Ce n'est pas banal de rater une histoire d'amour

De
Publié par

Il n'est pas facile d'aimer ou d'être aimé. La plupart des héros de ces onze nouvelles sont dans une impasse affective, mais finissent par trouver un équilibre, combler leurs manques. La rencontre est sur leur chemin et ils veulent continuer à vivre. Ils essaient de recoller les morceaux de leur existence troublée. L'exaltation sensuelle des corps accompagne aussi les élans du coeur.  Un banquier varie les lieux de séduction de façon plus ou moins cocasse pour pimenter sa liaison adultère. Une femme délaissée par son amant invente une stratégie de reconquête. Un candidat au suicide après la perte d'un être cher redécouvre le goût de vivre. Un homme, à la suite d'une vive dispute avec son épouse, fait une étrange incursion dans une forêt canarienne en compagnie d'un jeune singe. Une future mariée disparaît au cours de la cérémonie officielle à la mairie, mais fait une rencontre qui va réorienter sa vie... A travers ces histoires qui ont toutes une grande fraîcheur et un rythme allègre, l'auteur dresse un petit tableau de notre société où chacun pourra se reocnnaître.
Publié le : vendredi 19 février 2016
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791026204107
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Fernand Campariol

Ce n'est pas banal de

rater une histoire

d'amour

Nouvelles

 


 

© Fernand Campariol, 2016

ISBN numérique : 979-10-262-0410-7

Image

Courriel : contact@librinova.com

Internet : www.librinova.com


 

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est évidemment bien dur

de ne plus être aimé quand on aime,

mais cela n’est pas comparable

à l’être encore quand on n’aime plus.

 

Georges Courteline

 

 

 

 

Marina


      Un vent frais vient de la mer. Il pousse de petits nuages blancs vers le château, qui étire fièrement des remparts délabrés sur son galion de calcaire, caressé de lumière blonde. L’homme arrive au bas de la pente cernée de vignes noircies. Tiens un panneau ! Il n’y était pas la dernière fois. Et pour cause. Il lit :

 

SITE CLASSE DU CHÂTEAU D’OP***

RECONSTITUTION APRES INCENDIE

Le 20 août 199... un violent incendie a détruit 1500 hectares sur le territoire d’OP***dont le site du château. La commune d’OP***...

 

Il n’achève pas sa lecture. Les plis du visage dessinent un étrange sourire. Il ressent dans la bouche un goût amer. Il essaie de se remémorer. Un an déjà. Il songe à la manchette du journal local CORBIERES MATIN le lendemain du sinistre :

 

INCENDIE MONSTRE

150 HECTARES

DE PINEDES ET DE VIGNES DEVASTEES

TROIS CASERNES DE POMPIERS MOBILISEES

Heureusement le sinistre a fait peu de victimes : le cadavre d’un homme en partie calciné, est retrouvé dans les décombres de sa maison.

 

Il sait que l’enquête menée tambour battant, n’a pu établir si l’incendie était d’origine criminelle. Bien que les soupçons se soient portés quelque temps sur le simplet du village, il a eu très peur après la catastrophe. Il s’est terré chez lui durant plusieurs jours. Au cours de ses rares sorties, il a évité les regards indiscrets tout en s’efforçant de se donner un air naturel. Il a soufflé quand l’enquête a été close sans jamais avoir été inquiété. Pourtant il revoit non sans remords son geste meurtrier. Une mécanique froide parfaitement préméditée. Au sentiment trouble qui l’anime se mêle encore une certaine jouissance. Il s’en souvient à merveille, passe en revue tous les détails. La vieille moto verte cachée dans le fossé du chemin, non loin de la maison de Gratien, le « brûlé des garrigues ». Les ruses de Sioux déployées pour se soustraire à la vue d’un éventuel témoin, à plat ventre dans les hautes herbes, au risque de se faire piquer par les vipères nombreuses en cet endroit. Mais surtout l’exécution parfaite du forfait. Le bois mort ramassé en toute hâte et les pommes de pin mises en tas.

Il fait jaillir la flamme bleu mauve du briquet. Les brindilles s’enflamment. Il s’enfuit en courant comme un dératé, récupère la moto et s’arrête un peu plus loin. À une distance raisonnable, soigneusement dissimulé derrière un chêne vert pour contempler un moment la danse sauvage des flammes partant à l’assaut du ciel en panaches de fumée noire. Il perçoit d’ici les crépitements, les explosions de la pinède qui brûle. Puis les appels stridents des voitures de pompiers, les moteurs rugissants du premier Canadair larguant sa charge d’eau. Il a un terrible haut-le-corps à l’idée de l’horreur qu’il a ajoutée à ce drame. Il y a surtout Gratien. Il voit maintenant les hautes flammes qui lèchent les murs de la maison, surprennent le malheureux en pleine sieste. Il connaît ses habitudes. Il sait qu’il est seul cet après-midi-là. Marina est au village. Quand elle reviendra, elle apprendra la tragédie, sera effondrée malgré le peu de désir nourri à l’endroit de son mari. Il ne faut pas qu’elle connaisse l’auteur de cet assassinat. Gratien est mort. Pris au piège. Grillé comme une sardine. Il ne méritait pas ça. À l’église, il revoit encore les silhouettes pliées de douleur, rassemblées autour du cercueil. Un tout petit cercueil en chêne disproportionné à la taille du colosse. Le feu est réducteur. Une force de la nature le Gratien. Mangeant et buvant comme quatre. Un bourreau de travail aussi. Toujours fourré dans ses vignes. Mais peu porté aux plaisirs du lit. Marina, elle, au contraire adorait... Antonin en sait quelque chose... C’est pour elle qu’il a fait ça...

