//img.uscri.be/pth/0119d31f37aa2f7022799f9e3f5faaac6715395e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Confessions hivernales

De
99 pages
Cet écrit est un autoportrait psychologique, d'une espèce de jeune musicien incertain. A travers ses réflexions et l'évocation de quelques anecdotes, il essaye de se définir au milieu de cette société qui semble se refuser à lui. C'est aussi un hommage à tous les anonymes qui, tentent chaque jour d'apporter un sens à leur existence. Ils sont très peu reconnus, n'ont pas de rôle social important, mais savent créer à travers leur action, si petite quelle soit, un monde intéressant et à dimension humaine.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2 Titre
Confessions hivernales

3Titre
Lionel Albert
Confessions hivernales

Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-8324-X (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748183245 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8325-8 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748183252 (livre numérique)

6





. .

8







Mentir à mon entourage était ma principale
occupation, quand je prétendais que tout allait
bien, je rêvais de précipices, de suicides
silencieux ou bien de maladies souhaitées, dans
mes draps poisseux d’angoisse.
Le froid de l’hiver me brûlait le visage,
quelque chose s’était brisé en moi. Le mois de
décembre est le mois des mélancolies,
l’approche des fêtes, les réunions de famille afin
de faire un bilan de l’année. Qu’allais-je raconter
cette fois-ci ?
La trentaine s’approchant je n’avais pas
vraiment réalisé la moindre parcelle de mes
rêves d’enfant : mes plans de grands vaisseaux
n’étaient que des radeaux face aux dures réalités
de la vie. Étaient-elles si dures d’ailleurs ? Je ne
sais pas.
Une chose était sûre, l’adolescence n’est pas
une chose éphémère, malgré ma calvitie
naissante je gardais un regard triste, naïf et
rêveur sur le monde qui m’entourait, un
véritable enfant.
L’émail de mes dents n’était pas aussi lisse
qu’auparavant, je sentais avec ma langue des
9