Demain dans la bataille pense à moi

De
Publié par

Divorcé depuis peu, Víctor, scénariste pour la télévision, et nègre à l'occasion, est invité un soir à dîner chez Marta, mariée, mère d'un enfant. Alors qu'ils sont dans la chambre "à demi vêtus et à demi dévêtus", Marta se sent de plus en plus mal, jusqu'à agoniser et mourir. À trois heures du matin, dans un appartement inconnu à Madrid, que doit faire Víctor? Se débarrasser du cadavre? Prévenir le mari? Réveiller l'enfant endormi? Víctor choisira de fuir. Avant de se laisser mener par les événements, certains inoffensifs, d'autres périlleux.
Sur une trame d'une extrême originalité, Javier Marías réussit une intense variation sur des sujets qui nous touchent tous : la dissimulation, le mensonge, l'ignorance de ce qui nous fait agir, le rejet de ceux que nous avons aimés.
Publié le : jeudi 7 mars 2013
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072407383
Nombre de pages : 454
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C O L L E C T I O NF O L I O
Javier Marías
Demain dans la bataille pense à moi Traduit de l’espagnol par Alain Keruzoré
Gallimard
Titre original : M A Ñ A N AE NL AB A T A L L AP I E N S AE NM Í
Cet ouvrage a paru initialement aux Éditions Rivages en 1996. © 1994, Javier Marías. © Éditions Gallimard, 2009, pour la traduction française.
Javier Marías, né à Madrid en 1951, est l’une des figu res majeures de la littérature espagnole et européenne ac tuelle. Il est l’auteur d’une dizaine de romans, dont L’homme sentimental, prix Herralde du roman en 1986, Le roman d’Oxford, prix de la ville de Barcelone en 1989, Un cœur si blanc, prix de la Critique 1993 en Espagne et prix international de littérature Impac Dublin en 1997, et Demain dans la bataille pense à moi, prix Femina étranger en 1996. Il est également traducteur, notamment deTristram Shandy de Sterne pour lequel il reçut le prix national de la Traduction en 1979. Il a enseigné la littérature à Oxford et à Wellesley Col lege. Il vit actuellement à Madrid.
À Mercedes LópezBallesteros, qui m’a entendu dire la phrase de Bakio et m’en a gardé les lignes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant