Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Cavoure tapi

De
322 pages
Une bactérie dévoreuse de pétrole pour contrer les marées noires, voilà l'objet de l'ambitieux programme de recherche d'un institut montréalais. Mais ce dernier n'est plus seul dans la course aux brevets. Des fuites surviennent, on engage discrètement Alain Cavoure pour y voir plus clair. Le détective a tôt fait de se persuader que la mort d’un des chercheurs n’est pas fortuite. Ses déductions dérangent : il est convié à une balade en forêt par deux types plus portés sur le maniement des armes que sur les plaisirs de la conversation entre adultes bien élevés. Qu’on lui tire dessus n’enlève rien à sa verve. Mais le temps presse pour qui perd son sang
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait de la publication
Cavoure tapi
1 Extrait de la publication
Cavoure tapi
CAVOURE TAPI
3 Extrait de la publication
Du même auteur :
Cavoure tapi
L’art discret de la filature, roman, Québec/Amérique, 1994. Un mariage à trois, roman, L’instant même, 1997. La petite MarieLouise, roman, L’instant même, 2001.
4
Cavoure tapi
ALAIN CAVENNE
Cavoure tapi
roman
5 Extrait de la publication
Maquette de la couverture:Anne-Marie Guérineau Photographies : Jean Leblanc et Marcel Taillon
Photomontage:MarcelTaillon Photocomposition:CompoMagny enr. Distribution : Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Montréal (Québec) H4N 1S2
©Les éditions de L'instant même, 2003
L’instant même 865, avenue Moncton Québec (Québec) G1S 2Y4 info@instantmeme.com www.instantmeme.com ISBN PDF : 978-2-89502-777-5
Données de catalogage disponibles sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec L’instant même remercie le Conseil des Arts du Canada, le gouvernement du Canada (Fonds du livre du Canada), le gouvernement du Québec (Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC) et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
Extrait de la publication
Cavoure tapi
À ma sœur Paulette
7 Extrait de la publication
Cavoure tapi
8
Avertissement de l’auteur
Avertissement de l’auteur
Cavoure tapifait suite àL’art discret de la filature, paru chez Québec/Amérique en 1994, dans lequel je disais qu’Alain Cavoure avait enseigné à l’Institut ArmandFrappier. Dans le présent roman, Cavoure devait effectuer une sorte de retour à l’Institut ArmandFrappier. Le 20 juillet 2000, j’ai fait parvenir à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), dont relève l’Institut ArmandFrappier, une lettre demandant l’autorisation d’utiliser le nom de l’Institut dans une œuvre de fiction. Je n’ai même pas reçu d’accusé de réception. Je me suis repris en août 2001, puis de nouveau à l’automne. J’écrivais notamment : « La publication fera l’objet d’un avertissement indiquant le caractère purement fictif de l’histoire et des per sonnages et comprendra une note de remerciement adressée à l’INRS. » On m’a enfin fait savoir que la question serait étudiée. J’ai par la suite envoyé à l’INRS deux versions successives du roman. Le 17 janvier 2003, soit trente mois plus tard et après beaucoup de promesses non tenues, j’ai enfin obtenu une réponse. L’INRS ne m’autorise pas à utiliser le nom de l’Institut Armand Frappier dansCavoure tapi.
9 Extrait de la publication
Cavoure tapi
Les raisons invoquées sont les suivantes : « Bien que [...] vous soyez disposé [à spécifier] que l’INRS n’endosse aucunement le contenu de ce roman, il n’en demeure pas moins que la perception, l’interprétation ou l’opinion du lecteur est imprévisible et incontrô lable. Conséquemment, il n’existe aucune garantie à l’effet que l’image de l’INRS ne serait pas ternie, que sa réputation ne serait pas entachée, que sa crédibi lité ne serait pas minée et que ses relations avec ses différents partenaires et collaborateurs ne seraient pas altérées de quelque façon que ce soit. » J’étais préparé. À l’automne 2001, on avait voulu me faire comprendre que les attaques du 11 septembre changeaient la donne et que dorénavant l’INRS devait se montrer extrêmement vigilant au chapitre de la sécurité. À la décharge de l’INRS, reconnaissons – le fait a été amplement commenté dans les médias – que le comportement des bactéries s’est complètement dé traqué depuis le 11 septembre 2001, pour des raisons que les chercheurs n’arrivent pas à expliquer. Or, mon roman parle effectivement d’une bactérie. Attention ! On sait aussi que ceux et celles qui persistent à lire des romans sont des crétins, cent et une études le prouvent. On ne peut compter qu’ils feront la distinction entre la réalité et la fiction. Les lecteurs d’aujourd’hui seraient les téléspectateurs d’hier et rappelonsnousquedanslesannéescinquante,lesbonnes âmes envoyaient des paniers de vivres à Donalda. Je demeure persuadé que si l’INRS avait répondu à ma demande dès l’an 2000, sa réponse aurait été différente. Toujours estil que je tiens à rétablir les
10