//img.uscri.be/pth/703440c8da1f5743768bf65e7cd56c18b571fba0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Chamboule tout

De
327 pages
Luc quitte l'Odenci en voie d'anéantissement, traverse la Dirène, le Babis et parvient au Buna en Anique. A Ninola il se lie d'amitié avec un homme d'affaire et un pédiatre auprès de qui il se forme à la médecine tropicale. Il part ensuite vivre en brousse et découvre le mode de vie des villageois, leurs coutumes, leurs aspirations. Il exerce son métier de médecin auprès d'eux, rencontre l'amour et mène une vie riche en rebondissements. Il prend fait et cause pour les pauvres dont il défend les revendications auprès des autorités et les aident à sortir de leur condition de pauvre.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Titre
Chamboule tout
3
Titre Thierry Herblot
Chamboule tout
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00604-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304006049 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00605-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304006056 (livre numérique)
6
A mes enfants, Juliette, Camille et Martin
.
8
LA TRAVERSÉEFÉVRIER2057
Après des mois d’errance, Luc parvint inopinément à Bralgis. Il avait parcouru la Cenfe, son pays, la Gibel, la Hotol, le Germa, la Muise, la Lituie et la Spène. Partout la même désolation, le même désastre. Sur les routes, il quémandait quelque nourriture, s’abreuvait à l’eau des rivières. Les villes ne présentaient que ruines et décombres. De rares survivants erraient au milieu d’elles. Peu de nourriture, de l’eau croupie, comment survivre ? Ces loqueteux affamés se traînaient parmi les gravas, espérant découvrir quelques déchets plus ou moins comestibles. Qu’attendaient-ils hormis la mort ? Chaque jour de plus en plus de cadavres envahissaient les rues dégageant une odeur pestilentielle et contaminant les vivants. Ceux-ci mouraient faute de nourriture mais surtout de maladies, d’autant qu’aucun soin n’était plus dispensé. Luc traversait ces anciennes cités avec dégoût et appréhension. On l’agressait afin de le déposséder bien qu’il n’eut absolument rien. Il cherchait un endroit isolé pour se remettre de
9
Chamboule tout
ses marches harassantes et des innombrables traumatismes. Mais nulle part il ne trouva même un semblant de sécurité. Au plus vite il gagna les campagnes, toutes aussi désolées. Les habitants fuyaient leurs villages, se traînaient lamentablement ; les animaux agonisaient. A bout de force, les enfants rampaient ou gisaient de-ci de-là, offrant un spectacle insoutenable. Aucune échappatoire, nulle part où aller. Les plus costauds pillaient et s’en prenaient aux mourants. Sans scrupule ni pitié ils attaquaient jusqu’aux enfants. Les humains encore debout n’étaient plus que des bêtes, les autres agonisaient. Il aperçut la Diréne. La vue de ses rivages sauvages, du calme du bleu des flots, du soleil couchant parant les nuages de douces couleurs, le réconforta quelque peu. Ca et là des corps allongés. Il se mêla à un groupe d’individus dont le calme le frappa. Il interpella l’un d’eux : Qu’attendez-vous ? Nous sommes ici depuis des semaines, espérant embarquer et franchir la mer jusqu’aux côtes anicaines. Nombreux sont les candidats au voyage. Seuls les plus forts monteront à bord et traverseront à leurs risques et périls, mais rester de ce coté des eaux c’est mourir. Qu’espérez-vous trouver là-bas ?
10