Bonne année mon pote

De
Publié par

Fichue saint-sylvestre ! Etre officier de police en service et apprendre la mort suspecte d'un ami. De surcroît, se voir chargé de l'enquête. Marcillac relève le défi avec ses deux collègues Marot et Bongendre. Ils prennent la direction du 13° arrondissement où nous découvrons les protagonistes de l'intrigue : Gino Montegia, producteur minable. Pierik, chanteur raté. Didier, auteur improbable. Françoise, la quarantaine. Christy, l'allumeuse du cale-pain. Nous suivons l'errance du flic en se posant la question. A-t-il grâce à son expérience ou à un flair inné, deviné le mobile du meurtre ? Résoudra-t-il l'énigme avant la nouvelle année, à l'aide d'un coup de bluff ? Un climat angoissant que Philippe Mas sait maintenir jusqu'à la dernière ligne.
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 126
EAN13 : 9782748122824
Nombre de pages : 174
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Bonne année mon pote
Philippe Mas
Bonne année mon pote
ROMAN
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2748122836 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748122828 (pour le livre imprimé)
Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre.
manuscrit.com 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
« La tradition est l’illusion de la permanence. » Woody Allen
Lorsque Françoise sortit de l’immeuble, l’horloge de la place Daumesnil indiquait trois heures du ma tin.
La quarantaine bien entamée, plutôt boulotte, la fille était consciente d’être physiquement limitée. Cependant, sa coiffure à la frange lui tombant sur le front donnait à son visage une expression délicate et ingénue dont elle connaissait les effets.
 Maintenant, à nous deux ! marmonnatelle en composant un numéro sur le clavier de son portable. Gino ? Je te dérange ? Comment ? Je suis dans le 12e. OuiJ’ai passé la soirée à m’ennuyer copieux. Chez qui ? Oh, des gens que tu ne connais pas. Je t’expliquerai. Dismoi, tu es seul ? D’accordLe temps de sauter dans un taxi etCa tombe bien, en voilà un. O.K.
 Aux Moulins de Paris, indiqua Françoise au chauffeur.  J’ai fini ma journée mais je vais vous rendre service, confia celuici en détachant nerveusement chaque syllabe.  Dix euros, ça va ?  Comme je viens de vous le dire, c’est, excep tionnel, répondit le black en prenant le billet.
9
Bonne année mon pote
Quelques minutes après, la voiture s’arrêtait de vant les anciens entrepôts frigorifiques de la capi tale. Désormais, cet édifice important à l’aspect désaffecté rassemblait différents organismes artis tiques. Un montecharge aux manipulations obso lètes desservait les différents étages d’un véritable labyrinthe. Françoise entra dans une immense pièce meublée simplement par un piano à queue qu’entou raient pieds de micros et portepartitions. Contre le comptoir du minibar où des tracts étaient collés à des boites de bière vides, un canapé servait parfois de couche aux musiciens. Allongé sur le dos, Gino y ronflait et la fille comprit en voyant la bouteille de vodka renversée sur le sol qu’il ne dormait pas de fa tigue.
 Faire demitour, pensatelle, serait le plus sage.
Pourtant, elle se courba et secoua l’homme qui émit un grognement étouffé. La seconde fois, il ré pondit de la même manière suivie cependant d’un "qu’estce qu’y a " un peu plaintif. Enfin, il ouvrit un œil.
 Qu’est que tu fous là, toi ? reprochatil avec une voix grasse. Ah oui, excusemoi, j’étais crevé et je me suis assoupi.  Je vois ça  Tu vois quoi ? contra Gino en se levant. La bou teille ? poursuivitil en se refroquant devant la fe nêtre. Pour une fois que ces blaireaux m’en laissent un peu, cela fait l’équilibre avec tout ce qu’on me fauche. On me taxe tout ici. Mes clopes, mon fric. Y a même un qui m’a carotté mon dentifrice.  Evidemment, déplora Françoise avec un brin de complaisance, si tu laisses les portes ouvertes quand tu vas au bistrot.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.