Cocktail sucré

De
Publié par

« Paul entendit l’autre qui remettait ça de l’autre côté de la cloison. De quel droit ce type m’appelle Susie, pensa-t-il? Se trouver nu dans le lit d’un autre homme, c’était déjà étonnant, mais se faire appeler Susie était franchement insolite pour lui. Apparemment, son corps n’avait pas subi de transformation. (…) Il ne pouvait rester indéfiniment dans les toilettes et l’autre allait sûrement arriver d’une minute à l’autre à la recherche de sa Susie. Il décida d’agir, il passa une serviette autour de ses hanches, empoigna fermement la poignée et bondit dans la chambre. » Découvrez les 8 nouvelles de Benoit Oger. Huit univers différents faits de situations énigmatiques, de rencontres incongrues, de questions sur la liberté, la mémoire et la soumission.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 134
Tags :
EAN13 : 9782304003581
Nombre de pages : 145
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Cocktail sucré
3
Titre Benoit Oger
Cocktail sucré
Nouvelles
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00358-1 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304003581 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00359-8 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304003598 (livre numérique)
6
. Merci à Fanny et Nathalie… Faut-il qu’un peuple disparaisse pour savoir qu’il existe ? Mano Dayak
8
COCKTAIL SUCRÉ
Paul avait ouvert un œil puis, plus difficilement, un deuxième, il s’étira, et toucha délicatement ses fesses. Il s’attarda plus longuement sur son sexe qui n’était pas en érection, mais qui n’était pas non plus rabougri, tout juste en pause prêt à servir si Janis le désirait. Paul adorait se réveiller nu dans des draps propres de la veille au soir. Pour tout dire, il adorait sentir le parfum de la lessive, cela lui rappelait sa jeunesse. Il fixait ce souvenir olfactif à l’âge de dix ans, même s’il ne savait pas trop bien pourquoi. Que s’était-il passé exactement cette année là ? Il ne se le rappelait plus vraiment, il avait juste retenu cette odeur… Il se sentait bien, reposé et tranquille, ses muscles étaient détendus et une bonne journée se préparait. Depuis son réveil, il n’avait pas quitté des yeux le plafond, un plafond blanc qu’il connaissait bien, même si maintenant qu’il était moins endormi, il le trouvait un peu terne, un peu sale, une fissure apparaissait et il pensa aux travaux de peinture qu’il lui faudrait
9
Cocktail sucré
entreprendre prochainement. Son attention fut attirée par le lustre, il le regarda attentivement, il ne semblait pas l’avoir vu avant ce matin, depuis combien de temps ce lustre affreux pendait-il ? Janis l’aurait-elle installé sans lui en référer ? Le poster hideux qui lui faisait maintenant face était tout aussi étranger que le lustre. Janis pouvait-elle avoir un goût aussi épouvantable ? Puis, le regard de Paul pivota à 90° à droite et à gauche, la pièce où il était allongé avait une déco de chiotte. Il allait réveiller Janis pour lui demander ce qu’ils faisaient là tous les deux dans cet endroit lugubre. Il se retourna, regarda la tête de la personne allongée à côté de lui, se frotta les yeux et regarda une deuxième fois. Du peu qu’il pouvait voir, car la tête était tournée de l’autre côté, il savait que ce n’était pas Janis. Il ne pouvait pas y avoir de confusion, car Janis possédait une sacrée tignasse bouclée et là il apercevait un crâne dont les cheveux avaient commencé à déserter le dessus. Paul prit appui sur l’oreiller avec son coude et se pencha doucement au-dessus du visage à moitié caché, ce qu’il vit le médusa. Il reprit sa place et sa respiration, s’interrogea et ne trouva pas de réponse. Il lui vint une idée, il souleva délicatement le drap et regarda avec attention le corps de l’être qui se trouvait à côté de lui. La personne était nue, entièrement nue comme lui,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.