//img.uscri.be/pth/9dcfd4482bea164086d3ee058ccf7d60f505a155
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Cab & compagnie

De
240 pages
Cab et les siens : une famille peu ordinaire qui vit dans la campagne nantaise, amoureuse de la nature sans avoir la fibre agricole, plutôt portée sur la mécanique, récupération et réparation de vieilles voitures, à la limite de la légalité. Ce qui va les conduire à resserrer les rangs quand un patron de boîte de nuit profère des menaces à l'encontre d'un des leurs...

Dans ce roman singulier teinté de naturalisme, Christian Pernath montre son attachement, à la fois ironique et tendre, pour des êtres déclassés, sans avenir et sans autre ambition que de tenter de vivre heureux en marge d'un monde qui leur échappe, dont il recrée l'univers et le climat si particulier, à la manière de Caldwell ou de Steinbeck, avec une grande maîtrise du récit.

« Dans la veine de Steinbeck, un romancier qui aime les gens de peu. » Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Cab et les siens : une famille peu ordinaire qui vit dans la campagne nantaise, amoureuse de la nature sans avoir la fibre agricole, plutôt portée sur la mécanique, récupération et réparation de vieilles voitures, à la limite de la légalité. Ce qui va les conduire à resserrer les rangs quand un patron de boîte de nuit profère des menaces à l'encontre d'un des leurs...

Dans ce roman singulier teinté de naturalisme, Christian Pernath montre son attachement, à la fois ironique et tendre, pour des êtres déclassés, sans avenir et sans autre ambition que de tenter de vivre heureux en marge d'un monde qui leur échappe, dont il recrée l'univers et le climat si particulier, à la manière de Caldwell ou de Steinbeck, avec une grande maîtrise du récit.

« Dans la veine de Steinbeck, un romancier qui aime les gens de peu. » Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire.