Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Lev er du jour, lev er de rideau Un e légère vibration de l’air…Un trem blem en t de vitres… Un séism e d’am plitude 2,4… Un vrom bissem en t croissa n t au fil des places et des carrefour s… Le grin cem en t des ch e-n illes qui m altr aiten t l’asph alte… On aurait aim é, voire espéré, un déroulem en t plus festif avec clique triom ph an te, oriflam m es h aut dan s le ven t, avec les rayon s du soleil jouan t dan s les cuirs et les cuivr es astiqués. Quan d on est fille de colon el, ce ser ait la h on te d e n e pas avoir détecté la progr ession des blin dés dan s la ville. Or l’h istoire a dém on tré que lorsque les blin dés qu itten t leur casern e, et que l’on n ’est pas le 21 juillet, c’est que la dém ocratie est en bern e. Certes ce n ’est pas la m arée joyeuse des blin dés du 3 septem br e 1944. Sim plem en t de ci delà, deux, trois en gin s postés san s plan bien précon çu, san s affich er un e volon d’en fer m er la dém ocr atie dan s un carcan in extricable, un peu com m e un ch ien qui m ar que son territoir e. Alerter sa bon n e am ie. — Avez-vous perçu ce ch arivari, m adam e Duch em in ? — Quel ch ar ivari, m adam e Pign on ? — Les blin dés. — Les Am ér icain s on t débar qué ?
7
Que r épon dre ? Madam e Duch em in n ’est pas dém on tée. Elle détien t un e for m ule susceptible de rem ettre les pen -dules à l’h eure en toutes circon stan ces. — Dan s ce cas, je vais faire du café. Réflexe que m adam e Duch em in a h érité de sa m ère. En effet au cours de la « dern ière », après ch aque bom barde-m en t, m adam e Duch em in m èr e prélevait quelques grain s de ce précieux tr ésor, stocké en abon dan ce lors de la « drôle de guer re ». Verts, les grain s. On les torréfiait au fur et à m esure des besoin s pour leur con server tout leur ar ôm e. Et l’on jouissait deux fois : l’odeur du grain doré et l’arôm e du breuvage. Tan t qu’il y aura du café, la dém ocratie de m adam e Duch em in n e sera pas en dan ger. * * * Le vieux Gaston , en dépit d’un début de surdité, a lui aussi perçu la m on tée d’un ordre n ouveau. In stin ctivem en t il a m urm ur é : ceci n ’est pas un exercice, selon la form ule con sacr ée. Et pourtan t, il rest e assis à sa table, le buste raide, le regard fixé sur un poin t du m ur où figure un cadre vide…
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin