Bahamas, tome 3

De
Publié par

Octobre 1872, à Soledad, île de l’archipel des Bahamas, propriété de la famille Cornfield depuis le XVIIe siècle.

L’ingénieur français Charles Ambroise Desteyrac, arrivé en 1853 pour construire un pont, a ancré sa vie sous les tropiques. Il assiste au bouleversement des moeurs, provoqué par le progrès galopant. Occupé à la construction d’un phare, il vieillit auprès de lady Ottilia, sous la bienveillance de Lamia, dans le souvenir d’Ounca Lou et de Malcolm Murray.

Les événements historiques, proches ou lointains, ont des répercussions sur la vie des îliens : en 1898, la guerre hispano-américaine provoque une émigration cubaine ; la guerre de 1914-1918 envoie des insulaires au combat en Europe ; la prohibition fait la fortune de l’archipel. Les ouragans apportent leur lot de destructions et de misère.

Certains prônent l’indépendance, qui ne sera effective qu’en... 1973 !

Pacal, le fils de Charles, qui a étudié à Harvard, succède à son grand-père, lord Simon. Il fait, de l’adolescence à la vieillesse, des rencontres amoureuses variées, qui se terminent parfois tragiquement.


Après l’immense succès des séries romanesques Louisiane et Helvétie, Maurice Denuzière nous conte, dans ce troisième et dernier volume de Bahamas, l’américanisation insidieuse d’une île paradisiaque.
Publié le : mercredi 4 avril 2007
Lecture(s) : 29
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213639604
Nombre de pages : 792
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Octobre 1872, à Soledad, île de l’archipel des Bahamas, propriété de la famille Cornfield depuis le XVIIe siècle.

L’ingénieur français Charles Ambroise Desteyrac, arrivé en 1853 pour construire un pont, a ancré sa vie sous les tropiques. Il assiste au bouleversement des moeurs, provoqué par le progrès galopant. Occupé à la construction d’un phare, il vieillit auprès de lady Ottilia, sous la bienveillance de Lamia, dans le souvenir d’Ounca Lou et de Malcolm Murray.

Les événements historiques, proches ou lointains, ont des répercussions sur la vie des îliens : en 1898, la guerre hispano-américaine provoque une émigration cubaine ; la guerre de 1914-1918 envoie des insulaires au combat en Europe ; la prohibition fait la fortune de l’archipel. Les ouragans apportent leur lot de destructions et de misère.

Certains prônent l’indépendance, qui ne sera effective qu’en... 1973 !

Pacal, le fils de Charles, qui a étudié à Harvard, succède à son grand-père, lord Simon. Il fait, de l’adolescence à la vieillesse, des rencontres amoureuses variées, qui se terminent parfois tragiquement.


Après l’immense succès des séries romanesques Louisiane et Helvétie, Maurice Denuzière nous conte, dans ce troisième et dernier volume de Bahamas, l’américanisation insidieuse d’une île paradisiaque.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.