Cocorico

De
Publié par

Pourquoi le coq chante-t-il chaque matin? Cette question toute simple obsède Leo Basilius, un écrivain canadien venu chercher l’inspiration dans l’île grecque de Nysa. À soixante ans, il veut délaisser le polar, qui l’a rendu célèbre, pour écrire le chef-d’oeuvre qui lui conférera l’immortalité. Il veut se détourner du côté sombre des hommes, de leurs pulsions destructrices, amplement exploités dans ses livres, pour offrir à la postérité un roman sur la beauté du monde et sa lumière. Mais tous veulent le ramener au roman policier: des voisins, qui lui racontent leur vie en espérant qu’elle devienne le sujet de son prochain livre, sa femme, qui ne comprend pas pourquoi il délaisse un genre dans lequel il excelle, et surtout Vass Levonian, le sergent-détective vedette de ses romans qui le supplie de le sortir du coma où il l’a plongé à la fin du dernier polar et de lui faire résoudre un meurtre ou deux. Mais Leo Basilius fait fi de leurs discours. Il ne veut pas risquer d’avoir raté sa vie en n’ayant écrit que ce que d’aucuns considèrent comme de la sous-littérature. Le jour où une fillette lui pose une question sur la finalité du chant du coq, il croit avoir enfin trouvé l’élément déclencheur de son futur chef-d’oeuvre. Dans un récit à la fois simple et complexe, à l’écriture limpide, Pan Bouyoucas traite du processus de la création avec une bonne dose d’humour. Vous n’entendrez plus jamais le chant du coq de la même façon.
Publié le : jeudi 20 octobre 2011
Lecture(s) : 17
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782892616798
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
La collection ROMANICHELS est dirigée par Josée Bonneville.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
du même auteur
Romans Le dernier souffle, Éditions du Jour, 1975. Une bataille d’Amérique, Quinze, 1976. L’humoriste et l’assassin, Libre Expression, 1996. La vengeance d’un père, Libre Expression, 1997. L’Autre, Les Allusifs, 2001. Anna Pourquoi, Les Allusifs, 2004. L’homme qui voulait boire la mer, Les Allusifs, 2005. Portrait d’un mari avec les cendres de sa femme, Les Allusifs, 2010.
Nouvelles Fuites et poursuites, collectif, Quinze, 1982. Docteur Loukoum, Trait d’union, 2000. Musings, collectif, Véhicule Press, 2004.
Théâtre Nocturne, Dramaturges éditeurs, 1998. Le cerf-volant, Trait d’union, 2000. Hypatie ou La mémoire des hommes, Dramaturges éditeurs, 2005. Lionel, Dramaturges éditeurs, 2011.
Littérature jeunesse Thésée et le Minotaure, Les 400 coups, 2003.
Extrait de la publication
Pan Bouyoucas
Cocorico
roman
éditeur
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Bouyoucas, Pan Cocorico (Romanichels) ISBN 978-2-89261-649-1 I. Titre. II. Collection : Romanichels. PS8553.O89C62 2011 C843’.54 C2011-941592-5 PS9553.O89C62 2011
Les Éditions XYZ bénéficient du soutien financier des institutions suivantes pour leurs activités d’édition : – Conseil des Arts du Canada ; – Gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) ; – Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) ; – Gouvernement du Québec par l’entremise du programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres.
L’auteur remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour la bourse qu’il lui a accordée.
Conception typographique et montage : Édiscript enr. Graphisme de la couverture : René St-Amand Photographie de la couverture : THEPALMER, iStockphoto Photographie de l’auteur : Christine Bourgier
Copyright © 2011, Pan Bouyoucas Copyright © 2011, Les Éditions XYZ inc.
ISBN version imprimée : 978-2-89261-649-1 ISBN version numérique (PDF) : 978-2-89261-671-2
e Dépôt légal : 4 trimestre 2011 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
Diffusion/distribution au Canada : Distribution HMH 1815, avenue De Lorimier Montréal (Québec) H2K 3W6 www.distributionhmh.com
