUPLE FRONDEUR
L'amour n'a pas l'air d'apprendre
Il ne sait pas son nom
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Cris du silence

de Mon-Petit-Editeur

Oxymore

de Manuscrit

Au rythme des souffles

de Mon-Petit-Editeur