Au piège des tabous

De
Publié par

A la mort de son père, Awleng est en âge de lui succéder. Fort de sa culture, il va essayer de retoucher les principes sacro-saints de la tradition, non sans compter la réticence du village, hostile au rationalisme que défendent ardemment Madi et son ami étudiant Essamoi. Presque un essai social, Au piège des tabous déconstruit une certaine Afrique d'aujourd'hui, installée dans une routine conservatrice, bien lointaine des traditions africaines... Daniel Bouba prépare actuellement un DEA en Lettres d'Expression Française à l'Université de Ngaoundéré au Cameroun, il a notemment reçu plusieurs prix pour des ouvrages antérieurs et publié Au-delà du vrai... aux éditions Le Manuscrit.
Publié le : vendredi 17 juin 2011
Lecture(s) : 111
Tags :
EAN13 : 9782748182248
Nombre de pages : 157
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Au piège des tabous
3
DU MÊME AUTEURAUXÉDITIONSLEMANUSCRIT
Au-delà du vrai...Nouvelle(s), 2006.
Titre Daniel Bouba
Au piège des tabous
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-8224-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748182248 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-8225-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748182255 (livre numérique)
6
.
.
8
PREFACE
PRÉFACE
Si ce livre n’est pas le premier de ce jeune auteur camerounais, il constitue néanmoins son tout premier roman. Il propose et développe une littérature qui, pour certains auteurs, est encore « dans les langes », mais dont l’existence est avérée. L’auteur s’inscrit dans la logique de ceux qui pensent toujours que pour mieux comprendre certains faits sociaux d’aujourd’hui, surtout en Afrique, il faut interroger l’histoire. Ainsi, pour mieux cerner les mobiles du problème de cet univers romanesque – mi-réel, mi-fictif – il faut remonter l’histoire.En effet, le nœud de l’histoire de Naloré sous le règne de Awleng se situerait à un ou deux règnes en amont, à savoir sous celui de son père, Madi et de son grand-père, Toumba. Dans un village où « la tradition est la tradition » et où « on a peur de toucher aux principes sacro-saints », des générations se passent des idées, sans oublier que ceux qui sont à la tête essaient, très souvent, d’imposer leur volonté. C’est dans cette logique que le Lawane Toumba, en
9
Au piège des tabous
mourant confiera sa volonté d’introniser son benjamin Madi. Intronisé, il va régner comme le dernier survivant d’une race en déperdition, délaissé par ses frères qui avaient blasphémé. Hanté par le goût effréné du pouvoir, il convoitera la vie aux moyens des pratiques mystiques afin de régner pendant longtemps. Quand il mourut à 129 ans, tous ses frères étaient déjà morts, excepté l’adultérin Kari qui était très sénile. Pour lui succéder, il n’y avait que Awleng, ce jeune collégien de 20 ans qu’il venait d’avoir, au crépuscule de sa vie. Il lui succédera mais pour très peu de temps, parce que quand il va décrocher son baccalauréat, il ira continuer ses études à l’étranger. Contre toute attente, il périra dans cet attentat terroriste orchestré sur la résidence des étudiants étrangers vivant au Nacada où il fut accueilli. Pendant cinq ans, le village vivra des situations des plus indescriptibles. La disparition de ce jeune Lawane va obliger les villageois et surtout l’état à briser le tabou en désignant Essamoi – qui n’est pas de la lignée des lawanes comme chef de ce village. Il est difficile de comprendre pourquoi ce village de Naloré oscille entre joies fugaces et malheurs indescriptibles. Outre une satire du pouvoir et de la tradition conservatrice,Au piège des tabousun est avertissement aussi bien pour les traditionalistes
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.