//img.uscri.be/pth/b4793c07199e11bc586ca093685e65d537e9a4cd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Conte à rebours

De
107 pages
Il sort douloureusement du ventre de sa mère à quatre-vingt-dix ans. Nul n'en veut. Sa pouponnière sera, faute de mieux, une pension pour vieux, où il côtoie des corps et des esprits à la dérive, tandis que lui rajeunit irrésistiblement. Dehors il y a le travail, la vie à l'état brut, et Clara, enfant grandissante, lumière de sa vie, avec qui il voudra partager son don d'éternité. Mais peut-on se condamner à aimer à perpétuité ?Ce conte quelque peu philosophique et farfelu sous-tend une réflexion sur les aléas des existences, sur le vieil âge comme le jeune âge, sur la mort programmée de toute passion, puisque le temps finit par user et confondre même les plus belles histoires, inexorablement.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Conte à rebours Gisèle Nibert
Conte à rebours

Nouvelle






Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
ISBN : 2-7481-7815-7 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748178159 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7814-9 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748178142 (livre imprimé)
9
10







Lorsqu’elle l’appela au bureau, il comprit tout
de suite, laissa en plan dossiers, téléphone,
écran d’ordinateur, enfila son imper grège,
descendit quatre à quatre l’escalier pour calmer
sa panique, tout ça sous l’œil attendri de ses
collègues qui s’attendaient à cette échappée
prévisible quoiqu’anticipée.

« Embrasse-les bien fort de notre part ! » cria
Anne-Marie à la fenêtre, alors qu’il refermait la
porte de sa voiture coinçant un pan entier de la
gabardine qui se mit à clapoter contre la
carrosserie lorsqu’il écrasa l’accélérateur.

À l’autre bout de la ville, il grimpa quatre à
quatre l’escalier ; sa femme l’attendait déjà sur le
palier.


Cinq secondes plus tard, il était sur la route,
regardant alternativement le pare-brise, le
compteur, le niveau d’essence, et sa femme
9
énorme – elle avait triplé de volume en quinze
jours –, qui avait enfin réussi à se glisser entre le
tableau de bord et le dossier, et qui haletait
comme on lui avait appris à le faire. Une
énorme valise rouge occupait la totalité de la
banquette arrière de la modeste auto.

Cinq minutes plus tard, dans un couloir jaune
poussin illuminé de bouilles joufflues et de
dessins naïfs, il faisait les cent pas en se
rongeant les ongles comme font tous les
messieurs qui s’évanouissent devant la
souffrance de leur femme.

Cinq heures plus tard son fils s’élançait dans
la vie.
10