//img.uscri.be/pth/19776f6c8d0c2c0056a77b433f77a076a15ecad1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Camping

De
97 pages
Sur ses lèvres s’esquissa un sourire gourmand. Il se remémora des illustrations anciennes. Des gravures du Moyen-Age, des dessins du temps des croisades, lorsque, après la déferlante purificatrice, des armées royales, des troupes catholiques, sur un village païen, un village où le blasphème tenait lieu de règle, les arbres, gibets de fortunes, croulaient sous le poids des corps impies, des fruits du démon offerts en pâture aux becs acérés des rapaces.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com - maison d’édition francophone - a
pour vocationde réunir lesconditionsidéales pour
quetouslesmanuscritstrouventleurpublic.
Pourcefaire,manuscrit.coms’estdotéduplusgrand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etdecritiques,ilestentièrementvouéàladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalents,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Danslemêmetemps,manuscrit.compropose-pour
accélérer la promotion des oeuvres - une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-êtresontindissociablesdelaprimeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5 bis rue de l’asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comCamping© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0399-8 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-0398-X (pour le livre imprimé)Luis Alfredo
Camping
ROMANCHAPITRE 1
La fraîcheurde la nuitd’été entrait par la porte-
fenêtre grandement ouverte. Tapi au fond d’un vieux
fauteuil en cuir marron René Charles de Villemur, le
verre levé devant ses yeux, observait la pièce à travers le
liquideambré. Faceàlui,JoanNadaldormaitprofon-
dément,enémettantunronflementdigned’unmoteur
fêlé. Vautrédansletroisièmefauteuil,PatrickFonvieux
dégustaitunHavanedecalibreroyal.
Lecon!…marmonna-t-ilenjetantunœilsurle
détective privé.
Effectivement… Cet individu n’a aucune notion
desconvenances!…grimaçaRenéCharles.
Lesdeuxhommeséclatèrentderire. Ledétective
gigota grognapuisouvrit un œil:
Je vais me doucher… laissa-t-il tomber en se re-
dressant.
Jecroisque c’est unebonneidée !… sourit René
Charles.
Je maintiens que ces meurtres sont en tout point
semblables à celui de la rue de l’Abbé Sicard !… en-
chaîna Patrick
RenéCharlesdeVillemurhaussalesépaules:
Un meurtre est toujours semblable à un autre
meurtre… dans la mesure où il n’existe pas trente-six
mille façons d’occire son congénère… il est inévitable
quecertainscrimesressemblentàd’autres!…
7Camping
NotreamideVillemurlajoueprobabiliste! s’ex-
clama le Joan qui, au lieu d’aller se doucher comme il
l’avaitannoncé,venaitdeserasseoir.
En guise de réponse, René Charles secoua la tête
et avala une gorgée de Whisky.
Il y a deux où trois ans un type est retrouvé
pendu… il s’agissait d’un meurtre, d’un meurtre
signé… on lui avait coupé les couilles !… Depuis une
quinzaine de jours, à une centaine de kilomètres d’ici,
sur la côte, cinq cadavres émasculés ont été retrou-
vés!…Ettuaffirmesquecesaffairesn’ontaucunpoint
commun! s’emporta Patrick
Certes…Maismisàpartl’émasculation…
Misàpartl’émasculation?…Danslesdeuxcasles
victimessontdeshomosexuels! l’interrompitPatrick.
RenéCharlesdeVillemursoupiraprofondément
De toute manière cette affaire n’est pas de ma
compétence !
Letéléphonemituntermeàlaconversation. Joan
ledécrochaà latroisièmesonnerie.
Je vous le passe… c’est Octave, dit-il en pressen-
tantl’appareil à René Charles.
Celui-ciébaucha unegrimace.
Quesepasse-t-ilmoncher?
Excusez-moi de vous déranger mais le commis-
saire Villote souhaite que vous le contactiez immédia-
tement.
De Villemur haussa les sourcils. Le commissaire
Villote? IlneconnaissaitpasdecommissaireVillote!
Quiestcemalotrus? s’étonna-t-il,puisilajouta
après avoir consulté sa montre, et il souhaite que je le
contacteimmédiatement!…Acinqheuresdumatin!
Il s’agit d’un collègue de Bordeaux… Il dirige
l’enquêtesurlasériedemeurtresd’homosexuels…
Foutredieu!…Qu’ai-jeàvoiravecça?…
RenéCharlesdevinachezOctavedelagêne:
-MoncherOctave,soitceVillotevousarévélédes
motifsquilepoussentàm’importuneràcetteheure-ci
8Luis Alfredo
et vousme lescommuniquez,soitnousenrestonslàet
jejoindraicerustredanslajournée!
Un silence pesant s’installa sur la ligne. Finale-
ment Octave le rompit :
Une nouvelle victime à été découverte sur une
plage… Ceseraitun devosamis…
Un ami ! s’écria René Charles en dévisageant
le détective et le journaliste qui depuis le début de
l’échange se tenaient coi, voilà qui me surprend beau-
coup !… Deux de mes amis sont assis en face de moi
quantautroisièmeilmeparleautéléphone!
Christian… lâcha Octave.
Son corps a été découvert, en fin de journée, au
milieu des dunes, par des touristes anglais alors qu’ils
rejoignaient leur camping… d’après les premiers élé-
ments de l’autopsie le meurtre aurait été commis une
douzained’heuresplustôt…verscinqousixheuresdu
matin… La technique utilisée est toujours la même…
le tueur assomme ses victimes, puis leur enserre le cou
à l’aide d’une corde etlestracte surplusieursmètres…
ensuite il les émascule…
Al’autreboutdufillecommissaireVilotteseracla
la gorge :
La victime avait les testicules enfoncées dans la
bouche…
René Charles ferma les yeux. Sa main se crispa
surl’appareiljusqu’àdevenirblanche,iltentadeparler
maisneparvintqu’àbégayer. Finalement,ils’adossaau
fauteuil et, hagard,fixale plafond.
Unepairedeminutesplustard,contenantladou-
leurquilerongeait,ilréussitàromprelesilence:
Vousaveztrouvéunelettrequim’étaitdestinée…
En effet… c’est pour cette raison que je me suis
permisdevouscontacter…maisjen’avaispasprisgarde
9