Daroussia la Douce

De
Publié par

À Tcheremochné, dans cette région bousculée par l’histoire que l’on appelle Bucovine, vit Daroussia. Tout le monde se moque d’elle dans le village, de son mutisme, de son prétendu handicap mental. On la dit folle mais Daroussia sait qu’elle n’est pas simple d’esprit. Si elle ne parle jamais aux autres ses pensées fusent sans retenue, et il n’y a qu’au cimetière, seule près de la tombe de son père, que Daroussia la Douce parvient à converser à voix haute.
De plus, la simple mention d’une sucrerie provoque d’affreuses migraines chez Daroussia, elle est comme frappée d’une hache mal aiguisée. Pour apaiser la douleur, elle s’immerge dans la rivière ou s’enterre jusqu’à la taille. Un jour, arrive Ivan Tsvytchok, un excentrique fabricant de guimbardes. Tous deux s’entendent à merveille et décident d’habiter sous le même toit. Ivan fait son possible pour aider Daroussia, il parvient même à la faire parler, mais lorsqu’il rentre un jour habillé en soldat soviétique, la souffrance et le mutisme se réveillent...
Pour comprendre comment un uniforme et de simples sucreries peuvent ainsi torturer Daroussia, Maria Matios nous plonge dans l’enfance de cette orpheline, une enfance intimement liée au destin de l’ouest ukrainien. Balancée dès la fin de la Première Guerre mondiale entre la Pologne, la Roumanie, l’Allemagne et l’Union soviétique, cette région aussi surnommée la douce Bucovine a lourdement marqué l’identité de ses occupants successifs. Grâce à son style singulier et puissant, Maria Matios parvient à décrire ces chairs meurtries par l’histoire, elle dresse avec justesse le portrait de Daroussia et de ses aînés qui incarnent le XXe siècle européen autant que les crises et combats qui secouent, aujourd’hui encore, cette région du monde.
Publié le : jeudi 26 février 2015
Lecture(s) : 10
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072487231
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du monde entier
MA R ïA MA TïO S
D A R O U S S ï A  A D O U C E
 ô  à 
Traduit de l’ukrainienpar Iryna Dmytrychyn
G A   ï M A R D
Titre original : soLodka daroussIa /с о л о д к ад а р у с я
© Maria Matios, 2011. © Éditions Gallimard, 2015, pour la traduction Française.
DAROUSSïA
drame quotIdIen
avez-vous pris vos dahlias, Maria  Où ? Comme ils sont épanouis et riants ! demande Vassuta par-dessus la clôture. — Et moi, j’ai bien surveillé, mais une saleté les a quand même boufés. Se sont repliés comme des escargots et c’est fini, rien à Faire. Ou des mains mauvaises les ont touchés, ou Varvara les a piqués la nuit, je vais pas vous apprendre que c’est une sorcière. Seigneur seul sait ce qui leur est arrivé à mes fleurs. Disparues, rien à Faire. Et cette mauvaise herbe qui pousse ! Et moi qui aime les fleurs grandes et pleines, et pas ce riquiqui — et elle jette une poignée d’asters sur le sentier.  Mais c’est bien vrai que c’est un miracle ! Tout le monde veut savoir où j’ai pris et qui m’a donné… on va m’attirer le mauvais œil, répond sans se relever Maria, Feignant d’être Fâchée. — Mais c’est Daroussia la Douce qui m’en a donné. Et les lys et cette rose aussi. Elle a apporté ce printemps.  C’était avant que le malheur ne la Frappe de nouveau ?  Mais non, après. La pauvre portait ces racines comme un enFant, dans sa propre couverture, serrées contre sa poitrine qu’elles étaient. Elle est venue et les a découvertes, on aurait dit un enFant. Je vous le dis, Vassuta, mon cœur s’est serré si Fort que j’ai même pas voulu disputer mon Slavko, alors que lui n’est
7
pas malheureux… que n’a-t-il pas été assommé dans mon ventre pour me raccourcir la vie avec sa gnôle, qu’il brûle de mille Feux, Seigneur… Et que ma langue sèche de dire des choses pareilles !