Diffusion/distribution en Europe : Librairie du Québec/DNM 30, rue Gay-Lussac 75005 Paris, FRANCE www.librairieduquebec.fr
Imprimé au Canada
www.editionsxyz.com
Extrait de la publication
1
Comme beaucoup d’écrivains canadiens de sa généra-tion, Leo Basilius lança sa carrière littéraire avec un recueil de poésie. Le recueil de poésie fut suivi deux ans après d’un recueil de nouvelles, et celui-ci, quatre ans plus tard, d’un polar, lequel, deux semaines après sa parution en librairie, catapulta son auteur sur la liste des best-sellers. On était en 1980. Leo Basilius avait trente ans et, dans les trente années qui suivirent, il publia quinze autres polars traduits dans une trentaine de langues et salués par la critique pour leur réalisme, leur style sobre et leurs intrigues haletantes qui, dénuées de tout artifice, avan-çaient à coup de courtes scènes enchaînées en trombe. Les polars de Basilius avaient pour protagoniste le sergent-détective Vass Levonian, membre de la brigade des homicides d’une métropole canadienne imaginaire. Méthodique et opiniâtre, il était le meilleur pour boucler une enquête, sans jamais perdre son sang-froid ni son sens de l’ironie. Sauf lorsque la victime était un enfant. « Nous portons tous la culpabilité de chaque agression d’enfant », dit-il dansLumières perdues, le dernier polar et seizième best-seller de Basilius. Levonian enquêtait alors sur une série d’enlèvements de fillettes de moins de dix ans. Il en était si ébranlé qu’il négligea les précautions les plus élémentaires et fut
7 Extrait de la publication
cocorico
grièvementblessélorsdelaconfrontationfinaleavecle pédophile sadique qu’il traquait depuis trois cents pages. Une des deux balles qu’il reçut lui perfora une caro-tide, provoquant un coma traumatique. Au mieux, les médecins lui donnaient quatre chances de survie sur dix. Peut-être cinq sur dix pour un battant comme lui. Mais parce que son cerveau n’avait pas reçu, pendant quelques minutes, tout le sang et l’oxygène dont il avait besoin, il leur était impossible de prédire quelles seraient, au réveil, les séquelles permanentes, s’il y aurait même la présence d’une vie mentale consciente. Cette tragédie déclencha chez les lectrices, qui compo-saient, bénies soient-elles, soixante-dix pour cent de son lectorat, une vague d’empathie pour Levonian, et elles attendaient avec impatience le prochain ouvrage de celui qui taillait son destin, pour savoir si leur bien-aimé ins-pecteur s’en réchapperait, et avec quelles séquelles intel-lectuelles, physiques ou psychologiques. Les critiques, eux, s’en branlaient, des dégâts occasion-nés par les balles que le policier avait encaissées. Des héros aussi rentables que Levonian ne meurent pas, disaient les plus cyniques. Ce qu’ils voulaient savoir, les critiques, c’était pourquoi son créateur, qui n’avait jamais donné dans la sensiblerie, avait eu recours à une chute aussi mélodramatique, lui qui n’avait nullement besoin de tels subterfuges pour vendre son prochain polar. Pour la première fois de sa carrière, le maître incontes-table du polar canadien, tant admiré pour le brio, la force et la sobriété d’une œuvre qui lui avait valu les plus grands prix nationaux et internationaux du roman policier, refusa toute entrevue, déclarant par l’intermédiaire de son agent qu’il s’était isolé pour rédiger son prochain roman. Sans
8 Extrait de la publication
cocorico
spécifier, même à son propre agent, que pour son prochain roman, il avait décidé, au faîte de sa gloire et de son talent, d’abandonner et le sergent-détective Vass Levonian et le polar.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Parenthèses

de levesque-editeur

Voyage au Canada

de editions-du-septentrion

Les départs exemplaires

de editions-gallimard

Bordel-Station

de les-editions-xyz

États de la présence

de les-editions-xyz

L'archipel de Caïn

de les-editions-xyz

suivant