Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Bleu sombre

De
226 pages
Qui n’a jamais rêvé de partir ? Comme ça, un jour, partir. Reconstruire sa vie ailleurs. Pas si facile. Le narrateur vient de signer son premier contrat dans un cabinet d’audit de la Défense. Les semaines de travail se succèdent et l’ennui le gagne. Engoncé dans son quotidien de cadre moyen, il se prend à rêver à la douceur des îles grecques visitées à la fin de son adolescence. Le souvenir de cette jeune fille rencontrée à Naxos qu’il a aimée passionnément, l’envahit peu à peu. Un choix s’impose : faut-il vraiment grandir ? Dans l’univers de Bleu sombre la rêverie s’immisce dangereusement dans la vie quotidienne. Julien Calot fait affleurer les émotions dans un premier roman lumineux.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Titre
Bleu sombre
3
Titre Julien Calot
Bleu sombre
Roman
5 Éditions Le Manuscrit Paris
© Éditions Le Manuscrit, 2010 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-03444-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304034448 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-03445-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304034455 (livre numérique)
6
Bleu sombre
PREMIÈREPARTIE
7
Bleu sombre
CHAPITRE1
J’avais toujours rêvé de partir, comme ça un jour partir, et reconstruire ailleurs une vie à partir de rien. On aimerait que ça soit facile comme ça. Tout plaquer. Se barrer. Claquer la porte. Envoyer tout valdinguer. Mettre des coups de boules dans l’écran de l’ordi portable PC Dell noir, l’attraper à deux mains, le fracasser sur le vieux contre-plaqué dégueulasse du bureau le balancer sur la tête de Pascal â côté hurler j’ai jamais pu te piffrer pauvre connard de Pascal. Pascal tu es tellement con mon pauvre Pascal, tu es tellement pourri et vide et déjà mort. Lui dire aussi à l’autre que je déteste ses grands discours débiles sur l’écologie et sur les fruits de saison. Je vous emmerde vous et vos voitures hybrides, vos « réseaux d’amis » et vos soirées branchouilles, et vos banques d’affaires et vos back-office, et vos front-office, et vos middle-office, et vos crédits, et vos points et vos bonus.
9
Bleu sombre
Depuis 3 ans, j’étais devenu « parisien comme tout le monde », disons un peu comme beaucoup de mes amis d’école, qui petit à petit avaient déserté leurs provinces pour venir s’entasser dans les buildings « glauquis » tout autour de la grande arche. Finis la mer pour certains d’entre nous, les vagues le surf le week end, les potes sur le bord des plages les longboards les shortboards, et les filles Reef Brazil en monokini, les rêves des îles et d’Indonésie, les guitares dans la nuit et les feux dans les dunes ; les balades dans les montagnes pour d’autres, la neige, les soirées perdues dans les refuges d’altitude, les histoires des ours bruns qu’on avait retrouvés là-bas un soir dans la vallée ; ou finis encore les barbecues salés dans les rochers dans les calanques, les verres de rosé à la terrasse de Del Papa l’été, les premières cuites au Soleiado, les crises de jalousie pour savoir qui finirait avec Sophie, et partout les mêmes discussions enflammées sur l’avenir du monde, et les mêmes envolées nocturnes enivrées, pleines de la volonté coûte que coûte d’aller chacun au bout de ses passions. Et puis, sans le voir venir vraiment, on s’était vus, un jour, pour préparer notre premier entretien, ressortir, en plein pendant les soldes d’hiver, d’un magasin genre « middle class » un
10