Correspondance T01

De
Publié par

Entre la Vienne fin de siècle et la catastrophe de la Première Guerre mondiale, qui coïncide avec la disparition de l'empire austro-hongrois, Stefan Zweig, dix-neuf ans en 1900, dévore les premières années du siècle nouveau avec un appétit frénétique.
A peine sa thèse de philosophie achevée, il échappe aux devoirs de sociabilité que lui impose une famille de la grande bourgeoisie viennoise pour se vouer à l'écriture et voyager, de Vienne à Paris, de Londres à la Belgique, du Tyrol aux Etats-Unis, de l'Italie à l'Inde. Il rencontre de grands contemporains tels Rilke, Hesse, Schnitzler, Buber, Hofmannsthal ou Romain Rolland auxquels il écrira les lettres rassemblées pour la première fois dans ce volume. Il parvient à faire jouer son théâtre sur les plus grandes scènes, publie des chroniques littéraires dans les revues prestigieuses et met à profit sa familiarité presque instinctive avec les rouages du monde éditorial pour imposer en Allemagne le succès de son " cher maître " Emile Verhaeren.
Il faut l'expérience de la guerre pour qu'il découvre le lien qui le rattache à l'Autriche et comprenne les contradictions qui opposent son identité juive et son patriotisme. Il mesure alors aussi les limites de ses amitiés d'écrivain cosmopolite.
Ces lettres passionnantes, dont certaines furent écrites en français, dévoilent ainsi au jour le jour les mondes de Stefan Zweig, la bourgeoisie juive viennoise, les réseaux lettrés européens, les revues et maisons d'édition autrichiennes et allemandes, les itinéraires de l'errance distinguée et les terribles " années d'apprentissage " de la guerre.

Publié le : mercredi 25 octobre 2000
Lecture(s) : 32
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246801924
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Entre la Vienne fin de siècle et la catastrophe de la Première Guerre mondiale, qui coïncide avec la disparition de l'empire austro-hongrois, Stefan Zweig, dix-neuf ans en 1900, dévore les premières années du siècle nouveau avec un appétit frénétique.
A peine sa thèse de philosophie achevée, il échappe aux devoirs de sociabilité que lui impose une famille de la grande bourgeoisie viennoise pour se vouer à l'écriture et voyager, de Vienne à Paris, de Londres à la Belgique, du Tyrol aux Etats-Unis, de l'Italie à l'Inde. Il rencontre de grands contemporains tels Rilke, Hesse, Schnitzler, Buber, Hofmannsthal ou Romain Rolland auxquels il écrira les lettres rassemblées pour la première fois dans ce volume. Il parvient à faire jouer son théâtre sur les plus grandes scènes, publie des chroniques littéraires dans les revues prestigieuses et met à profit sa familiarité presque instinctive avec les rouages du monde éditorial pour imposer en Allemagne le succès de son " cher maître " Emile Verhaeren.

Il faut l'expérience de la guerre pour qu'il découvre le lien qui le rattache à l'Autriche et comprenne les contradictions qui opposent son identité juive et son patriotisme. Il mesure alors aussi les limites de ses amitiés d'écrivain cosmopolite.
Ces lettres passionnantes, dont certaines furent écrites en français, dévoilent ainsi au jour le jour les mondes de Stefan Zweig, la bourgeoisie juive viennoise, les réseaux lettrés européens, les revues et maisons d'édition autrichiennes et allemandes, les itinéraires de l'errance distinguée et les terribles " années d'apprentissage " de la guerre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi