Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

ce que les amoureux se disent

De
93 pages
Les mariages forcés ne concernent pas que les filles. Le voile n'est pas toujours imposé. La force ne fait pas toujours force de loi. Elle n'est pas l'arme la plus dangereuse. Un jeune homme aime une jeune fille et sa mère s'oppose à leur union. Le père s'échappe dans ses pensées et ses amours perdues. Quoi de plus banal que ce scénario maintes fois joué? Et si pour une fois, on écoutait ce qui était tu? Ces pensées que l'on avoue à personne mais qui déterminent le moindre de nos geste et nous poussent à commettre l'irréparable, à créer des malentendus? Ce sont ces pensées secrètes, ces prières silencieuses que l'auteur vous propose d'écouter dans cette histoire tragique comme il en est tant.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Titre
Ce que les amoureux
se disent

3Titre
Mira Hamrit
Ce que les amoureux
se disent

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00880-7 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304008807 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00881-4 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304008814 (livre numérique)

6 8






« Ya Rabbi ! Montre-moi le chemin droit…
Le chemin de ceux que Tu as bénis… Pardonne
mes péchés, pardonne mon errance… Mon
cœur me brûle, mes larmes me dévorent, elles
ne coulent pas, mes yeux les retiennent… J’ai le
vertige, je ne sais où aller si ce n’est pour Te re-
trouver… Mais je suis comme aveugle et sourd,
je ne Te vois plus… Guide-moi, ma perte est
proche… Éloigne le mal de moi, je n’ai pas le
courage de le chasser de moi, il est si doux…
Oh ! Je T’ai menti, oui, je ne suis ni aveugle ni
sourd, je le vois lui, et me plais à le regarder, je
l’entends lui et me plais à l’écouter… Son visage
est si paisible et si plein d’amour pour moi…
Ses boucles m’encerclent et me retiennent…
Non, pardonne ce mensonge, c’est moi qui me
plais à les serrer autour de mon cou, si fort, si
fort que j’en ai mal, et que la tête m’en tourne…
C’est moi qui me plais à le retenir auprès de moi
à l’aube, et à me fondre dans son parfum, tout
chaud, humide, où je n’existe plus, et c’est si
bon de s’oublier, de tout oublier, l’amour
meurt, la peine meurt… Ya rabbi pardonne-
moi, pardonne ma faiblesse, guide-moi et éloi-
gne le mal de moi… Mais pas tout de suite, ou
9