Dansons sous les bombes

De
Publié par

Patrick Eudeline est un critique rock de légende. Il a collaboré à Rock and Folk, Actuel, Libération, Nova et Tecknikart. Il est l'auteur de L'Aventure Punk (Fasquelle, 1977) et d'un premier roman publié par Florent Massot en 1997, Ce Siècle aura ta peau. Voici comment il se voit : « Ma vie ? Sex, drugs and rock and roll, comme on dit. A part chanteur de rock, je vois pas trop ce qui existe comme métier. Mes obsessions gothiques me font ressembler au cher comte à redingote. Je suis une sorte de cadavre ambulant. Je m'enferme façon fantôme de l'opéra et j'apprends le piano, le solfège et le reste. J'ai sorti un disque sous mon nom, en 1994, le disque maudit... » « On a tous rêvé devant l'an 2000 et il ne s'est rien passé. Ni l'holocauste promis, ni le futurisme à tout crin. En fait, tout balbutie. Et nous sommes entrés dans une période de nostalgie comme l'histoire n'en a pas connue depuis; en fait, la nostalgie est permanente depuis les Sixties. C'est une très vieille civilisation qui serre les boulons pour ne pas tomber en pièces, qui ne sait plus rêver qu'en maquillant virtuellement, en samplant les trésors passés. Nous vivons dans le manque du paradis perdu. Moi, j'appelle cela le rétro-futurisme. Mon roman, c'est l'histoire de deux loosers, Julien et Coreen - le Rock and Roll est une histoire d'initiations et de chutes, de plaies et bosses - qui se retrouvent aujourd'hui. Elle est une star oubliée, un mixte de Nicoletta et Esther Galil. Un succès unique dans les seventies lui a laissé le goût du fruit défendu. Lui, le rock l'a mis sur le carreau, comme tant d'autres. Le temps les ronge. Ils vont faire ensemble un dernier disque, tenter une rédemption virtuelle, conclure un pacte faustien. Mais le diable aura le dernier mot. Evidemment ! » Roman contre la nostalgie morbide, roman des ombres qui remontent des seventies tels des morts-vivants, roman hanté par le rock, brûlé par une culture de la défonce, roman à l'allure chaloupée du hasard se promenant à Barbès, mais qui déroule implacablement le destin brisé des personnages qui eurent jadis leur instant de gloire. C'est le Docteur Faustus (Thomas Mann) sur les trottoirs de la Punk Attitude.
Publié le : mercredi 20 mars 2002
Lecture(s) : 31
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246623397
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Patrick Eudeline est un critique rock de légende. Il a collaboré à Rock and Folk, Actuel, Libération, Nova et Tecknikart. Il est l'auteur de L'Aventure Punk (Fasquelle, 1977) et d'un premier roman publié par Florent Massot en 1997, Ce Siècle aura ta peau. Voici comment il se voit : « Ma vie ? Sex, drugs and rock and roll, comme on dit. A part chanteur de rock, je vois pas trop ce qui existe comme métier. Mes obsessions gothiques me font ressembler au cher comte à redingote. Je suis une sorte de cadavre ambulant. Je m'enferme façon fantôme de l'opéra et j'apprends le piano, le solfège et le reste. J'ai sorti un disque sous mon nom, en 1994, le disque maudit... » « On a tous rêvé devant l'an 2000 et il ne s'est rien passé. Ni l'holocauste promis, ni le futurisme à tout crin. En fait, tout balbutie. Et nous sommes entrés dans une période de nostalgie comme l'histoire n'en a pas connue depuis; en fait, la nostalgie est permanente depuis les Sixties. C'est une très vieille civilisation qui serre les boulons pour ne pas tomber en pièces, qui ne sait plus rêver qu'en maquillant virtuellement, en samplant les trésors passés. Nous vivons dans le manque du paradis perdu. Moi, j'appelle cela le rétro-futurisme. Mon roman, c'est l'histoire de deux loosers, Julien et Coreen - le Rock and Roll est une histoire d'initiations et de chutes, de plaies et bosses - qui se retrouvent aujourd'hui. Elle est une star oubliée, un mixte de Nicoletta et Esther Galil. Un succès unique dans les seventies lui a laissé le goût du fruit défendu. Lui, le rock l'a mis sur le carreau, comme tant d'autres. Le temps les ronge. Ils vont faire ensemble un dernier disque, tenter une rédemption virtuelle, conclure un pacte faustien. Mais le diable aura le dernier mot. Evidemment ! » Roman contre la nostalgie morbide, roman des ombres qui remontent des seventies tels des morts-vivants, roman hanté par le rock, brûlé par une culture de la défonce, roman à l'allure chaloupée du hasard se promenant à Barbès, mais qui déroule implacablement le destin brisé des personnages qui eurent jadis leur instant de gloire. C'est le Docteur Faustus (Thomas Mann) sur les trottoirs de la Punk Attitude.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi