Avant que le vent...

De
Publié par

Avant que le vent de l'oubli n'emporte à tout jamais les différentes nouvelles conçues selon l'humeur ou les impressions de certains jours, l'auteur, au soir de sa vie, les a réunies en un recueil pour les conter une fois encore à ses petits-enfants et à tous ceux qui voudront bien les lire, tout en leur dévoilant les circonstances qui l'ont poussé à les écrire, afin de leur laisser entrevoir ce que fut son existence.
Publié le : vendredi 30 mars 2012
Lecture(s) : 9
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748363951
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748363951
Nombre de pages : 254
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Henri Surge
AVANT QUE LE VENT…
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS France
IDDN.FR.010.0116226.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À Pauline, Manon, Tanguy, Élisa, Alban
Autour du village de La Jasse
Avant que le vent… À mes petits enfants et à tous ceux qui voudront me lire, je dédicace ces quelques nouvelles rescapées de mon dernier déménagement, alors que bien dautres se sont envolées à jamais. Avant que le vent ne les emporte toutes et ne memporte, jai regroupé les restantes en ce recueil. Plus que les deux romans que jai écrit, ces brèves éclairent ma façon de voir mon alentour, sans toutefois vous faire mon autobiographie car me déplaît de claironner trop haut mes petites gloires, plus encore mes faiblesses. Le grand âge venu me prédispose davantage à mattarder sur le dernier rayon du soleil qui éclaire mon couchant plutôt que dappréhender lombre de la grande nuit qui déjà lentoure. Depuis déjà trois quarts de siècle nous avons vu le jour avec votre grand-mère dans une même commune mais dans deux villages ou plutôt hameaux différents, entre lesquels il ny avait quun ruisseau à sauter pour nous rencontrer. Agglomérations bâties sur des terres insuffisantes, à mi-hauteur dune vallée trop resserrée pour permettre aux enfants dy rester, alors que durant les deux mois dété défilaient tout en bas, sur la route nationale, les touristes visitant les Gorges du Tarn. Pourquoi déserter un pays aussi curieux où dominent rochers tourmentés, détroits, falaises sur-plombant des écrins de verdure, sétonnaient certains vacanciers, la plupart passants dun jour ? Pour vivre, leur aurait-on répondu, si, délaissant la voie principale longeant la rivière, ils étaient montés à notre rencontre à flanc de montagne où la population vivait à lécart du flux touristique. Non seulement elle ne profitait pas de cette manne, mais se trouvait con-trainte de se replier sur elle-même dès la fin de la saison quand les commerces du fond de la vallée fermaient leurs rideaux derrière les derniers vacanciers. Beaucoup parmi nous attendaient lautomne pour à leur tour
9
AVANT QUE LE VENT…
descendre vers les vignobles du Midi dont largent des vendanges les aiderait à passer lhiver. Au temps de notre enfance, non seulement il ny avait déjà plus de commerce dans nos villages haut perchés, mais déjà les écoles fermaient. Par contre, nous restaient des curés oubliés par lévêque dans nos paroisses. Eux non plus ne seraient pas remplacés, mais il faut dire que de nos jours il serait difficile de trouver dans les séminaires des spécimens aussi particu-liers. Celui que jai connu, laissé en rebut dans mon village, pourtant docteur en théologie, avait tellement le nez plongé dans ses lectures quil ne sapercevait plus que la terre continuait à tourner. Montant en chaire avec une brassée de livres sous le bras, il se livrait à des soliloques sans fin aux-quels les paroissiens, ny comprenant rien, ne prêtaient la moindre oreille. Ces derniers profitaient dailleurs de cette divagation du prêtre pour sadonner sur leurs chaises à des sommes récupérateurs, se réveillant quand lhorloge du clocher égrenait les douze coups de midi, alors, trépignant de-puis les tribunes jusque dans la nef, ils obligeaient le discoureur à quitter la chaire afin de terminer la messe. Dun autre acabit se montrait le curé officiant dans la paroisse de votre grand-mère. Cherchant sans doute à prouver sa grande piété, il déambulait dans la proche campagne en lisant son bréviaire, nacceptant point quon le dérange dans sa sainte lecture, même pour le saluer. Pourtant il sut lever son second il au-dessus de ses prières lorsquil aperçut lune de vos grandes tantes circulant en vélo en relevant quelque peu la jupe afin de pouvoir pédaler plus facilement. Sur le champ il lexcommunia, refusant de lui donner lhostie, lorsquelle appro-chait de la sainte table, ne levant linterdit quau jour de lenterrement de son grand-père qui était également le chantre de la paroisse. De ce pays délaissé par tous les enfants de nos deux nombreuses familles (sept dun côté et cinq de lautre), me reviennent en mémoire des actions ou des attitudes de personnages particuliers, plus facilement repérables dans nos petits villages où tout le monde se connaissait, presque un peu trop. Ont vu le jour sous ma plume des histoires volontairement modifiées, transposées en un autre lieu pour ne point froisser les survivants, formant un puzzle que je vous laisserai reconstituer pour faire revivre un village dans latmosphère de mon époque.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Colomba

de harmattan

L'ami dont l'aventure n'est pas ambigüe

de coedition-nena-editions-lettres-de-renaissances

suivant