… E Dàôûŝŝîà à Dôûcé, àŝŝîŝé àû îîéû é ŝéŝ fléûŝ, â ôîŝ pàŝ é Màîà é é Vàŝŝyyà, àî é Éàî ŝà àé àîgé é bàchîé épûîŝ béé ûéé, Écôûà cé û’ô î ’éé, é é àî ûé ŝôûîé ôûcéé. Tôû é êé, ééŝ ’ô îé àŝ à càbôché î Dîéû àŝ éû cœû, ŝéŝ vôîŝîéŝ ûî péŝé û’éé éŝ ŝîpé ’éŝpî. Eé ’éŝ pàŝ ŝîpé ’éŝpî, éé éŝ ôûcé. Eé évéôppé éŝ àcîéŝ éŝ àhîàŝ àŝ ûé côûvé-ûé, é àôŝ ? C’Éàî jûŝéé àû ôé ôù à éîgé Éàî Éjâ pàîé àîŝ é gé Éàî écôé â. Dàôûŝŝîà ôfàî éŝ fléûŝ â ôû é vîàgé cà éé é àvàî àî ûé éé Écôé é àûôé û’î y é àvàî pûŝ ûé é pààéŝ àŝ ŝà càvé. Eé éŝ à ôc pôÉéŝ àûx àîŝôŝ ûî é fléûîŝŝàîé jààîŝ. Màîŝ côé pôé éŝ àcîéŝnues pà û ôî àûŝŝî vî ? Eŝ-cé ûé Vàŝŝûà pôé ŝô péî-fiŝ àŝ é végé vêû ’û ŝéû pààô ? Eé ’éàî-ôé bîé àŝ ûé côûvéûé é cé ’éŝ û’àpèŝ û’éé é pé àŝ ŝéŝ bàŝ pôû é bécé é àvéŝà é vîàgé. à fléû vîvàé ’éŝ-éé pàŝ côé cé éà ? Dàôûŝŝîà éŝ àŝŝîŝé â êé é ŝô, écôé chàû éŝ àyôŝ ’ÉÉ, é càéŝŝé éŝ jôyéûŝéŝ êéŝ ’àŝéŝ, Ébôû-îfé é ŝà àî éŝ bôûcéŝ ôôàéŝ. Eé éû pàé, éû àcôé ôû é î — û’y à--î é à â céà ? Pôûûôî î-ô û’éé éŝ ôûcé àôŝ û’éécomprendôû é û’éé ŝàî é ô é ôûé chôŝé, ûé jôû ô éŝ é côbîé é pôéŝ à ôÉéŝ é végé é Màîà, côbîééôûvéàû-ÉŝîyàéûàûvîàgééééûxNôëŝ é côbîé î y à éû é ôŝ ?!
8
Aû côŝéî û vîàgé, ô côŝûé é égîŝé pôû cé géé é éŝéîgééŝ, àôŝ ûé Dàôûŝŝîà îé ôû àŝ ŝà êé. Eé pàé îéûx àûx pôûéŝ û’àûx géŝ. éŝ àbéŝ à côpéé, éŝ chîéŝ à àîŝŝé àûîé, àîŝ éŝ géŝ — ô. ïŝ ’àîvé pàŝ â à àîŝŝé ŝéûé. Màîŝ éé ’à pàŝ évîé é pàé àûx géŝ, cà îŝ pôû-àîé àôŝlui donnerunbonbon.
