//img.uscri.be/pth/78632e506f9e5de15ef050aeda285d1450254f51
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Boîte à musique

De
97 pages
Nadège ne voulait plus d'une vie "à la dernière minute", elle s'était crée son petit confort personnel et pour rien ni personne au monde elle ne voulait s'en éloigner mais la vie n'est jamais avare de surprises difficiles à contourner, celles ci auront les attraits de Julien... En passant par leurs deux existences "électroniques" Nadège et Julien n'en feront qu'une, réelle jusqu'à l'absurde, fausse jusqu'à la vérité. L'auteur nous dévoile un monde incroyablement vrai auquel il est difficile d'échapper puisqu'il laisse à l'imagination la place d'honneur, celle des songes.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Titre
Boîte à musique

3DU MÊME AUTEUR
AUX ÉDITIONS LE MANUSCRIT
Érotisme, Poésie, 2005.
Huit mots, Poésie, 2007
Titre
Nadia Le Roux
Boîte à musique

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-9342-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748193428 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-9343-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748193435 (livre numérique)

6 Boîte à musique






À Jean


7 Boîte à musique
.
8 Le début

LE DÉBUT
Tout est bien qui finira bien !
Mes brefs déplacements quotidiens en métro
n’étaient pas désagréables, les gens autour de
moi me rassuraient d’une certaine manière
puisque nous nous ressemblions tous, la
sensation de faire partie d’un groupe n’a jamais
été pour me déplaire, il m’arrivait de croiser des
regards de personnes dans lesquelles je
m’identifiais durant quelques instants avec la
sécurité de me réintroduire en moi à la fin de
l’exercice.
Je feuilletais d’un œil distrait quelques
journaux en arrivant au bureau chaque matin,
j’étais toujours en avance à cet effet, je notais en
mémoire les articles sur lesquels je comptais
m’arrêter pour les reprendre en lecture durant la
pause de midi en échangeant quelques mots
avec mes collègues, aucun d’entre eux ne me
plaisait particulièrement mais l’inverse ne s’était
pas produit non plus, j’étais une personne
cordiale. J’estimais que nous étions tous les
auteurs de notre « destin » du moins à partir
9