//img.uscri.be/pth/3a6cccfe8af16772874ef91e2c0948086d20fe35
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Côtes au teint vert

De
112 pages
D'impossible en impossible, les histoires qui composent cet ouvrage sont le fruit d'un imaginaire qui a détourné certains lieux et objets communs en armes de terreur. Une interprétation de l'actualité distillée dans cinq nouvelles qui nous confrontent à un ascenseur bien capricieux, à une Cité de la Mer pas prête de voir le jour, une femme splendide à qui rien ne résiste et qui n'a pas le physique pour résister, un génie de l'informatique qui se joue des cordons de la Bourse et pour finir, une énigme au coeur de ma ville natale.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

COTES AU TEINT VERT
Sébastien Davy
COTES AU TEINT VERT



















Le Manuscrit
www.manuscrit.com

























Le Manuscrit.com
20 rue des Petits champs
75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com


ISBN : 2-7481-3509-1 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-3508-3 (livre imprimé)
COTES AU TEINT VERT

6 SEBASTIEN DAVY

Préface



Côtes au teint vert, une belle région, théâtre de
ces nouvelles. Vert comme la mer en rouleaux, la
nature, les paysages, l’écologie en fait, mais cette couleur
a pour ce recueil une seconde signification. C’est le vert
que l’on associe au surnaturel, car la majorité de ces cinq
récits en est plus que teintée. Laisser libre court à
l’imaginaire a été le seul maître-mot pour l’écriture de
cet ouvrage. C’est pour moi la seule solution pour
inventer de nouvelles histoires, un nouveau style, un
parfum de nouveauté et de jamais lu, c’est cela que
j’aimerais que ce livre vous apporte. Une étincelle, une
flamme dans le regard qui fait que chaque chose qui
nous entoure peut-être appréhendée différemment. Que
vous portiez sur chaque personne, sur chaque objet, une
vision d’enfant, toujours étonné et ébahi même lorsque
l’on croit le connaître par cœur. Que l’imagination vous
guide sur d’autres voies que celles qui ont été tracées
pour vous. Se laisser surprendre de nos jours devient
tellement rare que si ce recueil y parvient, alors j’aurais
la satisfaction d’avoir changé votre regard et je
m’attelerais à vous surprendre toujours davantage dans
mes prochains livres. Toujours remettre en jeu mes
acquis en sera la devise, car rien ne l’est jamais vraiment
de toute façon…

Vous trouverez dans ces cinq récits, une vision
du monde qui m’est propre, mais transparente, vous
pourrez, je l’espère, voir à travers ce que votre
conscience et votre sensibilité veulent y retrouver. Que
7 COTES AU TEINT VERT

chacun voit en ces personnages, des amis, des proches,
des personnes croisées au détour d’un coin de rue, des
célébrités ou se reconnaisse lui-même, c’est en quelque
sorte l’interactivité que je vous propose dans ces
nouvelles. La lecture est une question de sensibilité et
d’interprétation, est-il vraiment nécessaire de savoir ce
que l’auteur a voulu exprimer pour comprendre ? Je ne
le pense pas, tant que l’histoire nous « parle », que les
personnages nous « touchent » et que le lecteur se laisse
surprendre par l’issue du récit, qu’importe la
signification que l’auteur a voulu lui donner tant que le
lecteur s’y retrouve. J’ai souhaité ces histoires les plus
vivantes que possible, riches en rebondissements et
surprenantes dans leurs dénouements, quelques fois
déroutantes même. Des personnages tantôt profonds,
tantôt superficiels, dépeints succinctement ou de
manière détaillée, leur comportement n’est pas toujours
conforme à la logique. On croit souvent connaître les
gens, mais qu’en est-il réellement ?

Comme je vous l’ai indiqué précedemment,
certains récits pourront vous paraître inachevés, laissant
un goût amer de frustration et vous m’en voudrez peut-
être de ne pas avoir été au bout. C’est volontaire, non
pas par lâcheté ou par mesquinerie, mais tout
simplement pour vous laisser travailler un peu votre
imaginaire. Ainsi, je vous laisserais achever l’histoire à
votre convenance, selon votre propre scénario.
Cependant, je vous confronterais dans l’avenir à mon
propre dénouement du récit, à la vraie fin diront
certains. Je me réserve encore le moyen de vous faire
connaître l’issue des nouvelles et peut-être prendront-
elles des formes différentes. J’envisage en effet pour
8 SEBASTIEN DAVY

certaines de publier une suite dans un futur recueil de
nouvelles comme celui-ci, pour d’autres, j’aimerais les
inclure en bonus pour vous, chers lecteurs, sur un futur
site Internet. Vous pourrez ainsi confronter votre
imagination, débordante, je n’en doute pas, à la mienne.
Alors, tous à vos plumes et rendez-vous pour la suite au
prochain épisode…






















9 COTES AU TEINT VERT

10 SEBASTIEN DAVY

L’ASCEN-SUEUR



Comme tous les jours de la semaine, vers dix-sept
heures trente, Lionel Corda quitte les bureaux de Média
Ring, une société d’édition et de communication
basée à Octeville où il exerce la profession de Manager.
En effet, Lionel est chargé de gérer la carrière de Cédric
Podevin, un jeune écrivain en devenir avec lequel il
s’entend bien. Tous deux sont âgés de vingt-trois ans et
aiment bien évidemment la littérature. C’est ainsi qu’ils
partagent souvent de longs moments, le nez plongé
dans d’épais bouquins.

En quittant Média Ring, seul, il saisit son
téléphone portable et appelle Cédric pour lui demander
s’il peut passer chez lui.
- « Aucun problème » lui répond-il.
Lionel monte dans sa voiture et arrive au pied de
l’immeuble où Cédric a son appartement. Comme à son
habitude, Lionel entre dans le bâtiment et s’oriente vers
l’ascenseur duquel il appuie le bouton pour le faire venir
à lui. La porte s’ouvre, Lionel entre dans l’ascenseur et
sélectionne le quatrième étage. La porte se referme et la
machine tarde à se décider à monter.

Cinq minutes s’écoulent ainsi, sans que l’ascenseur
ne bouge d’un pouce. Puis, l’appareil se décide enfin à
s’exécuter, soulageant Lionel qui commençait à
s’angoisser et s’interroger sur la fiabilité de la machine.
Il arrive sans autre encombre au quatrième étage, les
portes s’ouvrent et Lionel descend de l’ascenseur.
11