Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,95 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

2 Titre
D’une terre à l’autre

3

Titre
Pascal Clapier
D’une terre à l’autre

Nouvelles
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-8644-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748186444 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8645-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748186451 (livre numérique)

6





. .

8 Le feu de l’enfer

LE CONCOURS
er1 prix de la nouvelle ATSCAF 2002

« Je ne pense pas que ma vie soit écrite par
un autre que moi. Pourtant, parfois, j’ai
l’impression que la réalité m’échappe ; je me
sens manipulé par une main extérieure.
Je sais, vous allez me dire qu’il n’y a pas là de
quoi s’alarmer et que ce genre de sentiment
n’est souvent le fait que d’un concours de
circonstances. Je vous laisse dans ce cas seul
juge du récit qui va suivre. Et bien que certains
éléments de cette histoire puissent vous paraître
étranges, ils ne sont que la relation exacte des
faits tels que moi, Guillaume Leygnac, les ai
vécus il y a de ça quelques mois.
À cette époque, une petite chambre, rue
Berbier du Mets, me tenait lieu de logis. Tel
était mon univers : douze mètres carrés sous les
etoits dans le 13 arrondissement, avec toilettes
sur le palier ; sans parler du prix ! Ce studio
n’avait pas le charme romantique d’une
9 Le concours
mansarde dans le quartier latin, mais il en
possédait tous les inconvénients.

Tout a commencé un mercredi matin, le
12 septembre exactement. La veille, je
réussissais, à vingt-quatre ans, mon dernier
examen de Mastère à Jussieu – l’aboutissement
de deux décennies d’études.
Au réveil, ce mercredi là, je m’aperçus sans
surprise que mon succès universitaire me laissait
en même temps soulagé et angoissé. Et en
relisant l’annonce des éditions Michelet,
punaisée sur le mur face à mon bureau, je sus
qu’effectivement cette semaine ne serait pas
comme les autres.
La sonnerie du téléphone coupa court à mes
pensées.
– Oui, allô !
– Bonjour, Guillaume.
C’étaient mes parents (le message vainqueur
que j’avais laissé la veille sur leur répondeur les
avait informés).
– Alors, pas trop la gueule de bois ce matin ?
dit mon père en riant.
– Non, non, ça va.
– Tu sais Guillaume, ici, tout le monde est
très fier de toi ; on a mis le champagne au frais
pour demain soir !
– …
10