Cripteur

De
Publié par

Brastin, après l’assassinat sauvage de sa femme et de sa fille, décide de déserter les forces spéciales et de poursuivre dans la galaxie les frères Sporique. L’humanité, pendant des siècles, a été gouvernée par ce qu’on appelle aujourd’hui l’Empire qui ne régente plus que deux cents étoiles. Le reste de l’univers est un domaine sans foi ni loi et qui a donné naissance à des pirates de l’espace.Brastin parvient à retrouver la trace des Sporique juste au moment où un perturbateur les mets en fuite.Yvrette, une jeune femme des forces spéciales, le convainc de l’aider à récupérer les plans d’un chasseur révolutionnaire que ces flibustiers on réussit à subtiliser à l’Empire. Malgré des débuts difficiles, ils décident de faire alliance sans savoir où les entraînera cette nouvelle aventure.
Publié le : mardi 21 juin 2011
Lecture(s) : 238
EAN13 : 9782748124668
Nombre de pages : 217
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cripteur
Thierry Schmaltz
Cripteur
ROMAN
© manuscrit.com, 2003 ISBN: 2-7481-2467-7 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-2466-9 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
CHAPITRE 1
Cela faisait maintenant des années que Brastin Crafon recherchait les frères Sporique. Il ne sa-vait pas, en se lançant dans cette expédition que la chasse serait aussi longue. Il nétait pas encore au bout de ses peines. A chaque fois quil reprenait leur piste, cela ne durait jamais assez longtemps pour quil puisse les rattraper. Il venait de se poser sur une planète quil navait pas encore visité. Elle possédait une atmosphère en partie identique à celle de la terre. Cet astre sappe-lait Ispa en souvenir dune jolie jeune femme morte depuis plusieurs siècles déjà. Dans un bourtouf de lespace, Brastin avait en-tendu dire que les Sporique avaient été aperçus dans ces parages. Deux pirates parlaient bruyamment au bar dun de ces bordels qui polluent la galaxie. Bras-tin savait que le meilleur moyen de les retrouver était encore de fréquenter ces endroits qui le révul-saient au plus haut point. Des femmes, qui par-fois nen avaient que le nom, offraient leur corps à des hommes plus répugnants les uns que les autres. Il existait dans ce lieu malsain des créatures abo-minables venues dune planète où lévolution avait transformé ces êtres en une sorte de reptiles aux grandes pattes. Ils possédaient sur le devant du corps des écailles de couleur verte. Leur dos était dun brun sale et une longue queue pendait jusquau
7
Cripteur
sol. Ils avaient en outre une bouche miniature et une langue dune quarantaine de centimètres qui leur permettait de se nourrir. La plus part du temps, ils étaient là pour servir la clientèle et le nettoyage de ces lieux peu recommandables. Les Birons ne connaissaient pas lagressivité et ceux qui les fré-quentaient ne risquaient pas la mort en côtoyant ces animaux inoffensifs. Ces êtres détenaient une intelli-gence. Elle navait rien à voir avec celle des humains et pourtant on pouvait un peu dialoguer avec eux. Sans même demander la moindre explication, Brastin sut que les Sporique revenaient dune ex-pédition périlleuse sur une planète appartenant à lEmpire. Daprès ce quil apprit, ils avaient récu-péré un objet dune grande valeur. Brastin comprit pourquoi il avait perdu leur trace. Il ne pouvait plus aller dans cette partie de lunivers. Crafon, consi-déré comme déserteur, sil est pris na même pas droit à la justice, son exécution est immédiate. Les renseignements quil glana lui redonnèrent espoir. Depuis quil poursuivait les Sporique, il nen avait jamais détenu daussi précis. Bréchel ne simaginerait certainement pas que quelquun viendrait jusque dans cette partie de luni-vers pour les dénicher. Lui et ses frères sétaient forgés une telle réputation que personne ne se serait frotté à eux. Il ne subsistait plus grand chose de ce quon ap-pelait lEmpire. Plusieurs guerres avaient provoqué son éclatement. Ainsi naquit une nouvelle race de voyous qui dominait dorénavant la plus grande partie de la galaxie. Il ne restait plus sous la coupe de lEm-pire que trois cents étoiles environ. Pourtant cétait de loin la fraction la plus peuplée. Du temps de sa splendeur, toute la galaxie avait été régie par ses lois. Ce temps-là était loin maintenant. Brastin en ressen-tait une sorte daigreur au fond du cur.
8
Thierry Schmaltz
Il venait de poser son vaisseau à quelques kilo-mètres de lendroit où les Sporique se terraient. Il devait poursuivre le chemin à pied, il savait quil se-rait détecté avant même quil ait eu le temps de les attaquer. Leur armement terrifiant ne lui laisserait aucun chance. Sur lécran de contrôle, une lumière rouge sal-luma. Il nen fut pas surpris outre mesure. Il com-mençait à shabituer à cet ange gardien qui depuis trois jours le pistait. A plusieurs reprises, il avait es-sayé de lui fausser compagnie dans lhyperespace, mais il réapparaissait comme par enchantement. Lordinateur lui confirma : - Un vaisseau de guerre des forces spéciales A 340 vient de nous repérer. Il est à un million de kilomètres près du satellite de cette planète. Brastin ordonna un agrandissement sur lécran de contrôle. - Nous avons à faire au même appareil que précé-demment, lui dit lordinateur. - Mais quest-ce quil me veut ? Brastin venait de prononcer cette phrase entre ses dents comme quelquun qui pense à haute voix. Il lobserva pour se rendre compte des modifica-tions de la carlingue. Il était impossible de se pro-mener par ici avec un appareil de lEmpire, non ma-quillé, sans être attaqué de toutes parts. Une partie de ceux quon appelait les rebelles appréciait ce jeu. Des morceaux de blindage avaient été rajoutés, ce qui voulait dire que le chasseur appartenait à un pi-rate. Brastin ne comprenait pas quun inconnu sin-téresse à lui. Il fallait quil prenne une décision. De-puis le début de sa poursuite, il attendait ce moment avec une immense impatience. Il vivait dans la tour-mente. Il espérait éliminer ces monstres de Sporique à tout jamais. Il finit dajuster son habit de protection. Il entra dans le sas de décontamination. Malgré lépaisseur
9
Cripteur
de cette tenue qui parfois dépassait trois centimètres, il était parfaitement libre de ses mouvements. Sur la tête, il navait pas besoin de casque de protection ; un système électromagnétique permettait de mainte-nir une atmosphère toujours respirable autour de son visage. Dans le dos, un appareil très sophistiqué, mi-niaturisé à lextrême, récupérait toutes les ressources de latmosphère dune planète, sans épuiser les ré-serves dair quelle contenait. Ispa était une planète où les curiosités nauraient pas manqué à des touristes dun autre temps. Un sable orangé recouvrait le sol de ce secteur. Elle ne possédait pas deau ou du moins en trop faible quantité pour permettre à la moindre vie de se dé-velopper. Son atmosphère contenait assez doxy-gène pour quun homme puisse vivre avec des pro-tections, car dautres gaz toxiques pouvaient engen-drer des séquelles aux individus qui y séjourneraient un peu trop longtemps. Brastin interrogea lordi-nateur sur cette planète. Il apprit quelle possédait tout un dédale de grottes naturelles, formées, dans un temps très lointain, par des explosions dorigine vol-canique. Sa nature accueillante intéresserait la fon-dation Tred, celle qui deux siècles avant la première guerre inventoriait tous les astres pouvant faire lob-jet dune colonisation en milieu naturel, comme on le disait à cette époque. Latmosphère arrêtait la plus grande partie des rayonnements nocifs de son soleil rouge, ce qui avait donné lespoir aux humains dy vivre sans protection, avec seulement un nettoyage de son atmosphère. Ce procédé était très courant avant que tout bascule. Brastin restait continuellement en contact avec lordinateur de son vaisseau qui linforma du mouve-ment de son ange gardien. Cette nouvelle linquiéta au plus haut point, le chasseur se déplaçait dans sa di-rection sans prendre toutes les précautions quil avait employées pour demeurer invisible des Sporique. Il
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.