Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Dans l'ombre d'Edison T1 - Le sorcier de Menlo Park

De
545 pages
En 1877, Charlene Morrison, une jeune femme, ambitieuse et énergique, arrive dans le village de Menlo Park, au New Jersey, pour entreprendre une carrière scientifique auprès de Thomas Edison. Travaillant jour et nuit dans son groupe de recherche, Charlene assiste à la naissance du phonographe, puis à la création de l’ampoule incandescente qui fait la renommée du jeune visionnaire.
À la suite d’une visite à la Maison-Blanche et du passage de l’actrice française Sarah Bernhardt au laboratoire de Menlo Park, Edison devient un héros national, l’homme qui répand la lumière sur le monde.
Mais bien vite, le miracle de l’électricité donne lieu à des affrontements cruels entre les puissances industrielles de l’époque. Alors que la guerre des courants se déchaîne et que les rivaux d’Edison tentent de le détruire, Charlene lui garde sa loyauté. Trouvera-t-elle enfin le chemin du coeur de l’inventeur?
Un voyage dans la vie mouvementée d’un homme que l’histoire ne peut oublier.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Dominike Audet
Le sorcier de Menlo Park
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Dans l’ombre d’Edison
Extrait de la publication
DE LA MÊME AUTEURE
L’Âme du minotaure, roman, Montréal, vlb éditeur, 2010.
Extrait de la publication
Dominike AuDet
Dans l’ombre d’Edison
tome 1
Le sorcier de Menlo Park
Roman historique
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Audet, Dominike, 1977 Dans l’ombre d’Edison
Sommaire : 1. Le sorcier de Menlo Park.
ISBN 9782897231613 (v. 1) 1. Edison, Thomas A. (Thomas Alva), 18471931  Romans, nouvelles, etc.I. Titre. II. Titre : Le sorcier de Menlo Park. PS8601.U325D36 2013 C843’.6 C20129426431 PS9601.U325D36 2013
Les Éditions Hurtubise bénéficient du soutien financier des institutions suivantes pour leurs activités d'édition :
– Conseil des Arts du Canada ; – Gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) ; – Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) ; – Gouvernement du Québec par l'entremise du programme de crédit d'impôt pour l'édition de livres.
Illustration de la couverture :Magali Villeneuve Maquette de la couverture :René StAmand Maquette intérieure et mise en pages :Andréa Joseph [pagexpress@videotron.ca]
Copyright © 2013 Éditions Hurtubise inc.
ISBN 9782897231613 (version imprimée) ISBN 9782897231620 (version numérique PDF) ISBN 9782897231651 (version numérique ePub)
e Dépôt légal : 2 trimestre 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives du Canada
Diffusiondistribution au Canada : Distribution HMH 1815, avenue De Lorimier Montréal (Québec) H2K 3W6 www.distributionhmh.com
Diffusiondistribution en Europe : Librairie du Québec/DNM 30, rue GayLussac 75005 Paris FRANCE www.librairieduquebec.fr
www.editionshurtubise.com
Extrait de la publication
La vie engendre la vie, l’énergie produit l’énergie. C’est en se dépensant soimême qu’on devient riche.
Sarah Bernhardt
Il n’y a dans l’homme que l’estomac à pouvoir être pleinement satisfait. La soif de connaissance et d’expérience, le désir d’agrément et de confort,ne peuvent jamais être apaisés.
Extrait de la publication
Thomas Edison
Extrait de la publication
dans l ombre d edison ’ ’
— J’ai une lettre, vous savez ! criaije presque à l’intention du jeune homme qui se dirigeait vers l’escalier à pas rapides. Une lettre rédigée par Edison luimême ! Il m’attend, c’est écrit làdessus ! J’ouvris rapidement la lettre et la tins ouverte en la ten dant vers le télégraphiste, le rejoignant en quelques enjam bées pour l’obliger à la prendre. Il la lut rapidement et m’étudia d’un air décontenancé, presque déçu. De cela, j’avais désormais l’habitude. — Je suis qualifiée, c’est évident, il me semble. Si vous consentiez à la donner à monsieur Edison, il corroborerait mes dires. Pouvezvous le prévenir de mon arrivée, je vous prie ? — Il est déjà au courant, ditil sèchement avant de me rendre ma lettre, puis il disparut dans l’escalier sans plus de paroles. Après m’avoir laissée me promener dans le laboratoire une demiheure durant, celui s’étant présenté comme l’assis tant d’Edison, Charles Batchelor, revint à l’étage, visiblement résolu à se charger de moi. — Nous attendions un jeune homme, veuillez pardonner ma surprise de tout à l’heure. Vous êtes donc la personne qui nous a été recommandée par le professeur Morrison du département de physique de l’Université de New York ? — Mon père, oui. — Oh ! Je comprends. — Vous ne m’avez pas mentionné qu’Edison était absent. Peutêtre auraisje paru moins idiote. — Il va et il vient. Il est très occupé, mais cela, je vous l’ai déjà dit. Ne semblant désormais plus s’opposer à ma présence,il étira le cou en faisant un tour d’horizon, comme s’il se
18
Extrait de la publication
le laboratoire d edison
demandait comment il pourrait bien m’occuper pour l’instant. — Vous savez changer des piles Bunsen ? — Mais évidemment, disje en me surprenant de cette question. Je n’aurais rien à faire ici si je l’ignorais. — Bon, alors, pour l’instant, je vais vous charger de la table des piles. Nous avons besoin de beaucoup de courant pour nos expérimentations et elles doivent être changées tous les jours. Puis, Charles Batchelor se fit plus discret, se penchant à mon oreille. — Comprenez cependant que nous n’engageons pas de dames au laboratoire habituellement. À constater la surprise de tout le monde, il m’apparaît évident que ce détail ne nous était pas connu. — Peutêtre estce un peu de ma faute, je le crains, mon sieur Batchelor. Toute la correspondance que j’ai fait parve nir à monsieur Edison au cours des dernières semaines fut rédigée avec le crayon électrique qu’il a luimême inventé. Je désirais l’impressionner, mais aussi, ne pas me trahir avec ma main d’écriture. — En effet, il ignorait que vous étiez une… demoiselle… ou une dame ? — Demoiselle, et assurément qu’il l’ignorait, car mon père a fait montre de la même discrétion. Écoutez, monsieur Batchelor, il n’y a rien que je veux davantage que de travailler ici auprès de lui. On dit qu’Edison est un visionnaire, un petit génie du télégraphe et l’avènement de cette merveille que l’on nomme le ‘‘téléphone’’ lui a valu beaucoup d’atten tion dans les journaux et dans les magazines scientifiques. Mon père a multiplié les efforts pour que je sois acceptée au sein de cette équipe et je suis prête à tout pour prouver que j’y ai ma juste place.
19
Extrait de la publication
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin