Dans les yeux d’Helga

De
Publié par

« Je suis assise avec Papa sur un banc en bord de mer. Je dois avoir environ trois ans. Un homme au chapeau blanc prend des photos. Papa rit.
Cet instant s’achève très vite. Oncle Führer, qui nous observait, lance “À moi !”. Lui aussi veut sa photo avec moi. Il s’assied tout près. Je sens son souffle sur moi et j’essaie d’oublier sa présence. Je me détourne et regarde l’objectif. Je pense qu’il s’agit de mon premier souvenir. »
Helga, l’aînée des filles de Joseph Goebbels, retrace ses souvenirs d’enfance : la montée du nazisme, l’effort de guerre, et ce jour très particulier où sa famille a décidé de s’installer aux côtés d’« Oncle Führer » dans un bunker.
À la veille de la chute d’Hitler, ce petit homme étrange avec qui elle partage quotidiennement son goûter, Helga fait le point sur son existence et raconte l’indicible avec ses mots d’enfant.
Les derniers instants du IIIe Reich vus à travers les yeux d’une fillette de douze ans.
Publié le : mercredi 11 mars 2015
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290102619
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Dans les yeux d’Helga
EMMA CRAIGIE
Dans les yeux d’Helga
Traduit de l’anglais par Benjamin Kuntzer
Titre original : CHOCOLATE CAKE WITH HITLER
Éditeur original : First published in 2010 by Short Books
© Emma Craigie, 2010
Pour la traduction française : © Éditions J’ai lu, 2015
Ce livre est dédié à la mémoire de Stan Craigie
« Seule la plus âgée, Helga, avait par-fois un regard triste et sage dans ses grands yeux marron… Il m’arrive de penser avec horreur que, au fond de son cœur, cette enfant voyait à travers les mensonges des adultes. »
Traudl Junge,Bis zur letzten Stunde (Dans la tanière du loup)
« Les expériences des enfants méritent d’être comprises à travers le prisme des divisions raciales et nationales, pas à cause de leurs similitudes, mais parce que leurs contrastes extrêmes nous aident à perce-voir l’ordre social nazi dans son ensemble. Les enfants n’étaient ni seulement les témoins muets et traumatisés de cette guerre, ni uniquement ses innocentes victimes. Ils ont aussi vécu la guerre, joué et aimé durant celle-ci ; la guerre a envahi leur imagination et les a habités. »
1 Nicholas Stargardt,Witnesses of War
« Le lecteur aura peut-être du mal à démêler la vérité et la fiction. Petit guide pratique : tout ce qui paraît particuliè-rement invraisemblable est probable-ment vrai. »
2 Hilary Mantel,A Place of Greater Safety
1. Littéralement : « Témoins de guerre ». (N.d.T.) 2. Littéralement : « Un endroit plus sûr ». (N.d.T.)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Fin d'automne à Paris

de JulietteJourdan

Fin d'automne à Paris

de JulietteJourdan

La faute à Rostro

de les-editions-du-38