Conrad, l'étrange bienfaiteur

De
Publié par

Conrad, pour moi, c'est le romancier. Je pense à lui comme à un bienfaiteur personnel.

Jorge Luis Borges

Voyage en admiration sur les pas d'un orphelin de seize ans, pilotin à Marseille, apprenti matelot. Ça compte, l'adolescence, dans la vie d'un tel écrivain. Né russe dans l'Ukraine colonisée, Conrad écrivait en anglais. Mais ses biographes polonais ou anglo-saxons négligèrent les années françaises. C'est le contraire, ici. L'Ile Grande, la Bretagne, le golfe d'Hyères, Ajaccio et le Cap Corse, Montpellier et Marseille, surtout, vont occuper l'existence de Joseph Conrad. Jusqu'à la fin, il va clamer sa «méditerranéité» contre l'absurde «slavisme» qui vient souvent sous la plume paresseuse des sédentaires.
On évoque aussi l'oeuvre de l'«écrivain de la mer», alors qu'il n'aimait pas Stevenson, raillait Melville. C'est dans Flaubert, Stendhal, Daudet et Proust qu'il puisa sa vigueur inquiète. Cette équipée littéraire est le fruit d'une errance qui commence sur le Vieux-Port de Marseille et se clôt dans l'aile négligée du cimetière de Cantorbery. Hommage à l'écrivain capital. Qui inspira la manière de Bruce Chatwin, l'univers de Francis Ford Coppola. A l'écrivain moderne. Pour une époque humiliée, barbare.
A.D.



Né en 1946, Alain Dugrand a écrit avec Anne Vallaeys la trilogie à succès des Barcelonnettes en 1983. Ont suivi une douzaine d'ouvrages, romans et essais littéraires qui lui ont valu les prix Roger-Nimier, Paul-Léautaud et Louis-Guilloux.
Publié le : mercredi 19 février 2003
Lecture(s) : 45
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213658681
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Conrad, pour moi, c'est le romancier. Je pense à lui comme à un bienfaiteur personnel.

Jorge Luis Borges

Voyage en admiration sur les pas d'un orphelin de seize ans, pilotin à Marseille, apprenti matelot. Ça compte, l'adolescence, dans la vie d'un tel écrivain. Né russe dans l'Ukraine colonisée, Conrad écrivait en anglais. Mais ses biographes polonais ou anglo-saxons négligèrent les années françaises. C'est le contraire, ici. L'Ile Grande, la Bretagne, le golfe d'Hyères, Ajaccio et le Cap Corse, Montpellier et Marseille, surtout, vont occuper l'existence de Joseph Conrad. Jusqu'à la fin, il va clamer sa «méditerranéité» contre l'absurde «slavisme» qui vient souvent sous la plume paresseuse des sédentaires.

On évoque aussi l'oeuvre de l'«écrivain de la mer», alors qu'il n'aimait pas Stevenson, raillait Melville. C'est dans Flaubert, Stendhal, Daudet et Proust qu'il puisa sa vigueur inquiète. Cette équipée littéraire est le fruit d'une errance qui commence sur le Vieux-Port de Marseille et se clôt dans l'aile négligée du cimetière de Cantorbery. Hommage à l'écrivain capital. Qui inspira la manière de Bruce Chatwin, l'univers de Francis Ford Coppola. A l'écrivain moderne. Pour une époque humiliée, barbare.
A.D.



Né en 1946, Alain Dugrand a écrit avec Anne Vallaeys la trilogie à succès des Barcelonnettes en 1983. Ont suivi une douzaine d'ouvrages, romans et essais littéraires qui lui ont valu les prix Roger-Nimier, Paul-Léautaud et Louis-Guilloux.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Déterminé

de challenges

SUR ROLAND JACCARD

de le-magazine-des-livres

Histoire de Lisey

de albin-michel