 

Antonin gravit lentement le sentier rocailleux qui mène au château fort. Il s’arrête quelques instants pour reprendre souffle. Il jette un regard circulaire, résigné. Il y a tout ce désastre aujourd’hui. C’est comme une plaie qui cicatrise mal. Une étendue grisâtre recouverte. par endroits d’une fragile chevelure verte. Arbres carbonisés offrant au ciel les moignons de leur vie abandonnée sur les collines alentour.

Les lézards verts et les aspics aux écailles cuivrées ne peupleront plus les lieux avant longtemps. Les grillons de ma jeunesse ne cribleront pas encore de leurs aiguilles sonores la nappe des herbes odorantes. Disparus le sifflet du vent dans la fourrure ébouriffée des pistachiers, des chênes kermès, des cistes et l’envol ravissant des perdrix rouges au petit matin d’automne. Mais que m’arrive-t-il ? Voilà que tout à coup je joue les poètes... Il me semble que c’est un peu tard ! Il fallait y penser avant, mon vieux !

Qu’est-ce qui m’a pris de mettre le feu à la garrigue ? C’est venu comme une odeur d’orage. Mes pensées s’entortillent comme les vrilles de la vigne de Gratien. Il faudrait sulfater plus souvent. Cette vigne n’est pas bien soignée. Il faut la pomponner comme une femme. Je n’aurais pas dû le provoquer. C’est comme ça que c’est parti... Parlons-en de ta femme ! Tu devrais t’en occuper davantage.

Il a relevé son béret crasseux pour montrer sa trogne des mauvais jours. Il s’est avancé vers moi, fou de rage. Qu’est-ce que tu me reproches ? lui ai-je dit. ça, il m’a répondu. Un coup de poing en pleine poire de sa grosse paluche d’abruti, à défoncer une porte. J’y ai tout de même laissé deux incisives. Alors il a ajouté pour m’achever : « Ah, je te vois venir, toi, avec ton regard de voleur et tes manières de garçon de la ville ! Je crois que tu es mieux préparé à caresser le popotin des filles qu’à t’occuper de ma vigne. Et puis je voudrais te dire une dernière chose à ce sujet. Arrête de tourner autour de ma femme ! Compris ! » Et il est reparti sur ses grandes jambes de basketteur sans savoir ce qui l’attendait. Je n’aurais pas dû finalement... J’y ai été un peu fort tout de même. ça me fait mal. J’ai l’air de quoi maintenant. Avec ce poids sur la tête. Et Marina qu’est-ce qu’elle a pensé de tout ça. Je ne le lui ai pas dit tout de suite... Il a fallu qu’elle supporte son mal de veuve le plus longtemps possible. ça aurait fait désordre au village ou alors il aurait fallu ficher le camp. Après tout, elle l’aimait un peu son Gratien... Ne serait-ce que pour lui chauffer le lit. Faute de la chauffer à elle... Elle s’était habituée à cette brute épaisse, à Gratien-le-boulot, à Gratien-le-rentre tard, le pilier de bar... Et moi, j’en ai eu marre de mes-courbettes-à-Gratien, obéissance-à-Gratien. Amen !

Mais ce qui lui a donné le bourdon à Marina, c’est surtout de voir le mas dans les vignes, complètement cramé. Même à moi aussi, ça m’a fait mal de voir cette misère... Et pourtant, j’étais bien embêté - le mot est un peu faible - quand je lui ai annoncé longtemps après l’affreuse vérité, elle n’a pas trop mal encaissé le coup... Zigouillé, mon mari ! Non, c’est pas vrai... c’est pas toi ! Si ! ma petite Marina... Je n’en pouvais plus... le vase a débordé... Oui, mais tout est fichu par ta f... Le mot accusateur s’arrête aux bords de ses lèvres d’amoureuse. Partie en fumée la maison... Oui, tout... Alors pour me rattraper, j’ai changé de boulot. Je touche à la truelle. Aujourd’hui, je travaille comme une brute. J’ai commencé à rebâtir la maison des vignes. Tout ça pour Marina que j’aime à la folie. Son prénom est déjà tout un programme. Un rêve de voilier posé sur les flots bleus. Une fenêtre de tendresse iodée. ça y est ! voilà que le virus de la poésie me reprend. Je me sens neuf maintenant que je renais avec Marina. Elle fait l’amour avec son poids de cris vrais, ses morsures... Je vais la reconstruire après tous ces malheurs. Je vais me transformer. C’est ma dernière chance pour essayer de tout effacer.

 

À petits pas, Antonin parcourt le plateau. De temps à autre, il marque une pause, aspire de grandes goulées d’air frais. Il ressent comme un besoin impérieux de se purifier, de se laver de toute la fange qui le recouvre encore. Le décor médiéval devient un îlot apaisant où il se ressource. Il a toujours aimé ces ruines orgueilleuses, riches d’un passé exaltant. Il se promet d’y revenir plus souvent. La tramontane qui fait rage l’oblige à courber le dos et à gagner le donjon, encore debout malgré un état de vétusté avancé. La voûte lui offre un abri salutaire. Il se met à méditer un moment quand il devine une présence étrangère à ses côtés.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Meurtres aux champs

de la-bouinotte3280

Morts naturelles

de editions-guerin

Julien

de librinova

WAR 2.0

de librinova

suivant