Màîŝ pôûûôî y péŝé àôŝ û’î ’y à îé â péŝé. éŝ géŝ û vîàgé ô ŝôûvé éŝ chôŝéŝ ûî pôûŝŝé Dàôûŝŝîà â éôûî ŝà êé éé ŝéŝ àîŝ, àîŝ péŝôé é éŝ àîé é ôûŝ, àôŝ û’éé ûî pàé àûx àbéŝ é àûx fléûŝ, é vî côé éé ’éé, ŝàŝ àîé é à â péŝôé, ô à pÉŝéé côéFolle. E ŝî éé Éàî bîé îîôé, êé ŝî ŝô hàîcàp é ŝé vôî pàŝ ? … Féîô à éôûchÉ ŝô ôûô é à côûî ŝô fiŝ â ’Écôé hîŝŝÉ ŝû à bêé. E péŝôé ’à î ûé Féîô Éàî îîô, êé ŝî Éŝôàîŝ ŝô fiŝ pôé é ŝôbîûé é « ôûô ». Qûà â Sépà, î à àppôÉ é à vîé, é jôû û ŝàî pàô û vîàgé, û Écôû bîà ’û èŝ gôŝ îà-èé. AôûpÉŝ évà à ŝàé éŝ êéŝ, éŝ gàŝ ô pîŝ é pàî ûé Sépà à éévÉ côé ûé bîèé : î ààî éfi-é à pîècé ŝû ŝà ûéûé é ààî à gàé péà ûé éî-héûé, ŝàŝ ûé ŝô ébé ’é ŝôûfé. Màîŝ é péî èé û pààô é Sépà é ’à pàŝ ÉcôûÉ é à gôflÉ, àûà ’éxpôŝé àŝ é pàŝ é vîŝ é à pîècé. Dèŝ ôŝ, Dyô é ŝôûéû â gàz à Û ŝcîé ’Écôû â êé ŝô égî é àhéû. ï à îŝ à é épŝ â é àîé ûé ŝéŝ àîŝ é ébàîé é péû é béŝŝé é bàzà é Sépà ûî ààî ŝé àîé péû é épŝ àpèŝ.
9
O à bîé î àŝ é vîàgé, ô à hôchÉ à êé, àîŝ ô à ôûbîÉ é àîé Sépà ’îîô. ïŝ péŝé àû vîàgé ûé Dàôûŝŝîà é côpé pàŝ û’ô ’àppééladoucepôû é pàŝ îél’idiote. Sàvô, é fiŝ é Màîà, îvé ô, û jôû à pîŝ û pôûcéàû, ûî à ôÉ éîzé côûpŝ é côûéàû àŝ à pôîîé pûîŝ à jéÉ à càcàŝŝé àŝ û Éàg pèŝ é à àîŝô é à îéî â ŝà àîé é ŝ’é àppôché. « Qû’î àgé, àûîé ŝàéÉ ! cîàî Sàvô îvé àŝ ôû é vî-àgé. — Céûî ûî àî pàŝ cé ûé jé îŝ, îà ôûî éŝ géôûîéŝ ! » é pôûcéàû à flôÉ éûx jôûŝ pà û ÉÉ ôîé, à pûàéû Éàî îŝûppôàbé, àîŝ péŝôé é à àîé é Sàvô ’à éû pîîÉ é à péîé áé ŝàcîfiÉé, pà càîé é à Éécé ŝàôûé û ché. Màîŝ Dàôûŝŝîà à gûéÉ é ôé ôù à àîé é Màîà vàûà â ŝéŝ béŝôîŝ ŝ’Éàî îŝpéŝÉé, à pîŝ ûé ôûché é à ôûvÉ àŝ à gàgé é Sàvô û œû côûà éŝîÉ àûx vàchéŝ, pûîŝ à pîŝ ûé pîéé é à îvîèé, ŝôî é pôûcéàû é ’éàû â ’àîé é à ôûché é, àpèŝ àvôî ààchÉ à pîéé, à àî û ŝîgé é côîx é áchÉ é côpŝ àŝ ’éàû ûî à bûyàé épôÉ à vîcîé îôcéé. é ŝôî, Sàvô ŝé Échààî àŝ à côû é béûgàî â àvéŝ à cÔûé é Dàôûŝŝîà, Écôûvà ŝéŝ éŝ pôûîéŝ : — ïîôé !!! Pàûvé côé, û véûx û bôbô ? é vôîâ, îéŝ ! — é î à jéÉ ûé pôîgÉé é cààéŝ évà à pôé é ŝà àîŝô.
ï àûàî îéûx vàû é pàŝ ûî àppéé é bôbô. Dé ôû é vîàgé, péŝôé é ŝàî ’éŝpî é ûî pàé é é ûî ôé é bôbôŝ, cà ô ŝàî ûé éŝ ôûcéûŝ
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant