//img.uscri.be/pth/5b980294df1c4044809a16ea0a71f846cbadc761
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ca peut plaire à des gens

De
93 pages

Recueil de six nouvelles, parfois drôles, parfois graves, sur la vie, la mort et autres petites choses sans importance.

Publié par :
Ajouté le : 15 juin 2011
Lecture(s) : 99
EAN13 : 9782748102147
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com - maison d’édition francophone - a
pour vocationde réunir lesconditionsidéales pour
quetouslesmanuscritstrouventleurpublic.
Pourcefaire,manuscrit.coms’estdotéduplusgrand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etdecritiques,ilestentièrementvouéàladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalents,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Danslemêmetemps,manuscrit.compropose-pour
accélérer la promotion des oeuvres - une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-êtresontindissociablesdelaprimeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5 bis rue de l’asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comÇa peut plaire à des gens© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0215-0 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-0214-2 (pour le livre imprimé)William Vega
Ça peut plaire à des gens
NOUVELLEPOUPEEGONFLANTEPhilippeétaitundragueur,moipas. Onavaittous
lesdeuxdix-huitansetmoij’étaislecopaindugarsqui
parlaitavecbeaucoupd’aisanceàn’importequellefille,
quidéfinissaitsesobjectifsendébutdesoiréeetarrivait
très souvent à ses fins.
J’étaisbeaucoupplustimide,jerestaistoujoursen
retrait, les filles m’intimidaient. J’avais beau m’accro-
cher derrière la locomotive Philippe en début de soi-
rée, je la finissais très souvent seul, faute d’avoir tenté
ma chance.
Nos sorties nocturnes étaient toutes calquées sur
lemêmemodèle,jepartaisbilleentête,décidéàpasserà
l’actionetcasserlabaraque,maisaumomentoùilaurait
fallu aller au charbon, je me dégonflais tout le temps.
Lors des séries de slows, je finissais invariablement au
bar. Philippe,lui,restaitsurlapistededanse. Illuiar-
rivaitdeprendredesvestes,d’essuyerdesrefuslorsqu’il
invitait des filles à danser mais il ne renonçait jamais
même après quatre ou cinq échecs. Moi, c’était tout
le contraire, je renonçais à inviter ces demoiselles afin
d’êtresûrd’éviterleurrefus. ChezPhilippe,c’étaitma-
ladif,sessortiesenboitedenuitnepouvaientseconce-
voir sans une conquête féminine. Les rares fois où il
luiarrivaitderesterseulenfindesoirée, ilétaitd’une
humeur infecte, pensant qu’il avait perdu son temps.
Illuiarrivaitdesortiravecdeslaideronspouréviterce
genre de situation. Il disait alors : « les grosses, c’est
comme les mobylettes, c’est marrant quand t’es dessus
mais t’aime pas que les copains te voient avec ». Il te-
nait cette expression de son frère aîné qui était sergent
dans l’armée de terre.
Philippe me charriait assez souvent sur mes ca-
rencesauniveaudesconquêtesféminines. Commetous
lesétudiants,onconnaissaitpasmaldefilles,monpro-
blèmen’étaitdoncpasdefaireconnaissancemaisplutôt
9